Les Etats-Unis et les Amériques

L’Amérique latine a déjà un modèle pour résoudre la crise vénézuélienne. La doctrine de Larreta – et non le Traité de Rio – devrait servir de cadre à l’action collective de la région.

Max Paul Friedman et Tom Long

Face à une crainte de guerre à la frontière colombienne, avec deux présidents en duel à Caracas et aux propos visant à sauver une économie en ruine avec de la crypto-monnaie, la crise vénézuélienne se poursuit alors même que la communauté internationale fait son possible pour changer les faits sur le terrain. Lors de la dernière escalade de pression régionale, seize États de l’hémisphère occidental ont voté en septembre en faveur de l’application de sanctions coordonnées aux termes du Traité de Rio contre le président en exercice Nicolás Maduro. Le pacte, invoqué 72 ans après sa signature, donnera-t-il à ces États le moyen de repousser Maduro du pouvoir ?
En réalité, le Traité de Rio est un instrument maladroit pour promouvoir la démocratie. Pour comprendre pourquoi, il est utile de voir le Traité de Rio, officiellement le Traité interaméricain d’assistance réciproque, dans son contexte historique. Signé en septembre 1947 et en vigueur depuis 1948, les fondations du traité ont été construites pendant la Seconde Guerre mondiale et au lendemain de celle-ci. Considéré depuis longtemps comme une imposition états-unienne et un instrument de la guerre froide, le traité est né de la victoire diplomatique de l’Amérique latine dans le but de créer un espace pour les organisations régionales lors de la conférence des Nations Unies à San Francisco en 1945.
Bien que les mêmes années d’après-guerre aient connu un épanouissement relatif de la démocratie en Amérique latine, le Traité de Rio n’a pas été envisagé comme un instrument permettant de faire progresser la démocratie. Le Traité a consacré la démocratie à un préambule non contraignant. Toutefois, les premières discussions sur l’ordre du jour de la conférence sur la sécurité ont porté de manière beaucoup plus explicite sur la protection et la promotion de la démocratie.

Continuer la lecture de Les Etats-Unis et les Amériques

The Past, Present and Future of Student Exchange Between the UK and Europe

Alice Byrne (AMU-OREMA)

In recent weeks, universities across Europe have been welcoming students coming to study for a year or just a semester as part of the Erasmus programme. Given the continued uncertainty over Brexit, it is possible that these students will be the last ones to benefit from the UK’s membership of the programme. The UK was one of the eleven founding members when the scheme launched in 1987 and remains in the top five in terms of overall student numbers (incoming and outgoing).[i] Yet the UK’s participation is characterised by the fact that it receives twice as many students as it sends. In 2016-2017, only 9,615 UK students travelled to a partner university through Erasmus compared to 29,851 French students. Although the overall number of outgoing UK students has increased since 2009 this is largely due the growing number of trainees benefitting from the programme; the number of students going to study in an EU university has remained relatively constant. The problem is not new: a 2006 study confirmed that UK students’ mobility to Europe was decreasing while mobility to other English-speaking regions of the world was on the increase.[ii] Unsurprisingly, lack of foreign language skills was a major factor and the continued decline of modern language studies in the UK can be expected to have exacerbated this trend. Yet if we look back to the interwar period and the origins of British involvement in student exchange programmes, it becomes apparent that this imbalance is not a new phenomenon. Focusing on this period also illustrates how and why the British government first began to concern itself with this issue.

Continuer la lecture de The Past, Present and Future of Student Exchange Between the UK and Europe

Convergences de la relation « spéciale » à l’heure du Brexit

Valérie André, Aix-Marseille Université, LERMA

En perte de vitesse depuis les guerres d’Irak et d’Afghanistan, reléguée au second rang par une administration Obama qui fait le choix du Pacifique, la relation spéciale retrouve des couleurs dans les discours de campagne de Donald Trump. L’ironie veut que ce candidat qui se présente volontiers comme un outsider proclame son attachement à la relation spéciale. La thèse selon laquelle le référendum du 23 juin 2016 aurait vu déferler une vague de mécontentement populaire fonctionne comme une sorte de prophétie auto-réalisatrice dans le cadre de la campagne présidentielle américaine. Le Brexit est « a beautiful thing », et Trump d’évoquer la possibilité de relancer la relation bilatérale par le biais d’accords commerciaux que le Royaume-Uni et les Etats-Unis pourraient conclure une fois la Grande-Bretagne libérée de la tutelle de l’Union européenne. 

