Archives de catégorie : ASIE / PACIFIQUE

Australie : Vieilles solutions, nouvelle donne ?

Elizabeth Rechniewski, Université de Sydney

Les mesures de confinement mises en place par le gouvernement fédéral au niveau national sont parmi les plus strictes du monde. La population australienne tout entière endure depuis cinq mois un verrouillage compréhensif, interdite de voyager à l’étranger sauf dans des cas exceptionnels. Même rentrer en Australie est devenu difficile, le nombre d’arrivées étant limité et la quarantaine obligatoire dans des hôtels strictement surveillée. Les restrictions ne s’arrêtent pas là mais s’étendent à l’interdiction de traverser les frontières entre certains États : une des premières conséquences de la pandémie en Australie a été de révéler les fractures au sein du Commonwealth. Influencés par des considérations politiques autant que sanitaires, certains Premiers—notamment Annastacia Palaszczuk du Queensland qui fait face à une élection dans deux mois—ont exploité une sorte de nationalisme étatique larvé, fermant les frontières de leur État contre la « contamination » qui proviendrait de ceux plus touchés par le virus. Cette politique a entraîné des situations loufoques et parfois tragiques dans les villes qui chevauchent les frontières et ailleurs. D’âpres discussions ont lieu en ce moment sur l’éventuelle réouverture des frontières, essentielle, selon le Premier ministre Scott Morrison, pour la reprise économique.

Continuer la lecture de Australie : Vieilles solutions, nouvelle donne ?

Coronavirus – l’approche néo-zélandaise et ses implications géopolitiques

Jacinda Ardern, Première Ministre de Nouvelle-Zélande depuis 2017

Gregory Albisson, ILCEA4, Grenoble Alpes Université

Dans un communiqué daté du mois de juin, le Ministère des Affaires Etrangères compare la crise du Covid-19 aux traumatismes engendrés par la Grande Dépression, la Seconde Guerre Mondiale,  la chute de Singapour, l’entrée du Royaume-Uni dans l’Union Européenne – vécue comme une véritable trahison – et le choc pétrolier des années 1970.[1] Le Ministère est conscient du point de bascule géostratégique dans lequel il se trouve et est persuadé que le succès relatif de la Nouvelle-Zélande, alors affranchie du joug de la contagion communautaire, apportera une pierre de plus à l’édifice d’une réputation internationale bien établie.

Après 102 jours consécutifs sans nouvelle transmission communautaire, la Nouvelle-Zélande avait été saluée par l’Organisation Mondiale de la Santé pour sa réactivité et son efficacité dans la lutte contre le COVID 19, si bien que Winston Peters, Ministre des Affaires Etrangères, s’est même vu solliciter par 23 de ses homologues en quête de conseils.

A l’heure actuelle, l’ombre d’une deuxième vague se fait de plus en plus pesante et la Nouvelle-Zélande enregistre une reprise de l’activité épidémique. Isolé géographiquement et modeste sur le plan démographique, l’archipel néo-zélandais se tient en marge des épicentres pandémiques mais n’est évidemment pas pour autant épargné. Si la géographie demeure un paramètre clé, la stratégie des pouvoirs publics l’est tout autant, et la réponse face à l’apparition de nouveaux foyers de contagion sera cruciale sur le plan sanitaire bien entendu mais aussi pour la renommée de ce pays qui s’est positionné il y a plusieurs années comme un acteur régional clé.

Ce billet propose de revenir sur la gestion sanitaire réussie et la stratégie de relance économique du gouvernement travailliste de Jacinda Ardern, avant de s’interroger sur l’impact géopolitique de la crise et de sa gestion dans la région du Pacifique Sud.

Continuer la lecture de Coronavirus – l’approche néo-zélandaise et ses implications géopolitiques

Old and New Fears of Invasion in the South West Pacific: Australia and Vanuatu

Elizabeth Rechniewski, The University of Sydney

Part 1. Australia ‘steps up’ in the Pacific

From the middle of the nineteenth century on, the issue of control of the islands of the South West Pacific was a constant preoccupation of the Australian political class, and intermittently of the press and public too: the British colonies feared ‘encirclement’ by hostile foreign powers who might use the islands as a staging post for invasion. These security concerns found expression in the ‘Russophobia’ of the mid 1880s which reached a high degree of public hysteria in March 1885 with belief in imminent Russian invasion; in the hostile reactions to American and German annexations in the Pacific in the late 1890s; and increasingly in fears of being ‘swamped by Asian hordes’, focused at first on the Chinese and later on the Japanese. Wild rumours of a ‘Chinese Invasion’ could be found throughout the Australian press in the 1880s and imaginary invasions were serialised in popular fiction. While these concerns extended to the whole arc of islands that spanned the east coast of Australia, I have been particularly interested in tracing policy towards the New Hebrides (after independence Vanuatu): by the late nineteenth century the uncertain status of these islands, divided between French and British control, first through the Joint Naval Commission and then from 1906 as the Anglo-French Condominium, made them, it was argued, more vulnerable to invasion. The issue of control of the New Hebrides, and expulsion from Australia of the Kanaka workers, most of whom came from these islands, was a major motivating factor in the move towards Federation. But although the Constitution apportioned responsibility for Pacific affairs to the new nation, Australia had to be content with lobbying the British government to ‘take back control’ of the jointly administered territory. And this Australia did regularly, but unsuccessfully, until the Second World War saw the arrival of hundreds of thousands of Allied troops on the islands.

 

Continuer la lecture de Old and New Fears of Invasion in the South West Pacific: Australia and Vanuatu