Archives de catégorie : AMERIQUES

Les podcasts d’OREMA: Andrew Selee, “From Barack Obama to Donald Trump: US migration policies (and politics) in perspective”

Andrew Selee, Président du Migration Policy Institute et ancien vice-président du Woodrow Wilson Center.

Pour écouter cette conférence donnée le jeudi 12 décembre 2019 dans le cadre du séminaire de recherche OREMA à la Maison de le Recherche, campus Schuman, Aix-Marseille université : https://medihal.archives-ouvertes.fr/hal-02491486

Think tanks conservateurs, politique étrangère et administration Trump


Virgile Lorenzoni, Aix Marseille Université, LERMA, OREMA, Aix-en-Provence, France 

Ce billet, issu d’un poster scientifique, met en perspective l’influence exercée par les think tanks conservateurs sur la politique étrangère américaine. Il fournit d’abord quelques exemples d’une telle influence, situés notamment dans les années 2000. A partir de ces modèles, il propose plusieurs pistes d’évaluation de cette influence sur les décisions prises par l’administration Trump. Quatre cas en particulier sont examinés : la Syrie, le Venezuela, l’Iran, et la politique migratoire.

1. L’influence des cercles de réflexion conservateurs sur la politique étrangère américaine : premiers modèles.

Pour proposer une analyse des interactions entre les cercles de réflexion conservateurs et l’administration Trump, il nous faut poser quelques bases. Par « think tank conservateur », nous entendons ici un groupe de personnes, chercheurs ou non, dont le but annoncé est de fournir un travail de recherche, dans l’optique de proposer des solutions transposables de manière concrète par les administrations et les gouvernements, et dont les actions s’inscrivent dans un cadre idéologique conservateur[1] bien qu’officiellement la plupart des think tanks ne soient pas affiliés à un parti politique.

Historiquement, il faut rappeler l’explosion du nombre de think tanks conservateurs dans les années 1960, 70, puis 80, pour n’en citer que quelques-uns, le Hudson Institute ou la Philadelphia Society (1961 et 1964), la Heritage Foundation, le Cato Institute, ou d’autres think tanks de taille plus modeste (Goldwater Institute, Center for Security Policy…) dans les années 70 et 80. Il a déjà été fréquemment observé que la multiplication de ces institutions à l’agenda résolument conservateur était à la fois un symptôme et un adjuvant de la révolution conservatrice menant à l’élection de Ronald Reagan en 1980[2]. Comme le rappelle le Global Go To Think Tank Index Report: ‘The end of post WWII consensus challenge to the Welfare State contributed to the growth of think tanks on the left and the right of the political spectrum.’ Les think tanks conservateurs s’inscrivent dans le ‘conservative backlash’ entraîné par la ‘Great Society’ de Johnson, la sensation de déclin moral traversant une partie de la société américaine, et la défiance politicienne de certains conservateurs vis-à-vis de la guerre du Vietnam, disqualifiée en tant que ‘Johnson’s War’. Le mouvement conservateur aura besoin d’ériger des sources d’influence pour contrebalancer le poids considérable de certaines institutions prestigieuses déjà acquises à la cause libérale comme Brookings.

Continuer la lecture de Think tanks conservateurs, politique étrangère et administration Trump

Jeudi 12 décembre, un événement OREMA/LERMA/DEMA: “From Barack Obama to Donald Trump: US migration policies (and politics) in perspective”

Une conférence du Dr Andrew Selee, Président du Migration Policy Institute (Washington DC) et ancien vice-président du Woodrow Wilson Center.

Contact : isabelle.vagnoux@univ-amu.fr 
Faculté ALLSH
Maison de la recherche – Salle 2. 44
29, av. Robert Schuman – Aix-en-Provence

Les Etats-Unis et les Amériques

L’Amérique latine a déjà un modèle pour résoudre la crise vénézuélienne. La doctrine de Larreta – et non le Traité de Rio – devrait servir de cadre à l’action collective de la région.

Max Paul Friedman et Tom Long

Face à une crainte de guerre à la frontière colombienne, avec deux présidents en duel à Caracas et aux propos visant à sauver une économie en ruine avec de la crypto-monnaie, la crise vénézuélienne se poursuit alors même que la communauté internationale fait son possible pour changer les faits sur le terrain. Lors de la dernière escalade de pression régionale, seize États de l’hémisphère occidental ont voté en septembre en faveur de l’application de sanctions coordonnées aux termes du Traité de Rio contre le président en exercice Nicolás Maduro. Le pacte, invoqué 72 ans après sa signature, donnera-t-il à ces États le moyen de repousser Maduro du pouvoir ?
En réalité, le Traité de Rio est un instrument maladroit pour promouvoir la démocratie. Pour comprendre pourquoi, il est utile de voir le Traité de Rio, officiellement le Traité interaméricain d’assistance réciproque, dans son contexte historique. Signé en septembre 1947 et en vigueur depuis 1948, les fondations du traité ont été construites pendant la Seconde Guerre mondiale et au lendemain de celle-ci. Considéré depuis longtemps comme une imposition états-unienne et un instrument de la guerre froide, le traité est né de la victoire diplomatique de l’Amérique latine dans le but de créer un espace pour les organisations régionales lors de la conférence des Nations Unies à San Francisco en 1945.
Bien que les mêmes années d’après-guerre aient connu un épanouissement relatif de la démocratie en Amérique latine, le Traité de Rio n’a pas été envisagé comme un instrument permettant de faire progresser la démocratie. Le Traité a consacré la démocratie à un préambule non contraignant. Toutefois, les premières discussions sur l’ordre du jour de la conférence sur la sécurité ont porté de manière beaucoup plus explicite sur la protection et la promotion de la démocratie.

Continuer la lecture de Les Etats-Unis et les Amériques