Archives de catégorie : RECENSIONS

David Hollinger, Protestants Abroad: How Missionaries Tried to Change the World but Changed America, Princeton (NJ), Princeton University Press, 2017.

RECENSION
Lors du récent transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, le très conservateur révérend Robert Jeffress, membre de la Southern Baptist Convention, a été invité par la Maison blanche à conduire la prière inaugurale. Pour de nombreux observateurs, l’événement est révélateur de l’influence des églises évangéliques dans la définition de la diplomatie américaine au Proche-Orient et constitue, par conséquent, une nouvelle preuve des liens étroits qu’entretiennent, aux États-Unis, religion et politique étrangère. Problématique récurrente dans l’étude des relations extérieures américaines, elle devient particulièrement prégnante à partir des années 1980 lorsque la droite religieuse investit les couloirs du pouvoir fédéral. Mais on aurait tort de croire qu’il s’agit là d’une question récente. Le dernier ouvrage de David Hollinger nous rappelle que dès la fin de la première guerre mondiale, aux États-Unis, religion et politique étrangère sont intimement liées.
Dans cette étude érudite et dense, l’historien retrace les pérégrinations tant spirituelles que politiques des missionnaires protestants américains, alors que sous leurs yeux, au Proche-Orient et en Asie, les empires coloniaux s’effondrent. Revenus aux États-Unis, les enfants de missionnaires deviennent écrivains, enseignants-chercheurs ou experts auprès de l’administration fédérale. Leur maîtrise des langues étrangères et leur expérience du terrain forment de précieux atouts, mais leur appréciation des évolutions géopolitiques est souvent à l’opposé du courant majoritaire et donc régulièrement ignorée. Or, si les recommandations des missionnaires avaient été suivies, les relations extérieures américaines, en particulier avec les pays d’Asie, auraient été tout autres. Plutôt que soutenir les impérialismes européens, les États-Unis auraient eu avantage à accompagner la trajectoire émancipatrice des peuples anciennement colonisés. Voilà l’une des idées force qui sous-tendent cette passionnante étude.

 

Continuer la lecture de David Hollinger, Protestants Abroad: How Missionaries Tried to Change the World but Changed America, Princeton (NJ), Princeton University Press, 2017.

Conservative Moments: Reading Conservative Texts, ed. Mark Garnett.

Virgile Lorenzoni, Aix Marseille Université, LERMA, OREMA, Aix-en-Provence, France 

“How shall I read this text?”C’est cette question faussement anodine qui est mise en exergue par les éditeurs de la série dans laquelle s’inscrit l’ouvrage intitulé Conservative Moments, édité par Mark Garnett et publié en 2018 chez Bloomsbury. Cette série d’ouvrages, Textual Moments in the History of PoliticalThought, vise en effet à proposer des lectures nouvelles et commentées de textes canoniques ou non dans l’histoire de la pensée politique. Partant de l’observation que la perception qui était faite de ces textes pouvait trop souvent être orientée, entre autres, par les exigences d’un agenda politique particulier et actuel, la série se propose en effet d’offrir, via un panel d’experts,[1] une collection d’essais variés adossés à des textes légendaires ou méconnus, triviaux ou solennels, afin d’en dégager une vision et une analyse originales mais empreintes de rigueur scientifique.

Conservative Moments est le huitième et dernier ouvrage en date de cette série. Il revêt sans doute un caractère tout particulier et éminemment complexe : le conservatisme (dont la capitalisation de la première lettre a d’ailleurs été laissée à la discrétion de chacun des contributeurs de l’ouvrage, détail qui n’est pas anodin) est, comme l’introduction de l’ouvrage le mentionne, une[2] vision du monde protéiforme dont les tentatives de définition s’avèrent souvent partielles et relèvent du défi intellectuel. La volatilité même du sujet central de l’ouvrage est d’ailleurs illustrée de manière simple mais frappante dans son introduction: ‘To write about a tradition as rich as liberalismissomething like trying to carry water in a leakybucket.[3] “[For] anyone undertaking the same task in relation to conservatism […] a bucket of any kind would be a luxury: compared to the liberal tradition, conservatism seems more like a sieve”.[4]D’emblée, l’image d’un travail de précision se dessine, qui ne fera que se confirmer à la lecture des seize chapitres qui composent l’ouvrage.

Continuer la lecture de Conservative Moments: Reading Conservative Texts, ed. Mark Garnett.

Jorge I. Dominguez, Rafael M. Hernandez, Lorena G. Barberia, Debating U.S.-Cuban Relations: How Should We Now Play Ball? Francisco López Segrera, The United States and Cuba. From Closest Enemies to Distant Friends. Richard E. Feinberg, Open for Business. Building the New Cuban Economy.

Isabelle Vagnoux, OREMA, LERMA, Aix-Marseille université

Jorge I. Dominguez, Rafael M. Hernandez, Lorena G. Barberia, Debating U.S.-Cuban Relations: How Should We Now Play Ball?, New York, Routledge, 2017, 2e edition.

Francisco López Segrera, The United States and Cuba. From Closest Enemies to Distant Friends, New York, Rowman and Littlefield, 2017.

Richard E. Feinberg, Open for Business. Building the New Cuban Economy, Washington,
Brookings Institution, 2016.

Alors que, pour la première fois depuis soixante ans, Cuba n’est plus gouvernée par un
Castro – bien que la famille reste très présente aux postes stratégiques, notamment à la
tête du parti communiste (Raúl) et des services de contre-espionnage (Alejandro) – ; alors
que les relations avec les États-Unis ont subi un brusque coup de froid avec l’arrivée au
pouvoir de Donald Trump, l’avenir de Cuba et de sa relation avec les États-Unis demeure
ponctué de points d’interrogation. Nul ne saurait prédire si la phase de transition actuelle
entre l’ère castriste et l’ère post-castriste donnera naissance un jour à une relation
constructive et apaisée, et dans quel délai. D’autant que les Amériques ne sont pas figées
non plus. Le nouveau président cubain, Miguel Díaz-Canel, a pris ses fonctions en avril
2018 dans un contexte hémisphérique qui n’est plus guère favorable au « socialisme »
cubain. Outre l’administration Trump à Washington, il doit également faire face à la
débâcle du plus solide allié régional de Cuba, le Venezuela, à son corollaire, la perte
d’influence du front de gauche (l’Alliance bolivarienne pour les Amériques, ALBA), et au
virage très droitier pris par des pays jusqu’alors gouvernés par des partis de gauche ou de
centre gauche (Argentine, Brésil, Chili, par exemple). D’où une vaste tournée du président
cubain en novembre 2018, dans des contrées plus lointaines, comme la Russie, la Chine, la Corée du Nord, le Vietnam et le Laos, que Washington ne voit guère d’un très bon œil.

Continuer la lecture de Jorge I. Dominguez, Rafael M. Hernandez, Lorena G. Barberia, Debating U.S.-Cuban Relations: How Should We Now Play Ball? Francisco López Segrera, The United States and Cuba. From Closest Enemies to Distant Friends. Richard E. Feinberg, Open for Business. Building the New Cuban Economy.