Archives de catégorie : AMERIQUES

« America first » bis repetita ou « aux côtés des alliés et des amis » ?

Isabelle Vagnoux, Aix Marseille Université, LERMA, UR 853, Aix-en-Provence, France

29% … rarement le monde a montré aussi peu de confiance envers le président américain, d’après le Pew Research Center (8 janvier 2020). Cependant, l’image des Etats-Unis résiste assez bien avec 54% d’opinions favorables. A l’évidence, même s’il apparaît bien soutenu par les électeurs de la droite populiste partout dans le monde, voire plébiscité en Israël (71%), Donald Trump et ses choix stratégiques souffrent d’un déficit de popularité qui n’a pas renforcé la position internationale des Etats-Unis. Comment regagner une influence positive sur la communauté internationale ? Les élections de 2020 peuvent-elles impulser une nouvelle donne ?

Pour Joe Biden comme pour Donald Trump, une chose est certaine : ils entrent dans l’ère des « inconnues inconnues » (unknown unknowns), selon la formule de Donald Rumsfeld en 2002. En outre, plus que jamais, à l’heure de la pandémie, le paramètre intérieur s’invite dans la définition même de la politique étrangère, un véritable défi après des décennies dominées par le credo bipartisan de la mondialisation. En bref, l’heure est à la protection des intérêts « de Detroit plutôt que de Davos ». Dans le même temps, la Chine poursuit son ascension à un rythme soutenu. A l’évidence, Washington ne peut plus prétendre assurer seul le leadership d’un ordre mondial multipolaire, en pleine mutation et au bord d’un bras de fer entre deux superpuissances. A l’aube de cette période ponctuée d’incertitudes, l’élection présidentielle de 2020 revêt une importance particulière et nous nous proposons ici d’analyser à grands traits les principales orientations stratégiques des deux candidats en matière de politique étrangère.

Article publié dans IdeAs, Idées d’Amérique, le 16 octobre 2020:

https://doi.org/10.4000/ideas.9652

« America first » et pandémie : les Etats-Unis et l’aide au développement en Amérique latine

Floriane Blanc, Aix-Marseille Université, LERMA, Aix-en-Provence, France

« Notre argent doit soutenir ce qui crée de la valeur et soutenir nos valeurs ». Le 10 juin dernier, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo justifiait en ces termes les demandes américaines de réforme de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS). Si ce précepte éclaire l’approche de l’administration Trump envers les organisations multilatérales, c’est aussi un bon résumé de son attitude vis-à-vis de l’aide au développement, notamment en Amérique latine. Une politique qui ne semble pas s’être réellement infléchie malgré la crise sanitaire et économique qui ravage le continent.

Depuis son arrivée au pouvoir, l’administration Trump n’a eu de cesse de réduire l’enveloppe destinée à l’aide au développement, mettant en pratique sa doctrine « America first ». Dès 2017, elle a proposé un budget pour l’Amérique latine en baisse de 36%, de 1,7 milliard de dollars en 2017 à 1,09 en 2018. Si les réductions envisagées touchaient tous les domaines, y compris les programmes d’assistance militaire ou de lutte contre le trafic de drogue relevant du département d’Etat, le financement de l’Agence pour le développement international (USAID), qui administre la plus grosse partie de l’aide au développement et de l’aide humanitaire, était particulièrement visé. Nombre de programmes financés par cette aide, notamment en Colombie et en Amérique Centrale, font l’objet d’un soutien bipartisan au Congrès, et ce dernier a donc retoqué la proposition de l’exécutif en maintenant un niveau d’aide similaire à celui des années précédentes.

Continuer la lecture de « America first » et pandémie : les Etats-Unis et l’aide au développement en Amérique latine

How do diplomats write? The contribution of the diplomatic cable to U.S. and EU foreign policy-making

                     Jessica Stark, Aix-Marseille Université, LERMA, Aix-en-Provence, France

The cable is one of the most common, routine forms of internal communication for diplomats, and yet its classified status has made academic study of the genre difficult. In this blog post, I provide a brief overview of the cable’s linguistic characteristics and comment on how it contributes to foreign policy-making by comparing two sets of leaked diplomatic cables. The first set was selected from the whistleblowing platform Wikileaks, which has published to date over 250,000 U.S. State Department cables written between 2003 and 2010[i].  I also rely on a more recent set of 23 diplomatic cables produced by the European Union’s diplomatic service – the European External Action Service (EEAS) – between October 2015 and July 2018[ii].  In a December 2018 press article, journalists David E. Sanger and Steven Erlanger claimed that thousands of EU cables are believed to have been hacked over the years by Chinese intelligence agencies. Area 1, a firm founded by three former officials of the U.S. National Security Agency who discovered the breach, made more than 1,100 of the hacked cables available to the New York Times[iii].

