Archives de catégorie : AMERIQUES

In Confronting China on Human Rights, Biden Can Learn from Reagan

Rasmus Sinding Søndergaard, The Danish Institute for International Studies, Copenhagen, Denmark

As Joe Biden considers making human rights a central part of his China policy, he can learn from how Ronald Reagan successfully integrated human rights into his foreign policy towards the Soviet Union.

Human rights issues are poised to play a much larger role in U.S.-China relations after Joe Biden takes over from Donald Trump. Much like his predecessor, Biden has signaled his intentions to be tough on Beijing but with a much stronger emphasis on criticizing human rights abuses like those against the Uyghur Muslim minority in Xinjiang and democracy activists in Hong Kong. As Biden moves to confront China on human rights while also seeking cooperation on issues of mutual interests, he can learn from how Reagan succeeded in doing this in his Soviet policy. History suggests that striking the right balance between criticism and dialogue will be crucial and that a key benefit of speaking out against human rights abuses by an authoritarian rival might be domestic. 

 

Continuer la lecture de In Confronting China on Human Rights, Biden Can Learn from Reagan

“America is back” : Quelle politique pour l’Amérique latine ?

Isabelle Vagnoux, Aix Marseille Université, LERMA, UR 853, Aix-en-Provence, France

“America is back, ready to lead the world, not retreat from it. Once again sit at the head of the table. Ready to confront our adversaries and not reject our allies. Ready to stand up for our values.”

Joe Biden, 24 novembre 2020

Pour la première fois depuis bien longtemps, le nouveau président des Etats-Unis est un fin connaisseur de l’Amérique latine et de la Caraïbe. Outre son soutien au Plan Colombie, à la fin des années 1990, Joe Biden s’est rendu à seize reprises dans la région pendant son mandat de vice-président de Barack Obama (2009-2017) et il a piloté le plan d’aide mis en place en 2015 pour l’Amérique centrale. En bref, c’est un « ami de l’Amérique latine » qui entre à la Maison-Blanche, selon la formule de Michael Camilleri (Inter-American Dialogue). Au-delà des incantations rhétoriques, la nouvelle équipe présidentielle entend bien rétablir l’esprit de multilatéralisme, d’échange et de partenariat avec les pays des Amériques qui avait prévalu pendant l’Administration Obama et sera en particulier réactivé pour aider à résoudre la tragédie vénézuélienne.

D’ordinaire, la région, pourtant fortement imbriquée dans le tissu démographique et politique états-unien, constitue rarement une priorité pour Washington, absorbé par l’Asie, le Moyen-Orient ou l’Europe. Cependant, les choses pourraient être différentes en 2021 pour quatre raisons : la crise migratoire, endiguée brutalement en 2020 par l’effet conjugué du choc de la pandémie et des mesures prises par  Donald Trump, mais qui reprend vigueur depuis octobre; les effets désastreux du COVID-19 en termes sanitaires et socio-économiques sur des sociétés déjà fragiles ; l’avancée de la Chine en Amérique latine ; le recul de la démocratie et la multiplication des manifestations contre les inégalités. En d’autres termes, la région apparaît comme un cocktail explosif, aux portes des Etats-Unis.

Continuer la lecture de “America is back” : Quelle politique pour l’Amérique latine ?

Anglo-American relations 2.0: pressing the reset button?

Valérie AndréAix Marseille Université, LERMA, OREMA, Aix-en-Provence, France 

             The results of the 2020 US presidential election sent the British media into a frenzy of anticipation over the state of the special relationship. The news that Boris Johnson was among the first world leaders to have received a phone call from the President-elect was received with a sigh of relief, even if it didn’t entirely assuage all fears. The level of anxiety had been running especially high as the British Prime Minister was deemed to have enjoyed an exceptionally close personal relationship with Donald Trump. Memories of Boris Johnson’s hobnobbing with the President at international conferences, of Donald Trump’s public support for Johnson’s bid for the leadership of the Conservative party in the summer of 2019 and for a tougher stance in the Brexit negotiations, as well as of all the swagger and bluster on either side of the Atlantic, were seen as millstones round the Prime Minister’s neck which would drag him – and the United Kingdom – down to the bottom of the queue. The similarities between the leaders’ personal and political lives, two insiders running as outsiders, mavericks who had risen to the top of their own parties through pandering to the tastes of the rank and file and of an unusual electoral base, the echoing political slogans “America First” and “Take Back Control”, the readiness to resort to ‘alternative facts’, all could conspire to wrongfoot the British Prime Minister. If the tide had turned with Joe Biden’s victory it was feared that Boris Johnson would be left on the wrong side of history, in the company of those ‘strong leaders’ Donald Trump had taken a liking to.

Continuer la lecture de Anglo-American relations 2.0: pressing the reset button?

« America first » bis repetita ou « aux côtés des alliés et des amis » ?

Isabelle Vagnoux, Aix Marseille Université, LERMA, UR 853, Aix-en-Provence, France

29% … rarement le monde a montré aussi peu de confiance envers le président américain, d’après le Pew Research Center (8 janvier 2020). Cependant, l’image des Etats-Unis résiste assez bien avec 54% d’opinions favorables. A l’évidence, même s’il apparaît bien soutenu par les électeurs de la droite populiste partout dans le monde, voire plébiscité en Israël (71%), Donald Trump et ses choix stratégiques souffrent d’un déficit de popularité qui n’a pas renforcé la position internationale des Etats-Unis. Comment regagner une influence positive sur la communauté internationale ? Les élections de 2020 peuvent-elles impulser une nouvelle donne ?

Pour Joe Biden comme pour Donald Trump, une chose est certaine : ils entrent dans l’ère des « inconnues inconnues » (unknown unknowns), selon la formule de Donald Rumsfeld en 2002. En outre, plus que jamais, à l’heure de la pandémie, le paramètre intérieur s’invite dans la définition même de la politique étrangère, un véritable défi après des décennies dominées par le credo bipartisan de la mondialisation. En bref, l’heure est à la protection des intérêts « de Detroit plutôt que de Davos ». Dans le même temps, la Chine poursuit son ascension à un rythme soutenu. A l’évidence, Washington ne peut plus prétendre assurer seul le leadership d’un ordre mondial multipolaire, en pleine mutation et au bord d’un bras de fer entre deux superpuissances. A l’aube de cette période ponctuée d’incertitudes, l’élection présidentielle de 2020 revêt une importance particulière et nous nous proposons ici d’analyser à grands traits les principales orientations stratégiques des deux candidats en matière de politique étrangère.

Article publié dans IdeAs, Idées d’Amérique, le 16 octobre 2020:

https://doi.org/10.4000/ideas.9652