Archives de catégorie : Billets

Convergences de la relation « spéciale » à l’heure du Brexit

Valérie André, Aix-Marseille Université, LERMA

En perte de vitesse depuis les guerres d’Irak et d’Afghanistan, reléguée au second rang par une administration Obama qui fait le choix du Pacifique, la relation spéciale retrouve des couleurs dans les discours de campagne de Donald Trump. L’ironie veut que ce candidat qui se présente volontiers comme un outsider proclame son attachement à la relation spéciale. La thèse selon laquelle le référendum du 23 juin 2016 aurait vu déferler une vague de mécontentement populaire fonctionne comme une sorte de prophétie auto-réalisatrice dans le cadre de la campagne présidentielle américaine. Le Brexit est « a beautiful thing », et Trump d’évoquer la possibilité de relancer la relation bilatérale par le biais d’accords commerciaux que le Royaume-Uni et les Etats-Unis pourraient conclure une fois la Grande-Bretagne libérée de la tutelle de l’Union européenne. 

En conformité avec les codes de la relation spéciale, Theresa May fut bien le premier chef de gouvernement étranger invité à Washington au lendemain de l’intronisation de Donald Trump en janvier 2017. Le Président nouvellement élu avait toutefois choisi d’accorder la primeur d’une entrevue à Nigel Farage, leader du UKIP et récent adversaire de la Première ministre dans le cadre de la campagne pour le référendum ; la conférence de presse qui suivit son entretien avec Theresa May fut également l’occasion pour Donald Trump de commenter longuement l’actualité des relations russo-américaines. Autant de camouflets rapportés par la presse britannique qui témoignaient de l’intérêt tout relatif porté à la relation bilatérale avec le Royaume-Uni. L’embellie supposée des relations entre Londres et Washington menaçait d’être éphémère tant le décalage était grand entre les deux protagonistes. Là où Theresa May était venue chercher à Washington la confirmation d’un soutien américain garant de l’exceptionnalisme britannique, le Président américain insistait sur la dimension asymétrique de la relation, tout en ne laissant aucun doute quant à son caractère conditionnel. La relation spéciale ne trouverait grâce à ses yeux que si elle rencontrait les priorités d’une politique étrangère américaine dominée par l’objectif de renouer avec la grandeur perdue (« Make America Great Again »). A l’issue de cette première rencontre si Theresa May n’avait donc reçu qu’un soutien modéré de la part de Donald Trump, elle avait surtout pu prendre conscience des grandes lignes de la feuille de route qui était la sienne dans le cadre des négociations avec l’Union européenne, le nouveau Président ayant clairement affiché sa préférence pour la position défendue par les artisans d’un Brexit « dur ».

Continuer la lecture de Convergences de la relation « spéciale » à l’heure du Brexit

Donald Trump et l’Amérique latine : une région malmenée ?

Retour sur la JE “America First” du 22 mars 2019, avec le soutien du LERMA, de l’UFR ALLSH, du German Marshall Fund et de l’Institut des Amériques

Isabelle Vagnoux, Aix Marseille Université, LERMA, Aix-en-Provence, France

Depuis le tout début de sa campagne présidentielle, les commentaires de Donald Trump sur l’Amérique latine ont été rares et marqués par une rhétorique agressive, notamment à l’encontre des immigrés mexicains et du Mexique, tranchant avec la relation constructive qui s’était tissée entre les deux pays depuis l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange avec le Mexique, en 1994. La conséquence immédiate en est un taux de confiance historiquement bas envers l’hôte de la Maison Blanche parmi les Latino-Américains,  oscillant entre 5% (au Mexique) et 20% au Venezuela selon un sondage publié par le Pew Research Center  en avril 2018, contrastant avec Obama qui, par exemple au Mexique, obtenait un taux de confiance de 55% à 60% suivant les années.

A n’en point douter, cette agressivité verbale est étroitement liée aux intérêts électoralistes du candidat puis du président, courtisant ainsi à un électorat hostile aux immigrés latino-américains. Le contraste est grand avec son prédécesseur qui avait, dès le printemps 2009, mis en avant une rhétorique de partenariat avec le Sud, reconnaissant les responsabilités des Etats-Unis, notamment dans l’échec de la lutte anti-drogue. Toutefois, si l’on met de côté les effets rhétoriques, la politique menée par l’administration Trump en Amérique latine diverge certes de celle d’Obama mais sans doute pas de façon fondamentale. Sous Trump comme sous Obama ou George W. Bush, la région ne constitue pas une priorité stratégique majeure.

Quatre questions, pour la plupart « intermestiques », selon l’expression du politiste Bayless Manning, intégrant une forte dimension de politique intérieure, ont tout particulièrement mobilisé le président Trump et son administration: l’immigration; l’accord de libre-échange nord-américain; la relation avec Cuba et la crise vénézuélienne.

Continuer la lecture de Donald Trump et l’Amérique latine : une région malmenée ?

Michael Stricof dans “Made by History”, publication du Washington Post

“Why weak leadership at the Defense Department could lead the US to war in Iran”

Tensions are currently escalating between the United States and Iran, sending commentators scrambling for comparisons to the second Iraq War. Destroyed ships in the Gulf of Oman also call up memories of the Gulf of Tonkin incident, which led to open American involvement in Vietnam in 1964. However, there is another historical comparison that may better capture the state of the current leadership in the Pentagon and the risk of a different, dangerous path to war.

Michael Stricof argues in The Washington Post that the turmoil and inattention in the Department of Defense which led to the failed US intervention in Somalia in 1993 offers a model for understanding some internal dangers facing Washington today.

https://www.washingtonpost.com/outlook/2019/06/24/why-weak-leadership-department-defense-could-lead-us-war-iran/

La Continuité budgétaire et stratégique de la défense américaine

Retour sur la JE “America First” du 22 mars 2019, avec le soutien du LERMA, de l’UFR ALLSH, du German Marshall Fund et de l’Institut des Amériques

Michael Stricof (Aix Marseille Université, LERMA)

Début décembre 2018, après presque deux ans, le département de la Défense semble immunisé contre les bouleversements du reste de l’administration Trump. Seule Heather Wilson, Secrétaire à l’Armée de l’Air est partie après deux ans de service quand les autres départements ont vu des changements de personnel sans précédent. Les goûts peu conventionnels du président, comme son désir d’un défilé militaire, sont acceptés tranquillement par le Pentagone, puis enfouis encore plus facilement sans scandale. Le Secrétaire à la Défense James Mattis est soutenu par les deux partis politiques. Il a le pouvoir unique de contredire le président publiquement, surtout à l’étranger, sans conséquences. Il défend l’OTAN en Europe, met en avant la menace russe et promeut une certaine continuité dans le leadership américain. La pire insulte que Trump lui réserve, c’est qu’il semble un peu Démocrate, bien loin des critiques que le président adresse aux autres membres de son administration, comme son procureur général Jeff Sessions.

Lorsque le président décide de mettre fin à l’intervention militaire américaine en Syrie, dans une lettre ouverte sans précédent, Mattis démissionne en citant les différences de perspective entre lui-même et Trump. Le département de la Défense ne semble désormais plus si différent des autres départements.

Néanmoins, la perspective et la stratégie militaire de l’administration doivent être comprises en regardant plus loin. Malgré cet épisode mouvementé, il y a toujours des cohérences importantes dans le budget et la stratégie de la défense américaine.

Continuer la lecture de La Continuité budgétaire et stratégique de la défense américaine