Tous les articles par OREMA

David Hollinger, Protestants Abroad: How Missionaries Tried to Change the World but Changed America, Princeton (NJ), Princeton University Press, 2017.

RECENSION
Lors du récent transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, le très conservateur révérend Robert Jeffress, membre de la Southern Baptist Convention, a été invité par la Maison blanche à conduire la prière inaugurale. Pour de nombreux observateurs, l’événement est révélateur de l’influence des églises évangéliques dans la définition de la diplomatie américaine au Proche-Orient et constitue, par conséquent, une nouvelle preuve des liens étroits qu’entretiennent, aux États-Unis, religion et politique étrangère. Problématique récurrente dans l’étude des relations extérieures américaines, elle devient particulièrement prégnante à partir des années 1980 lorsque la droite religieuse investit les couloirs du pouvoir fédéral. Mais on aurait tort de croire qu’il s’agit là d’une question récente. Le dernier ouvrage de David Hollinger nous rappelle que dès la fin de la première guerre mondiale, aux États-Unis, religion et politique étrangère sont intimement liées.
Dans cette étude érudite et dense, l’historien retrace les pérégrinations tant spirituelles que politiques des missionnaires protestants américains, alors que sous leurs yeux, au Proche-Orient et en Asie, les empires coloniaux s’effondrent. Revenus aux États-Unis, les enfants de missionnaires deviennent écrivains, enseignants-chercheurs ou experts auprès de l’administration fédérale. Leur maîtrise des langues étrangères et leur expérience du terrain forment de précieux atouts, mais leur appréciation des évolutions géopolitiques est souvent à l’opposé du courant majoritaire et donc régulièrement ignorée. Or, si les recommandations des missionnaires avaient été suivies, les relations extérieures américaines, en particulier avec les pays d’Asie, auraient été tout autres. Plutôt que soutenir les impérialismes européens, les États-Unis auraient eu avantage à accompagner la trajectoire émancipatrice des peuples anciennement colonisés. Voilà l’une des idées force qui sous-tendent cette passionnante étude.

 

Continuer la lecture de David Hollinger, Protestants Abroad: How Missionaries Tried to Change the World but Changed America, Princeton (NJ), Princeton University Press, 2017.

Les podcasts d’OREMA: Andrew Selee, “From Barack Obama to Donald Trump: US migration policies (and politics) in perspective”

Andrew Selee, Président du Migration Policy Institute et ancien vice-président du Woodrow Wilson Center.

Pour écouter cette conférence donnée le jeudi 12 décembre 2019 dans le cadre du séminaire de recherche OREMA à la Maison de le Recherche, campus Schuman, Aix-Marseille université : https://medihal.archives-ouvertes.fr/hal-02491486

Think tanks conservateurs, politique étrangère et administration Trump


Virgile Lorenzoni, Aix Marseille Université, LERMA, OREMA, Aix-en-Provence, France 

Ce billet, issu d’un poster scientifique, met en perspective l’influence exercée par les think tanks conservateurs sur la politique étrangère américaine. Il fournit d’abord quelques exemples d’une telle influence, situés notamment dans les années 2000. A partir de ces modèles, il propose plusieurs pistes d’évaluation de cette influence sur les décisions prises par l’administration Trump. Quatre cas en particulier sont examinés : la Syrie, le Venezuela, l’Iran, et la politique migratoire.

1. L’influence des cercles de réflexion conservateurs sur la politique étrangère américaine : premiers modèles.

Pour proposer une analyse des interactions entre les cercles de réflexion conservateurs et l’administration Trump, il nous faut poser quelques bases. Par « think tank conservateur », nous entendons ici un groupe de personnes, chercheurs ou non, dont le but annoncé est de fournir un travail de recherche, dans l’optique de proposer des solutions transposables de manière concrète par les administrations et les gouvernements, et dont les actions s’inscrivent dans un cadre idéologique conservateur[1] bien qu’officiellement la plupart des think tanks ne soient pas affiliés à un parti politique.

Historiquement, il faut rappeler l’explosion du nombre de think tanks conservateurs dans les années 1960, 70, puis 80, pour n’en citer que quelques-uns, le Hudson Institute ou la Philadelphia Society (1961 et 1964), la Heritage Foundation, le Cato Institute, ou d’autres think tanks de taille plus modeste (Goldwater Institute, Center for Security Policy…) dans les années 70 et 80. Il a déjà été fréquemment observé que la multiplication de ces institutions à l’agenda résolument conservateur était à la fois un symptôme et un adjuvant de la révolution conservatrice menant à l’élection de Ronald Reagan en 1980[2]. Comme le rappelle le Global Go To Think Tank Index Report: ‘The end of post WWII consensus challenge to the Welfare State contributed to the growth of think tanks on the left and the right of the political spectrum.’ Les think tanks conservateurs s’inscrivent dans le ‘conservative backlash’ entraîné par la ‘Great Society’ de Johnson, la sensation de déclin moral traversant une partie de la société américaine, et la défiance politicienne de certains conservateurs vis-à-vis de la guerre du Vietnam, disqualifiée en tant que ‘Johnson’s War’. Le mouvement conservateur aura besoin d’ériger des sources d’influence pour contrebalancer le poids considérable de certaines institutions prestigieuses déjà acquises à la cause libérale comme Brookings.

Continuer la lecture de Think tanks conservateurs, politique étrangère et administration Trump

Old and New Fears of Invasion in the South West Pacific: Australia and Vanuatu

Elizabeth Rechniewski, The University of Sydney

Part 1. Australia ‘steps up’ in the Pacific

From the middle of the nineteenth century on, the issue of control of the islands of the South West Pacific was a constant preoccupation of the Australian political class, and intermittently of the press and public too: the British colonies feared ‘encirclement’ by hostile foreign powers who might use the islands as a staging post for invasion. These security concerns found expression in the ‘Russophobia’ of the mid 1880s which reached a high degree of public hysteria in March 1885 with belief in imminent Russian invasion; in the hostile reactions to American and German annexations in the Pacific in the late 1890s; and increasingly in fears of being ‘swamped by Asian hordes’, focused at first on the Chinese and later on the Japanese. Wild rumours of a ‘Chinese Invasion’ could be found throughout the Australian press in the 1880s and imaginary invasions were serialised in popular fiction. While these concerns extended to the whole arc of islands that spanned the east coast of Australia, I have been particularly interested in tracing policy towards the New Hebrides (after independence Vanuatu): by the late nineteenth century the uncertain status of these islands, divided between French and British control, first through the Joint Naval Commission and then from 1906 as the Anglo-French Condominium, made them, it was argued, more vulnerable to invasion. The issue of control of the New Hebrides, and expulsion from Australia of the Kanaka workers, most of whom came from these islands, was a major motivating factor in the move towards Federation. But although the Constitution apportioned responsibility for Pacific affairs to the new nation, Australia had to be content with lobbying the British government to ‘take back control’ of the jointly administered territory. And this Australia did regularly, but unsuccessfully, until the Second World War saw the arrival of hundreds of thousands of Allied troops on the islands.

 

Continuer la lecture de Old and New Fears of Invasion in the South West Pacific: Australia and Vanuatu