Archives de catégorie : euroméditerranée/moyen-orient

Retour sur la Journée d’Etude du 22 mars 2019 «America First ? L’Administration Trump et le monde »

Un « Moyen-Orient post-américain  » ?

Pierre Melandri, Sciences Po Paris

« M. Trump, a dit un collaborateur du président, a trois objectifs au Moyen-Orient : détruire l’Etat islamique, refouler l’Iran et conclure un accord israélo-palestinien ». Tandis que la destruction de l’Etat islamique doit permettre à l’Amérique de se désengager de pays comme la Syrie pour se consacrer à la compétition entre grandes puissances dont la guerre contre le terrorisme les a longtemps détournés, la conclusion d’un accord au Proche-Orient doit lever l’ultime obstacle à l’émergence d’une alliance stratégique entre Israël et Etats sunnites. Celle-ci aura pour principal objectif de faire pièce aux ambitions iraniennes et d’assurer un ordre régional conforme aux vues américaines.

Dans un premier temps, jusqu’en gros à la fin de l’année 2017, Trump s’est avant tout attaché à éliminer la menace représentée par l’Etat islamique. En dépit des critiques virulentes dont, durant la campagne, il l’avait accablée, sa politique a largement embrassé celle qu’Obama avait imaginée, se contentant de la durcir en multipliant les frappes aériennes et en accordant davantage de liberté aux officiers en charge des opérations américaines. Non sans succès puisque, dès juillet 2017 Mossoul est tombée, suivi par Raqqa trois mois après. A cette date, le président a également jeté les jalons de sa vision stratégique pour la région. Dès mai 2017, sa visite en Arabie saoudite reflète l’étroitesse des liens noués, à partir de mars 2017, entre son gendre, Jared Kushner, auquel le dossier moyen-oriental a été confié et le prince Mohammed Ben Salman (MBS). A Riad, Trump a ainsi conclu un pacte antiterroriste à travers l’inauguration de deux centres de lutte contre l’extrémisme et promu une coalition d’Etats sunnites (une « OTAN arabe ») dirigée contre l’Iran et ses protégés. Il s’est rendu dans la foulée à Jérusalem pour y proclamer sa volonté de promouvoir un règlement de paix. Pourtant, il va bientôt mettre lui-même ce dernier en danger.

Continuer la lecture de Retour sur la Journée d’Etude du 22 mars 2019 «America First ? L’Administration Trump et le monde »

The British presence in the Mediterranean: memory footprints and present-day challenges. La présence britannique en Méditerranée : traces mémorielles, défis actuels

The British presence in the Mediterranean: memory footprints and present-day challenges.

La présence britannique en Méditerranée : traces mémorielles, défis actuels

Valérie André and Matthew Graves (OREMA – LERMA, Aix-Marseille Université)

The resetting of the United Kingdom’s relations with Europe in the aftermath of the June 2016 referendum is a time to reassess Britain’s place on the southern seaboard of the continent, in the Mediterranean world past and present, viewed through the lens of critical geopolitics and geographies of memory. Taking its cue from Braudel’s invitation to “see the Mediterranean as the window onto an alternative view of history” (1986, p.14), our research brief is to examine the vestiges of British cultural, diplomatic and strategic engagement in the region and assess their continuing (or diminishing) relevance in the 21st century in the context of the post-Cold War power shift to the East, the conflicts in the Near and Middle East, the Brexit process and the foreign policy ambitions of “Global Britain”. We shall be asking what are the geopolitical perspectives for the post-Brexit British presence in the region and what are the foreseeable impacts on those countries within its traditional sphere of influence? Does Brexit herald a ‘West of Suez’ moment, a British retreat from the liquid continent on Europe’s southern borders, or a re-engagement on new terms?

Continuer la lecture de The British presence in the Mediterranean: memory footprints and present-day challenges. La présence britannique en Méditerranée : traces mémorielles, défis actuels

Valérie André et Matthew Graves à Mare Nostrum, une émission de Raymond Follin le 17 mai 2018 (rediff. les 24 et 26-05) Radio Zinzine, Aix-en-Provence

« Brexit en Méditerranée »

Cette émission interroge la présence britannique en Méditerranée post-Brexit. Si le Royaume-Uni se met en marge de l’Europe depuis le référendum de juin 2016 et se pense comme une zone franche en dehors du marché unique, c’est sur le versant Sud de l’Europe, dans le chapelet d’îles du Commonwealth (Malte, Chypre) et des territoires d’outre-mer (Gibraltar, Bases souveraines chypriotes) qui composent les vestiges du monde britannique en Méditerranée, qu’il convient de chercher les prémisses d’une telle posture et les modèles d’avenir (fiscalité off-shore, dérégulation financière et bancaire) d’une « Grande Bretagne globale » et post-européenne, avec ses relais extra-méditerranéens (Dépendances de la Couronne, Pays et territoires d’outre-mer). Car, s’appuyant sur les acquis d’une puissance maritime relayée par une présence insulaire résiduelle, c’est dans cet « Empire aux eaux bleues » (R. Holland) qui borde le continent, où, depuis plus de deux siècles, le Royaume-Uni déploie une géopolitique sub-européenne de contournement et d’enveloppement stratégique qui permet aux Britanniques d’exister dans l’Europe à défaut d’être de l’Europe. Sur fond de la longue durée de l’histoire anglo-méditerranéenne, quel avenir le Brexit réserve-t-il pour le Royaume-Uni et le Commonwealth dans la Méditerranée ?

  https://www.radiozinzineaix.org/index.php/les-emissions/mare-nostrum