Tous les articles par OREMA

Coronavirus – l’approche néo-zélandaise et ses implications géopolitiques

Jacinda Ardern, Première Ministre de Nouvelle-Zélande depuis 2017

Gregory Albisson, ILCEA4, Grenoble Alpes Université

Dans un communiqué daté du mois de juin, le Ministère des Affaires Etrangères compare la crise du Covid-19 aux traumatismes engendrés par la Grande Dépression, la Seconde Guerre Mondiale,  la chute de Singapour, l’entrée du Royaume-Uni dans l’Union Européenne – vécue comme une véritable trahison – et le choc pétrolier des années 1970.[1] Le Ministère est conscient du point de bascule géostratégique dans lequel il se trouve et est persuadé que le succès relatif de la Nouvelle-Zélande, alors affranchie du joug de la contagion communautaire, apportera une pierre de plus à l’édifice d’une réputation internationale bien établie.

Après 102 jours consécutifs sans nouvelle transmission communautaire, la Nouvelle-Zélande avait été saluée par l’Organisation Mondiale de la Santé pour sa réactivité et son efficacité dans la lutte contre le COVID 19, si bien que Winston Peters, Ministre des Affaires Etrangères, s’est même vu solliciter par 23 de ses homologues en quête de conseils.

A l’heure actuelle, l’ombre d’une deuxième vague se fait de plus en plus pesante et la Nouvelle-Zélande enregistre une reprise de l’activité épidémique. Isolé géographiquement et modeste sur le plan démographique, l’archipel néo-zélandais se tient en marge des épicentres pandémiques mais n’est évidemment pas pour autant épargné. Si la géographie demeure un paramètre clé, la stratégie des pouvoirs publics l’est tout autant, et la réponse face à l’apparition de nouveaux foyers de contagion sera cruciale sur le plan sanitaire bien entendu mais aussi pour la renommée de ce pays qui s’est positionné il y a plusieurs années comme un acteur régional clé.

Ce billet propose de revenir sur la gestion sanitaire réussie et la stratégie de relance économique du gouvernement travailliste de Jacinda Ardern, avant de s’interroger sur l’impact géopolitique de la crise et de sa gestion dans la région du Pacifique Sud.

Continuer la lecture de Coronavirus – l’approche néo-zélandaise et ses implications géopolitiques

How do diplomats write? The contribution of the diplomatic cable to U.S. and EU foreign policy-making

                     Jessica Stark, Aix-Marseille Université, LERMA, Aix-en-Provence, France

The cable is one of the most common, routine forms of internal communication for diplomats, and yet its classified status has made academic study of the genre difficult. In this blog post, I provide a brief overview of the cable’s linguistic characteristics and comment on how it contributes to foreign policy-making by comparing two sets of leaked diplomatic cables. The first set was selected from the whistleblowing platform Wikileaks, which has published to date over 250,000 U.S. State Department cables written between 2003 and 2010[i].  I also rely on a more recent set of 23 diplomatic cables produced by the European Union’s diplomatic service – the European External Action Service (EEAS) – between October 2015 and July 2018[ii].  In a December 2018 press article, journalists David E. Sanger and Steven Erlanger claimed that thousands of EU cables are believed to have been hacked over the years by Chinese intelligence agencies. Area 1, a firm founded by three former officials of the U.S. National Security Agency who discovered the breach, made more than 1,100 of the hacked cables available to the New York Times[iii].

The cable is an integral part of the institutional, organisational routines of diplomacy and timely, impactful reporting is particularly prized within the diplomatic community. Diplomats aim to be as exhaustive as possible in relaying information from the field back to their home foreign ministries, and regularly draft cables after meetings and events, or to comment on important foreign policy developments or trends in their host country. Additionally, cables are an embassy’s shopfront in terms of analytical policy input: they provide recommendations and advice for policy-makers back home. The cable therefore appears to combine both an informative and an analytical function, as a “mix of intelligence collection, analysis, and policy advocacy” (Palmer 2016: 217-18).

