Le leadership des Etats-Unis dans un monde en crise : quelles réalités ?

WEBINAIRE-JOURNEE D’ETUDE

organisée par Michael Stricof et Isabelle Vagnoux

Avec le soutien du LERMA, de l’UFR ALLSH, de l’Institut des Amériques et du German Marshall Fund of the United States

Contact Inscriptions: michael.stricof@univ-amu.fr

Quelques mois après l’élection présidentielle de 2020, cette journée d’étude nous donnera l’occasion d’interroger la transformation (ou bien la cohérence) du leadership américain ces dernières années et de le replacer dans le temps long de la politique étrangère des États-Unis. Nous  débattrons également des éventuels changements annoncés par la nouvelle Administration. Nous nous intéresserons tout particulièrement à quelques thématiques transnationales (accords commerciaux, environnement, cybersécurité), aux questions de défense, ainsi qu’à l’évolution du leadership américain au niveau régional (Europe, Asie, Amérique latine, Moyen Orient).

Qu’attendre de la politique de l’administration Biden envers la Turquie ?

Margaux Magalhaes, Sciences Po Lille, CERAPS

Alors que la relation américano-turque est entrée dans une ère glaciaire depuis 2016 suite au retour de l’autoritarisme en Turquie et à la diversification de sa politique étrangère, on peut s’interroger sur la politique que mènera l’administration Biden envers cet allié remuant. Choisira-t-elle face à l’autoritarisme d’Erdogan et à sa politique régionale dite révisionniste d’adopter un ton relativement conciliant tel Trump ? Les sympathies pro-kurdes que l’on prête à Biden[1] l’amèneront-elles à revoir la lecture stratégique que les Etats-Unis avaient jusqu’alors de la Turquie et qui faisait d’elle une pièce maîtresse dans leur échiquier eurasiatique ? Quelles politiques adoptera-t-il face aux agissements internationaux d’Ankara, qu’il s’agisse de son refus de s’allier au YPG — milice kurde syrienne alliée de la coalition internationale contre l’Etat islamique, perçue comme une menace existentielle par Ankara en raison de sa filiation au groupe terroriste kurde sévissant en Turquie, le PKK — , de son rapprochement avec la Russie ou bien encore de ses explorations gazières en Méditerranée orientale dans la zone économique exclusive (ZEE) d’un allié de l’OTAN ? Si ses vives critiques à l’encontre de la Turquie lors de sa campagne et son soutien explicite à l’opposition d’Erdogan[2] semblent à première vue attester qu’une rupture du partenariat stratégique pourrait bien avoir lieu, il serait néanmoins peu probable que la Turquie cesse d’être une pièce maîtresse de l’échiquier eurasiatique américain sous son mandat.

Continuer la lecture de Qu’attendre de la politique de l’administration Biden envers la Turquie ?

In Confronting China on Human Rights, Biden Can Learn from Reagan

Rasmus Sinding Søndergaard, The Danish Institute for International Studies, Copenhagen, Denmark

As Joe Biden considers making human rights a central part of his China policy, he can learn from how Ronald Reagan successfully integrated human rights into his foreign policy towards the Soviet Union.

Human rights issues are poised to play a much larger role in U.S.-China relations after Joe Biden takes over from Donald Trump. Much like his predecessor, Biden has signaled his intentions to be tough on Beijing but with a much stronger emphasis on criticizing human rights abuses like those against the Uyghur Muslim minority in Xinjiang and democracy activists in Hong Kong. As Biden moves to confront China on human rights while also seeking cooperation on issues of mutual interests, he can learn from how Reagan succeeded in doing this in his Soviet policy. History suggests that striking the right balance between criticism and dialogue will be crucial and that a key benefit of speaking out against human rights abuses by an authoritarian rival might be domestic. 

 

Continuer la lecture de In Confronting China on Human Rights, Biden Can Learn from Reagan

“America is back” : Quelle politique pour l’Amérique latine ?

Isabelle Vagnoux, Aix Marseille Université, LERMA, UR 853, Aix-en-Provence, France

“America is back, ready to lead the world, not retreat from it. Once again sit at the head of the table. Ready to confront our adversaries and not reject our allies. Ready to stand up for our values.”

Joe Biden, 24 novembre 2020

Pour la première fois depuis bien longtemps, le nouveau président des Etats-Unis est un fin connaisseur de l’Amérique latine et de la Caraïbe. Outre son soutien au Plan Colombie, à la fin des années 1990, Joe Biden s’est rendu à seize reprises dans la région pendant son mandat de vice-président de Barack Obama (2009-2017) et il a piloté le plan d’aide mis en place en 2015 pour l’Amérique centrale. En bref, c’est un « ami de l’Amérique latine » qui entre à la Maison-Blanche, selon la formule de Michael Camilleri (Inter-American Dialogue). Au-delà des incantations rhétoriques, la nouvelle équipe présidentielle entend bien rétablir l’esprit de multilatéralisme, d’échange et de partenariat avec les pays des Amériques qui avait prévalu pendant l’Administration Obama et sera en particulier réactivé pour aider à résoudre la tragédie vénézuélienne.

D’ordinaire, la région, pourtant fortement imbriquée dans le tissu démographique et politique états-unien, constitue rarement une priorité pour Washington, absorbé par l’Asie, le Moyen-Orient ou l’Europe. Cependant, les choses pourraient être différentes en 2021 pour quatre raisons : la crise migratoire, endiguée brutalement en 2020 par l’effet conjugué du choc de la pandémie et des mesures prises par  Donald Trump, mais qui reprend vigueur depuis octobre; les effets désastreux du COVID-19 en termes sanitaires et socio-économiques sur des sociétés déjà fragiles ; l’avancée de la Chine en Amérique latine ; le recul de la démocratie et la multiplication des manifestations contre les inégalités. En d’autres termes, la région apparaît comme un cocktail explosif, aux portes des Etats-Unis.

Continuer la lecture de “America is back” : Quelle politique pour l’Amérique latine ?