Michael Stricof dans “Made by History”, publication du Washington Post

“Why weak leadership at the Defense Department could lead the US to war in Iran”

Tensions are currently escalating between the United States and Iran, sending commentators scrambling for comparisons to the second Iraq War. Destroyed ships in the Gulf of Oman also call up memories of the Gulf of Tonkin incident, which led to open American involvement in Vietnam in 1964. However, there is another historical comparison that may better capture the state of the current leadership in the Pentagon and the risk of a different, dangerous path to war.

Michael Stricof argues in The Washington Post that the turmoil and inattention in the Department of Defense which led to the failed US intervention in Somalia in 1993 offers a model for understanding some internal dangers facing Washington today.

https://www.washingtonpost.com/outlook/2019/06/24/why-weak-leadership-department-defense-could-lead-us-war-iran/

La Continuité budgétaire et stratégique de la défense américaine

Retour sur la JE “America First” du 22 mars 2019, avec le soutien du LERMA, de l’UFR ALLSH, du German Marshall Fund et de l’Institut des Amériques

Michael Stricof (Aix Marseille Université, LERMA)

Début décembre 2018, après presque deux ans, le département de la Défense semble immunisé contre les bouleversements du reste de l’administration Trump. Seule Heather Wilson, Secrétaire à l’Armée de l’Air est partie après deux ans de service quand les autres départements ont vu des changements de personnel sans précédent. Les goûts peu conventionnels du président, comme son désir d’un défilé militaire, sont acceptés tranquillement par le Pentagone, puis enfouis encore plus facilement sans scandale. Le Secrétaire à la Défense James Mattis est soutenu par les deux partis politiques. Il a le pouvoir unique de contredire le président publiquement, surtout à l’étranger, sans conséquences. Il défend l’OTAN en Europe, met en avant la menace russe et promeut une certaine continuité dans le leadership américain. La pire insulte que Trump lui réserve, c’est qu’il semble un peu Démocrate, bien loin des critiques que le président adresse aux autres membres de son administration, comme son procureur général Jeff Sessions.

Lorsque le président décide de mettre fin à l’intervention militaire américaine en Syrie, dans une lettre ouverte sans précédent, Mattis démissionne en citant les différences de perspective entre lui-même et Trump. Le département de la Défense ne semble désormais plus si différent des autres départements.

Néanmoins, la perspective et la stratégie militaire de l’administration doivent être comprises en regardant plus loin. Malgré cet épisode mouvementé, il y a toujours des cohérences importantes dans le budget et la stratégie de la défense américaine.

Continuer la lecture de La Continuité budgétaire et stratégique de la défense américaine

Les Etats-Unis et le multilatéralisme: une grande bifurcation

Robert Boyer (Institut des Amériques)

Retour sur la JE “America First” du 22 mars 2019, avec le soutien du LERMA, de l’UFR ALLSH, du German Marshall Fund et de l’Institut des Amériques

Une polarisation sociale sans précédent aux Etats-Unis

Jusqu’aux années 1960, tant les analystes que les Américains eux-mêmes ont considéré que la répartition des fruits de la croissance avait donné naissance à l’idée que la prospérité des Etats-Unis reposait sur une classe moyenne de plus en plus importante. En un sens, cette configuration avait donné naissance au concept d’électeur médian dont les deux partis, respectivement Républicain et Démocrate, se disputaient les suffrages par le jeu de la finance publique et de la fiscalité. En cette fin de la décennie 2010, l’Amérique des années 60 est méconnaissable.

Fondamentalement, la faiblesse des gains de productivité implique un jeu à somme nulle. Si les salariés qui développent les compétences nécessaires à la compétitivité des entreprises obtiennent des augmentations de rémunération, la contrepartie en est une baisse pour les moins bien dotés des citoyens. Les sondages et les enquêtes sociologiques confirment non seulement la polarisation des revenus et des richesses, mais encore le conflit entre deux représentations de la société en complète opposition. L’explosion des inégalités est donc le phénomène qui explique cette polarisation. La capacité à maîtriser les nouvelles technologies et les destructions d’emplois qu’elles impliquent sont un premier facteur explicatif du fractionnement de la classe moyenne. L’opposition entre les détenteurs de capital et les individus qui vivent de leur travail est une seconde explication. Une troisième explication insiste sur le processus d’individualisation et de décentralisation des formations des revenus et le refus d’une couverture sociale à vocation universelle. De fait, ces trois facteurs sont à l’œuvre sans qu’un seul s’impose comme déterminant exclusif. C’est pourtant une quatrième interprétation qui va être retenue par le pouvoir politique.

Continuer la lecture de Les Etats-Unis et le multilatéralisme: une grande bifurcation

Le Congrès au lendemain des élections de mi-mandat : Quel impact sur les options de politique étrangère de l’Administration Trump ?

Maya Kandel, chercheur associé à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris III

Retour sur la JE “America First” du 22 mars 2019, avec le soutien du LERMA, de l’UFR ALLSH, du German Marshall Fund et de l’Institut des Amériques

La Constitution américaine organise un régime politique de séparation et équilibre des pouvoirs y compris en politique étrangère, et l’on a pu dire que la Constitution était « une invitation à la lutte pour le privilège de conduire la politique étrangère du pays ». Mais la pratique contemporaine a conduit à un effacement progressif du Congrès au profit d’une présidence toujours plus impériale, a fortiori dans le cas d’un Congrès et d’un président du même bord politique, et encore plus a fortiori quand ce président est Donald Trump.

Et en effet, le Congrès républicain des deux premières années de l’administration Trump a fait preuve de résistance et d’initiative face à certaines caractéristiques essentielles de la doctrine America First. Le chercheur américain, spécialiste du rôle du Congrès en politique étrangère, Jordan Tama, a même pointé le développement remarquable sous Trump d’un « bipartisme anti-présidentiel » du Congrès, qui s’est manifesté, le plus souvent, pour défendre une conception internationaliste de la politique étrangère américaine remise en cause par Trump. Et un récent rapport du CSIS[ dresse le portrait d’un internationalisme bien vivant au Congrès, y compris du côté d’une nouvelle génération d’élus impliqués dans des dossiers de politique étrangère.

Continuer la lecture de Le Congrès au lendemain des élections de mi-mandat : Quel impact sur les options de politique étrangère de l’Administration Trump ?