Continuer la lecture de How do diplomats write? The contribution of the diplomatic cable to U.S. and EU foreign policy-making

Haro sur les immigrants : la pandémie a accéléré la politique d’endiguement migratoire du président Trump

Isabelle Vagnoux, Aix Marseille Université, LERMA, OREMA, Aix-en-Provence, France 

Ce billet a été publié le 22 juin 2020 sur le blog COVIDAM, réalisé par l’unité mixte internationale Interdisciplinary and global environmental studies (IRL iGLOBES) et l’Institut des Amériques (IdA). Si la pandémie de Covid-19 a touché les Amériques plus tard que l’Asie et que l’Europe, la vague qui y déferle désormais est d’une ampleur exceptionnelle. Grâce à l’expertise du vaste réseau composé par les membres de l’IdA en France et à l’étranger, des spécialistes de toutes disciplines proposent chaque jour sur ce blog un nouveau décryptage sur cette crise, qui part de l’actualité mais n’oublie ni le temps long ni les structures sociales profondes qui expliquent les configurations actuelles. 

Pour la première fois de l’histoire américaine, pour la Maison Blanche, les Etats-Unis ne doivent plus être une « nation d’immigrés », selon la formule de John F. Kennedy. Longue, très longue, est en effet la liste des mesures adoptées à ce sujet par l’exécutif sous la houlette du conseiller conservateur Stephen Miller, dès le début du mandat présidentiel de Donald Trump. Dans la stricte continuité idéologique de sa campagne électorale, elles visaient à limiter l’immigration, légale ou non autorisée par tous les moyens : renforcement des contrôles dans l’ensemble du pays, annonce de la construction (ou plutôt de la poursuite) d’un mur à la frontière avec le Mexique, réduction des admissions de réfugiés, interdiction de l’entrée sur le territoire des ressortissants de sept pays à dominante musulmane, volonté de mettre fin au programme Deferred Action for Childhood Arrivals ou DACA[1], et à la suspension d’expulsion de ressortissants originaires de pays en difficulté (Temporary Protected Status,TPS) ; accord conclu en janvier 2019 avec le Mexique pour que les migrants et demandeurs d’asile attendent du côté mexicain de la frontière leur audience auprès des autorités américaines (Migrant Protection Protocols, ou Remain in Mexico) ;  accords signés à l’été 2019 pour que les Etats du Triangle Nord de l’Amérique centrale (Guatemala, El Salvador, Honduras) deviennent, non sans ironie, des « pays d’asile sûrs » accueillant les demandeurs d’asile à destination des Etats-Unis ayant  traversé leur territoire… Enfin, à l’automne dernier, l’administration a « proposé » d’augmenter de plus de 50% les frais pour une demande de naturalisation ou de renouvellement au titre du DACA, et d’imposer pour la première fois des frais pour les demandes d’asile. Certes, à ce jour, tout n’a pas encore été concrétisé ou confirmé par les instances compétentes ou par les cours d’appel, mais cette volonté de repousser les étrangers jugés non désirables est tenace. Elle a resurgi avec une intensité accrue en cette période de crise sanitaire historique qu’accompagne une sévère crise socio-économique.  

Continuer la lecture de Haro sur les immigrants : la pandémie a accéléré la politique d’endiguement migratoire du président Trump

The U.S. military is in the political spotlight, expect to see more retired officers speaking out during the 2020 election.

Donald Trump, Mark Milley at Inaugural parade 01-20

Michael Stricof dans « Made by History », publication du Washington Post.

The recent involvement of retired Adm. Mike Mullen, former chairman of the Joint Chiefs of Staff, and former defense secretary and retired Marine Corps general Jim Mattis in the debate about Trump’s handling of the protests highlights the key role the military has come to play in politics, campaigns and elections today — and likely will play as 2020 continues. But that obscures how new this role is. Retired military officers have regularly offered presidential endorsements over the last three decades, but the first in the wave of such endorsements didn’t come until 1988 when retired Marine Corps commandant P.X. Kelley came out in favor of George H.W. Bush. As mundane as it feels today, this practice reflects something quite dangerous — the increased politicization of the military and the reliance of civilian politicians on the armed services for credibility.

Michael Stricof discusses in The Washington Post the origins of current political endorsements by retired generals, especially the developments of the 1992 campaign when retired Admiral William Crowe endorsed Bill Clinton, and the consequences for elections now.

https://www.washingtonpost.com/outlook/2020/06/04/should-military-officers-like-jim-mattis-enter-political-arena/