Archives par mot-clé : immigration

“America is back” : Quelle politique pour l’Amérique latine ?

Isabelle Vagnoux, Aix Marseille Université, LERMA, UR 853, Aix-en-Provence, France

“America is back, ready to lead the world, not retreat from it. Once again sit at the head of the table. Ready to confront our adversaries and not reject our allies. Ready to stand up for our values.”

Joe Biden, 24 novembre 2020

Pour la première fois depuis bien longtemps, le nouveau président des Etats-Unis est un fin connaisseur de l’Amérique latine et de la Caraïbe. Outre son soutien au Plan Colombie, à la fin des années 1990, Joe Biden s’est rendu à seize reprises dans la région pendant son mandat de vice-président de Barack Obama (2009-2017) et il a piloté le plan d’aide mis en place en 2015 pour l’Amérique centrale. En bref, c’est un « ami de l’Amérique latine » qui entre à la Maison-Blanche, selon la formule de Michael Camilleri (Inter-American Dialogue). Au-delà des incantations rhétoriques, la nouvelle équipe présidentielle entend bien rétablir l’esprit de multilatéralisme, d’échange et de partenariat avec les pays des Amériques qui avait prévalu pendant l’Administration Obama et sera en particulier réactivé pour aider à résoudre la tragédie vénézuélienne.

D’ordinaire, la région, pourtant fortement imbriquée dans le tissu démographique et politique états-unien, constitue rarement une priorité pour Washington, absorbé par l’Asie, le Moyen-Orient ou l’Europe. Cependant, les choses pourraient être différentes en 2021 pour quatre raisons : la crise migratoire, endiguée brutalement en 2020 par l’effet conjugué du choc de la pandémie et des mesures prises par  Donald Trump, mais qui reprend vigueur depuis octobre; les effets désastreux du COVID-19 en termes sanitaires et socio-économiques sur des sociétés déjà fragiles ; l’avancée de la Chine en Amérique latine ; le recul de la démocratie et la multiplication des manifestations contre les inégalités. En d’autres termes, la région apparaît comme un cocktail explosif, aux portes des Etats-Unis.

Continuer la lecture de “America is back” : Quelle politique pour l’Amérique latine ?

« America first » et pandémie : les Etats-Unis et l’aide au développement en Amérique latine

Floriane Blanc, Aix-Marseille Université, LERMA, Aix-en-Provence, France

« Notre argent doit soutenir ce qui crée de la valeur et soutenir nos valeurs ». Le 10 juin dernier, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo justifiait en ces termes les demandes américaines de réforme de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS). Si ce précepte éclaire l’approche de l’administration Trump envers les organisations multilatérales, c’est aussi un bon résumé de son attitude vis-à-vis de l’aide au développement, notamment en Amérique latine. Une politique qui ne semble pas s’être réellement infléchie malgré la crise sanitaire et économique qui ravage le continent.

Depuis son arrivée au pouvoir, l’administration Trump n’a eu de cesse de réduire l’enveloppe destinée à l’aide au développement, mettant en pratique sa doctrine « America first ». Dès 2017, elle a proposé un budget pour l’Amérique latine en baisse de 36%, de 1,7 milliard de dollars en 2017 à 1,09 en 2018. Si les réductions envisagées touchaient tous les domaines, y compris les programmes d’assistance militaire ou de lutte contre le trafic de drogue relevant du département d’Etat, le financement de l’Agence pour le développement international (USAID), qui administre la plus grosse partie de l’aide au développement et de l’aide humanitaire, était particulièrement visé. Nombre de programmes financés par cette aide, notamment en Colombie et en Amérique Centrale, font l’objet d’un soutien bipartisan au Congrès, et ce dernier a donc retoqué la proposition de l’exécutif en maintenant un niveau d’aide similaire à celui des années précédentes.

Continuer la lecture de « America first » et pandémie : les Etats-Unis et l’aide au développement en Amérique latine