The British presence in the Mediterranean post-Brexit

Matthew Graves, Aix-Marseille Uni, LERMA, Aix-en-Provence, France

When the then UK Minister of Defence Geoff Hoon attended the tercentenary celebrations of British rule over Gibraltar in the summer of 2004, the Spanish Foreign Secretary objected to London’s insensitivity towards Madrid’s sovereign claim in blunt terms: “It turns out to be very strange that in this 21st century, the military occupation of part of an EU member-state’s territory is commemorated by another member-state.”[i] Although a Downing Street spokesman downplayed the incident, affirming that Britain and Spain enjoyed “a good relationship (…) They are an EU and NATO partner”[ii], the commemorations came in the wake of the 2002 referendum on the Rock which saw nearly 99% of Gibraltarians reject shared British-Spanish sovereignty. Fourteen years later, Gibraltar voted once again near unanimously (96%) in favour of Remain in the EU referendum of 2016, but this time the self-governing British Overseas Territory, one of two in the Mediterranean alongside the sovereign bases of Cyprus to share land borders with EU member states, found itself at odds with the majority of UK voters who voted by a slender 4% margin in favour of Leave, albeit with the notable exceptions of Scotland and Northern Ireland. Today as the transition period for the United Kingdom and European Union to reach an agreement on their future trade and security relationship is fast approaching, Gibraltar epitomises the challenges facing British diplomacy in the Mediterranean now that it can no longer appeal to EU partnership with the riparian countries of southern Europe to leaven its strategic presence. 

Continuer la lecture de The British presence in the Mediterranean post-Brexit

« America first » bis repetita ou « aux côtés des alliés et des amis » ?

Isabelle Vagnoux, Aix Marseille Université, LERMA, UR 853, Aix-en-Provence, France

29% … rarement le monde a montré aussi peu de confiance envers le président américain, d’après le Pew Research Center (8 janvier 2020). Cependant, l’image des Etats-Unis résiste assez bien avec 54% d’opinions favorables. A l’évidence, même s’il apparaît bien soutenu par les électeurs de la droite populiste partout dans le monde, voire plébiscité en Israël (71%), Donald Trump et ses choix stratégiques souffrent d’un déficit de popularité qui n’a pas renforcé la position internationale des Etats-Unis. Comment regagner une influence positive sur la communauté internationale ? Les élections de 2020 peuvent-elles impulser une nouvelle donne ?

Pour Joe Biden comme pour Donald Trump, une chose est certaine : ils entrent dans l’ère des « inconnues inconnues » (unknown unknowns), selon la formule de Donald Rumsfeld en 2002. En outre, plus que jamais, à l’heure de la pandémie, le paramètre intérieur s’invite dans la définition même de la politique étrangère, un véritable défi après des décennies dominées par le credo bipartisan de la mondialisation. En bref, l’heure est à la protection des intérêts « de Detroit plutôt que de Davos ». Dans le même temps, la Chine poursuit son ascension à un rythme soutenu. A l’évidence, Washington ne peut plus prétendre assurer seul le leadership d’un ordre mondial multipolaire, en pleine mutation et au bord d’un bras de fer entre deux superpuissances. A l’aube de cette période ponctuée d’incertitudes, l’élection présidentielle de 2020 revêt une importance particulière et nous nous proposons ici d’analyser à grands traits les principales orientations stratégiques des deux candidats en matière de politique étrangère.

Article publié dans IdeAs, Idées d’Amérique, le 16 octobre 2020:

https://doi.org/10.4000/ideas.9652

« America first » et pandémie : les Etats-Unis et l’aide au développement en Amérique latine

Floriane Blanc, Aix-Marseille Université, LERMA, Aix-en-Provence, France

« Notre argent doit soutenir ce qui crée de la valeur et soutenir nos valeurs ». Le 10 juin dernier, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo justifiait en ces termes les demandes américaines de réforme de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS). Si ce précepte éclaire l’approche de l’administration Trump envers les organisations multilatérales, c’est aussi un bon résumé de son attitude vis-à-vis de l’aide au développement, notamment en Amérique latine. Une politique qui ne semble pas s’être réellement infléchie malgré la crise sanitaire et économique qui ravage le continent.

Depuis son arrivée au pouvoir, l’administration Trump n’a eu de cesse de réduire l’enveloppe destinée à l’aide au développement, mettant en pratique sa doctrine « America first ». Dès 2017, elle a proposé un budget pour l’Amérique latine en baisse de 36%, de 1,7 milliard de dollars en 2017 à 1,09 en 2018. Si les réductions envisagées touchaient tous les domaines, y compris les programmes d’assistance militaire ou de lutte contre le trafic de drogue relevant du département d’Etat, le financement de l’Agence pour le développement international (USAID), qui administre la plus grosse partie de l’aide au développement et de l’aide humanitaire, était particulièrement visé. Nombre de programmes financés par cette aide, notamment en Colombie et en Amérique Centrale, font l’objet d’un soutien bipartisan au Congrès, et ce dernier a donc retoqué la proposition de l’exécutif en maintenant un niveau d’aide similaire à celui des années précédentes.

Continuer la lecture de « America first » et pandémie : les Etats-Unis et l’aide au développement en Amérique latine

Australie : Vieilles solutions, nouvelle donne ?

Elizabeth Rechniewski, Université de Sydney

Les mesures de confinement mises en place par le gouvernement fédéral au niveau national sont parmi les plus strictes du monde. La population australienne tout entière endure depuis cinq mois un verrouillage compréhensif, interdite de voyager à l’étranger sauf dans des cas exceptionnels. Même rentrer en Australie est devenu difficile, le nombre d’arrivées étant limité et la quarantaine obligatoire dans des hôtels strictement surveillée. Les restrictions ne s’arrêtent pas là mais s’étendent à l’interdiction de traverser les frontières entre certains États : une des premières conséquences de la pandémie en Australie a été de révéler les fractures au sein du Commonwealth. Influencés par des considérations politiques autant que sanitaires, certains Premiers—notamment Annastacia Palaszczuk du Queensland qui fait face à une élection dans deux mois—ont exploité une sorte de nationalisme étatique larvé, fermant les frontières de leur État contre la « contamination » qui proviendrait de ceux plus touchés par le virus. Cette politique a entraîné des situations loufoques et parfois tragiques dans les villes qui chevauchent les frontières et ailleurs. D’âpres discussions ont lieu en ce moment sur l’éventuelle réouverture des frontières, essentielle, selon le Premier ministre Scott Morrison, pour la reprise économique.

Continuer la lecture de Australie : Vieilles solutions, nouvelle donne ?