Le Congrès au lendemain des élections de mi-mandat : Quel impact sur les options de politique étrangère de l’Administration Trump ?

Maya Kandel, chercheur associé à Université Sorbonne Nouvelle-Paris III

La Constitution américaine organise un régime politique de séparation et équilibre des pouvoirs y compris en politique étrangère, et l’on a pu dire que la Constitution était « une invitation à la lutte pour le privilège de conduire la politique étrangère du pays ». Mais la pratique contemporaine a conduit à un effacement progressif du Congrès au profit d’une présidence toujours plus impériale, a fortiori dans le cas d’un Congrès et d’un président du même bord politique, et encore plus a fortiori quand ce président est Donald Trump.

Et en effet, le Congrès républicain des deux premières années de l’administration Trump a fait preuve de résistance et d’initiative face à certaines caractéristiques essentielles de la doctrine America First. Le chercheur américain, spécialiste du rôle du Congrès en politique étrangère, Jordan Tama, a même pointé le développement remarquable sous Trump d’un « bipartisme anti-présidentiel » du Congrès, qui s’est manifesté, le plus souvent, pour défendre une conception internationaliste de la politique étrangère américaine remise en cause par Trump. Et un récent rapport du CSIS[ dresse le portrait d’un internationalisme bien vivant au Congrès, y compris du côté d’une nouvelle génération d’élus impliqués dans des dossiers de politique étrangère.

Continuer la lecture de Le Congrès au lendemain des élections de mi-mandat : Quel impact sur les options de politique étrangère de l’Administration Trump ?

Retour sur la Journée d’Etude du 22 mars 2019 «America First ? L’Administration Trump et le monde »

Un « Moyen-Orient post-américain  » ?, Pierre Melandri, Sciences Po Paris

« M. Trump, a dit un collaborateur du président, a trois objectifs au Moyen-Orient : détruire l’Etat islamique, refouler l’Iran et conclure un accord israélo-palestinien ». Tandis que la destruction de l’Etat islamique doit permettre à l’Amérique de se désengager de pays comme la Syrie pour se consacrer à la compétition entre grandes puissances dont la guerre contre le terrorisme les a longtemps détournés, la conclusion d’un accord au Proche-Orient doit lever l’ultime obstacle à l’émergence d’une alliance stratégique entre Israël et Etats sunnites. Celle-ci aura pour principal objectif de faire pièce aux ambitions iraniennes et d’assurer un ordre régional conforme aux vues américaines.

Dans un premier temps, jusqu’en gros à la fin de l’année 2017, Trump s’est avant tout attaché à éliminer la menace représentée par l’Etat islamique. En dépit des critiques virulentes dont, durant la campagne, il l’avait accablée, sa politique a largement embrassé celle qu’Obama avait imaginée, se contentant de la durcir en multipliant les frappes aériennes et en accordant davantage de liberté aux officiers en charge des opérations américaines. Non sans succès puisque, dès juillet 2017 Mossoul est tombée, suivi par Raqqa trois mois après. A cette date, le président a également jeté les jalons de sa vision stratégique pour la région. Dès mai 2017, sa visite en Arabie saoudite reflète l’étroitesse des liens noués, à partir de mars 2017, entre son gendre, Jared Kushner, auquel le dossier moyen-oriental a été confié et le prince Mohammed Ben Salman (MBS). A Riad, Trump a ainsi conclu un pacte antiterroriste à travers l’inauguration de deux centres de lutte contre l’extrémisme et promu une coalition d’Etats sunnites (une « OTAN arabe ») dirigée contre l’Iran et ses protégés. Il s’est rendu dans la foulée à Jérusalem pour y proclamer sa volonté de promouvoir un règlement de paix. Pourtant, il va bientôt mettre lui-même ce dernier en danger.

Continuer la lecture de Retour sur la Journée d’Etude du 22 mars 2019 «America First ? L’Administration Trump et le monde »

Recension: Conservative Moments: Reading Conservative Texts, ed. Mark Garnett. Virgile Lorenzoni

Recension :

Conservative Moments: Reading Conservative Texts, ed. Mark Garnett.

Virgile Lorenzoni

“How shall I read this text?”C’est cette question faussement anodine qui est mise en exergue par les éditeurs de la série dans laquelle s’inscrit l’ouvrage intitulé Conservative Moments, édité par Mark Garnett et publié en 2018 chez Bloomsbury. Cette série d’ouvrages, Textual Moments in the History of PoliticalThought, vise en effet à proposer des lectures nouvelles et commentées de textes canoniques ou non dans l’histoire de la pensée politique. Partant de l’observation que la perception qui était faite de ces textes pouvait trop souvent être orientée, entre autres, par les exigences d’un agenda politique particulier et actuel, la série se propose en effet d’offrir, via un panel d’experts,[1] une collection d’essais variés adossés à des textes légendaires ou méconnus, triviaux ou solennels, afin d’en dégager une vision et une analyse originales mais empreintes de rigueur scientifique.