The cable is an integral part of the institutional, organisational routines of diplomacy and timely, impactful reporting is particularly prized within the diplomatic community. Diplomats aim to be as exhaustive as possible in relaying information from the field back to their home foreign ministries, and regularly draft cables after meetings and events, or to comment on important foreign policy developments or trends in their host country. Additionally, cables are an embassy’s shopfront in terms of analytical policy input: they provide recommendations and advice for policy-makers back home. The cable therefore appears to combine both an informative and an analytical function, as a “mix of intelligence collection, analysis, and policy advocacy” (Palmer 2016: 217-18).

Continuer la lecture de How do diplomats write? The contribution of the diplomatic cable to U.S. and EU foreign policy-making

Haro sur les immigrants : la pandémie a accéléré la politique d’endiguement migratoire du président Trump

Isabelle Vagnoux, Aix Marseille Université, LERMA, OREMA, Aix-en-Provence, France 

Ce billet a été publié le 22 juin 2020 sur le blog COVIDAM, réalisé par l’unité mixte internationale Interdisciplinary and global environmental studies (IRL iGLOBES) et l’Institut des Amériques (IdA). Si la pandémie de Covid-19 a touché les Amériques plus tard que l’Asie et que l’Europe, la vague qui y déferle désormais est d’une ampleur exceptionnelle. Grâce à l’expertise du vaste réseau composé par les membres de l’IdA en France et à l’étranger, des spécialistes de toutes disciplines proposent chaque jour sur ce blog un nouveau décryptage sur cette crise, qui part de l’actualité mais n’oublie ni le temps long ni les structures sociales profondes qui expliquent les configurations actuelles. 

Pour la première fois de l’histoire américaine, pour la Maison Blanche, les Etats-Unis ne doivent plus être une « nation d’immigrés », selon la formule de John F. Kennedy. Longue, très longue, est en effet la liste des mesures adoptées à ce sujet par l’exécutif sous la houlette du conseiller conservateur Stephen Miller, dès le début du mandat présidentiel de Donald Trump. Dans la stricte continuité idéologique de sa campagne électorale, elles visaient à limiter l’immigration, légale ou non autorisée par tous les moyens : renforcement des contrôles dans l’ensemble du pays, annonce de la construction (ou plutôt de la poursuite) d’un mur à la frontière avec le Mexique, réduction des admissions de réfugiés, interdiction de l’entrée sur le territoire des ressortissants de sept pays à dominante musulmane, volonté de mettre fin au programme Deferred Action for Childhood Arrivals ou DACA[1], et à la suspension d’expulsion de ressortissants originaires de pays en difficulté (Temporary Protected Status,TPS) ; accord conclu en janvier 2019 avec le Mexique pour que les migrants et demandeurs d’asile attendent du côté mexicain de la frontière leur audience auprès des autorités américaines (Migrant Protection Protocols, ou Remain in Mexico) ;  accords signés à l’été 2019 pour que les Etats du Triangle Nord de l’Amérique centrale (Guatemala, El Salvador, Honduras) deviennent, non sans ironie, des « pays d’asile sûrs » accueillant les demandeurs d’asile à destination des Etats-Unis ayant  traversé leur territoire… Enfin, à l’automne dernier, l’administration a « proposé » d’augmenter de plus de 50% les frais pour une demande de naturalisation ou de renouvellement au titre du DACA, et d’imposer pour la première fois des frais pour les demandes d’asile. Certes, à ce jour, tout n’a pas encore été concrétisé ou confirmé par les instances compétentes ou par les cours d’appel, mais cette volonté de repousser les étrangers jugés non désirables est tenace. Elle a resurgi avec une intensité accrue en cette période de crise sanitaire historique qu’accompagne une sévère crise socio-économique.  

Continuer la lecture de Haro sur les immigrants : la pandémie a accéléré la politique d’endiguement migratoire du président Trump