En conformité avec les codes de la relation spéciale, Theresa May fut bien le premier chef de gouvernement étranger invité à Washington au lendemain de l’intronisation de Donald Trump en janvier 2017. Le Président nouvellement élu avait toutefois choisi d’accorder la primeur d’une entrevue à Nigel Farage, leader du UKIP et récent adversaire de la Première ministre dans le cadre de la campagne pour le référendum ; la conférence de presse qui suivit son entretien avec Theresa May fut également l’occasion pour Donald Trump de commenter longuement l’actualité des relations russo-américaines. Autant de camouflets rapportés par la presse britannique qui témoignaient de l’intérêt tout relatif porté à la relation bilatérale avec le Royaume-Uni. L’embellie supposée des relations entre Londres et Washington menaçait d’être éphémère tant le décalage était grand entre les deux protagonistes. Là où Theresa May était venue chercher à Washington la confirmation d’un soutien américain garant de l’exceptionnalisme britannique, le Président américain insistait sur la dimension asymétrique de la relation, tout en ne laissant aucun doute quant à son caractère conditionnel. La relation spéciale ne trouverait grâce à ses yeux que si elle rencontrait les priorités d’une politique étrangère américaine dominée par l’objectif de renouer avec la grandeur perdue (« Make America Great Again »). A l’issue de cette première rencontre si Theresa May n’avait donc reçu qu’un soutien modéré de la part de Donald Trump, elle avait surtout pu prendre conscience des grandes lignes de la feuille de route qui était la sienne dans le cadre des négociations avec l’Union européenne, le nouveau Président ayant clairement affiché sa préférence pour la position défendue par les artisans d’un Brexit « dur ».

Continuer la lecture de Convergences de la relation « spéciale » à l’heure du Brexit

Donald Trump et l’Amérique latine : une région malmenée ?

Retour sur la JE “America First” du 22 mars 2019, avec le soutien du LERMA, de l’UFR ALLSH, du German Marshall Fund et de l’Institut des Amériques

Isabelle Vagnoux, Aix Marseille Université, LERMA, Aix-en-Provence, France

Depuis le tout début de sa campagne présidentielle, les commentaires de Donald Trump sur l’Amérique latine ont été rares et marqués par une rhétorique agressive, notamment à l’encontre des immigrés mexicains et du Mexique, tranchant avec la relation constructive qui s’était tissée entre les deux pays depuis l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange avec le Mexique, en 1994. La conséquence immédiate en est un taux de confiance historiquement bas envers l’hôte de la Maison Blanche parmi les Latino-Américains,  oscillant entre 5% (au Mexique) et 20% au Venezuela selon un sondage publié par le Pew Research Center  en avril 2018, contrastant avec Obama qui, par exemple au Mexique, obtenait un taux de confiance de 55% à 60% suivant les années.

A n’en point douter, cette agressivité verbale est étroitement liée aux intérêts électoralistes du candidat puis du président, courtisant ainsi à un électorat hostile aux immigrés latino-américains. Le contraste est grand avec son prédécesseur qui avait, dès le printemps 2009, mis en avant une rhétorique de partenariat avec le Sud, reconnaissant les responsabilités des Etats-Unis, notamment dans l’échec de la lutte anti-drogue. Toutefois, si l’on met de côté les effets rhétoriques, la politique menée par l’administration Trump en Amérique latine diverge certes de celle d’Obama mais sans doute pas de façon fondamentale. Sous Trump comme sous Obama ou George W. Bush, la région ne constitue pas une priorité stratégique majeure.

Quatre questions, pour la plupart « intermestiques », selon l’expression du politiste Bayless Manning, intégrant une forte dimension de politique intérieure, ont tout particulièrement mobilisé le président Trump et son administration: l’immigration; l’accord de libre-échange nord-américain; la relation avec Cuba et la crise vénézuélienne.

Continuer la lecture de Donald Trump et l’Amérique latine : une région malmenée ?