Conservative Moments est le huitième et dernier ouvrage en date de cette série. Il revêt sans doute un caractère tout particulier et éminemment complexe : le conservatisme (dont la capitalisation de la première lettre a d’ailleurs été laissée à la discrétion de chacun des contributeurs de l’ouvrage, détail qui n’est pas anodin) est, comme l’introduction de l’ouvrage le mentionne, une[2] vision du monde protéiforme dont les tentatives de définition s’avèrent souvent partielles et relèvent du défi intellectuel. La volatilité même du sujet central de l’ouvrage est d’ailleurs illustrée de manière simple mais frappante dans son introduction: ‘To write about a tradition as rich as liberalismissomething like trying to carry water in a leakybucket.[3] “[For] anyone undertaking the same task in relation to conservatism […] a bucket of any kind would be a luxury: compared to the liberal tradition, conservatism seems more like a sieve”.[4]D’emblée, l’image d’un travail de précision se dessine, qui ne fera que se confirmer à la lecture des seize chapitres qui composent l’ouvrage.

Concrètement, ce dernier se divise en quatre parties, qui répartissent les textes choisis et leurs essais associés selon un premier axe chronologique, qui propose en première partie des ‘early moments’ illustrés par des textes issus de La République de Platon, de La Cité de Dieu de Saint-Augustin et du Muqqadimma d’Ibn Khaldun, et des ‘modern moments’, plus nombreux, qui traitent, bien entendu, de l’incontournable Reflections on the Revolution in France d’Edmund Burke, ou d’On Being Conservative de Michael Oakeshott, mais aussi des écrits de D. Hume, S. T. Coleridge, A. Hamilton et L. Strauss. Les deux autres parties de l’ouvrage, quant à elles, traitent non plus la question sur un axe chronologique, mais en termes d’inscription de la pensée conservatrice dans des espaces géopolitiques donnés (Russie, Japon, Europe et Turquie), ou pour finir de la mise en œuvre politique de certainesformes de conservatisme, par un trio de praticiens politiques : Charles de Gaulle, Ronald Reagan et Margaret Thatcher.

Continuer la lecture de Recension: Conservative Moments: Reading Conservative Texts, ed. Mark Garnett. Virgile Lorenzoni

Jorge I. Dominguez, Rafael M. Hernandez, Lorena G. Barberia, Debating U.S.-Cuban Relations: How Should We Now Play Ball?, New York, Routledge, 2017, 2e edition.

Francisco López Segrera, The United States and Cuba. From Closest Enemies to Distant Friends, New York, Rowman and Littlefield, 2017.

Richard E. Feinberg, Open for Business. Building the New Cuban Economy, Washington,
Brookings Institution, 2016.

Alors que, pour la première fois depuis soixante ans, Cuba n’est plus gouvernée par un
Castro – bien que la famille reste très présente aux postes stratégiques, notamment à la
tête du parti communiste (Raúl) et des services de contre-espionnage (Alejandro) – ; alors
que les relations avec les États-Unis ont subi un brusque coup de froid avec l’arrivée au
pouvoir de Donald Trump, l’avenir de Cuba et de sa relation avec les États-Unis demeure
ponctué de points d’interrogation. Nul ne saurait prédire si la phase de transition actuelle
entre l’ère castriste et l’ère post-castriste donnera naissance un jour à une relation
constructive et apaisée, et dans quel délai. D’autant que les Amériques ne sont pas figées
non plus. Le nouveau président cubain, Miguel Díaz-Canel, a pris ses fonctions en avril
2018 dans un contexte hémisphérique qui n’est plus guère favorable au « socialisme »
cubain. Outre l’administration Trump à Washington, il doit également faire face à la
débâcle du plus solide allié régional de Cuba, le Venezuela, à son corollaire, la perte
d’influence du front de gauche (l’Alliance bolivarienne pour les Amériques, ALBA), et au
virage très droitier pris par des pays jusqu’alors gouvernés par des partis de gauche ou de
centre gauche (Argentine, Brésil, Chili, par exemple). D’où une vaste tournée du président
cubain en novembre 2018, dans des contrées plus lointaines, comme la Russie, la Chine, la Corée du Nord, le Vietnam et le Laos, que Washington ne voit guère d’un très bon œil.

Continuer la lecture de