La police de New York, “gendarme du monde” ?

Ibrahim Bechrouri, Ph.D. Institut français de géopolitique, Paris 8

      Après les attentats du 11 septembre 2001, le New York Police Department (NYPD) s’est réorganisé et a étendu ses missions au nom de la lutte contre le terrorisme. Très rapidement, le département de police mobilise d’importants moyens humains et techniques pour protéger la ville de New York d’une nouvelle attaque destructrice. Ce qu’a fait le NYPD, développer une capacité à lutter contre le terrorisme, ne pourrait pas être fait par n’importe quel département de police municipale aux États-Unis. C’est véritablement la taille de cette institution, ses moyens mais aussi son histoire qui lui permettent de se doter des moyens de lutter contre la violence politique à New York, et même au-delà. En effet, le NYPD a étendu sa capacité d’action au reste des États-Unis, et en particulier dans la région Nord-Est, mais aussi dans d’autres pays. Dans le cadre de ce qui est appelé la “guerre globale contre le terrorisme”, le NYPD, département de police municipal, emboîte le pas au “gendarme du monde” pour contribuer à une plus large mission de lutte contre le terrorisme et de “maintien de l’ordre” à l’échelle mondiale.

 

Contribuer ne signifie pas pour autant collaborer. Si le NYPD décide de se déployer à l’international, c’est parce qu’il n’est pas assuré que les autres institutions étasuniennes lui transmettront les informations dont il a besoin pour protéger la ville de New York. En octobre 2001, des informations sur un projet d’attentat à la bombe nucléaire visant New York sont partagées avec la Maison Blanche par la CIA mais le NYPD n’est pas mis au courant. Avant les attentats du 11 septembre, le FBI et la CIA détenaient des éléments indiquant des menaces concrètes pesant sur la sécurité de la ville de New York, mais n’ont pas jugé nécessaire d’en informer le NYPD. Raymond Kelly, alors à la tête du NYPD, voit dans ces deux exemples la preuve qu’il ne peut pas compter sur les agences fédérales pour partager ce type d’informations cruciales. Il veut que le département de police puisse indépendamment récolter l’information dont il a besoin.

C’est pour cela qu’il décide d’envoyer des agents du NYPD à l’étranger, de manière ponctuelle ou permanente, et le département a les capacités linguistiques pour le faire. La police de New York possède une unité linguistique composée de 700 personnes maitrisant 45 langues. D’autres idiomes sont parlés par des officiers ne faisant pas partie de cette unité mais qui peuvent être mobilisés au besoin (Kelly, 123). 275 officiers de la division du renseignement du NYPD, créée pour lutter contre le terrorisme après le 11 septembre, ont un niveau linguistique suffisant pour servir d’interprètes dans plusieurs langues dont le pashtoun, l’urdu et l’arabe (Nussbaum, 2007, 220-223). Le NYPD va très vite envoyer des agents parlant hébreu à Tel-Aviv, français à Montréal ou espagnol à Saint-Domingue (Nussbaum, 2012, 193-196). 

             Le NYPD s’est ainsi internationalisé. Des officiers participent régulièrement à des interrogatoires et à des enquêtes liées à des affaires de terrorisme dans le monde entier. Ils ont par exemple eu accès à des prisonniers de guerre en Afghanistan ou à Guantanamo. Ils ont également un accès direct aux résultats d’enquêtes menées par des forces de l’ordre étrangères à la suite d’attentats. Les agents détachés sur place prennent rapidement connaissance de la méthodologie de l’attentat et de la manière dont il a été planifié. Le NYPD a notamment eu accès à ce type d’information lors des attentats de Madrid en 2004 et de Londres en 2005. Cela lui a permis d’adapter la sécurité du réseau de transports en commun de la ville de New York en tenant compte des modes opératoires utilisés dans ces deux villes. 

Le département de police de New York a en tout 17 antennes dans le monde dans lesquelles sont généralement stationnés de manière permanente un ou deux officiers (entretien avec Alain Bauer, conseiller pour le NYPD, le Los Angeles Sheriff Department et la Sûreté du Québec, le 09/10/2017 à Paris.)

 C’est notamment le cas à Hambourg en Allemagne ou à Toronto au Canada. A Londres, le NYPD a tissé des liens étroits avec le Military Intelligence Section 5 (MI5) et Scotland Yard. Ray Kelly s’est rendu lui-même sur place en juin 2012 pour apprendre du dispositif antiterroriste mis en place pour les Jeux Olympiques.

Les officiers stationnés de manière permanente à l’étranger ont plusieurs missions. S’ils doivent échanger de l’information avec les services de police et de renseignements locaux, ils assurent également des formations de manière régulière et tâchent d’apprendre des partenaires du NYPD. A cet égard, il faut noter que la division du renseignement du NYPD s’est inspiré, pour mettre en place sa stratégie antiterroriste, des tactiques que les services de police et de renseignement israéliens adoptent dans les territoires palestiniens occupés (Apuzzo & Goldman, 73). En septembre 2012, le NYPD a ouvert une antenne dans la ville israélienne de Kfar Saba.

Mais selon Ray Kelly, le rôle de cette présence internationale est surtout de poser ce qu’il appelle la “question de New York”. Les agents en mission à l’étranger doivent constamment recentrer leur attention sur la ville et demander si une attaque la menace. Ils posent cette question aux individus suspects qu’ils ont la possibilité d’interroger mais aussi, de manière régulière, à leurs partenaires locaux. Le but est d’anticiper toute tentative d’attentat afin de la déjouer ou, dans le pire des cas, d’y répondre au mieux.

            Mais il ne faut pas penser que l’internationalisation du NYPD est une anomalie historique. Dès le début du 20e siècle, dans le but de lutter contre la menace de mafias et de groupes anarchistes et communistes, le NYPD développe des relations étroites avec la police de Londres et d’autres services de police européens. Ses officiers se rendaient en Europe pour apprendre des meilleurs services de police et le NYPD faisait venir les meilleurs agents européens à New York pour former ses propres agents. Le NYPD travaillait déjà avec les forces alliées alors que les États-Unis n’étaient pas encore engagés dans la Première Guerre mondiale.

Jusqu’à 1908, le Federal Bureau of Investigation (FBI) n’existait pas et le NYPD était, dans les faits, l’agence des forces de l’ordre la plus puissante au niveau national. Après sa création en 1908, le FBI a progressivement supplanté le NYPD comme agence de force de l’ordre fédérale aux États-Unis. Le NYPD mit fin à ses activités internationales au profit de celles du FBI qui plaça ses agents dans le monde entier avec l’aval du gouvernement étasunien. Le FBI stationne encore aujourd’hui des agents dans les ambassades des États-Unis à l’étranger. Le NYPD ne peut profiter de ce système et envoie ses officiers auprès d’autres institutions, tels que les départements de police ou les agences de renseignement.

Selon Ray Kelly, les agents du FBI passaient leur temps dans les ambassades et n’avaient pas une approche assez proactive quant à la lutte antiterroriste alors que les officiers du département de police, avec des moyens plus modestes, étaient envoyés sur le terrain et au plus près des forces de l’ordre locales (Dickey, 152-163). Si un attentat se déroulait à l’étranger, le NYPD voulait avoir un accès rapide aux informations telles que le type d’arme utilisé, le mode opératoire, les failles de sécurité exploitées, etc… Kelly ne souhaitait pas attendre que les agents du FBI en poste dans les ambassades se décident à aller récolter l’information, fassent un rapport sur la situation, puis l’envoient à Washington pour qu’il ne soit transmis au NYPD que des semaines plus tard, et ce seulement si le FBI jugeait bon de le faire.

De son côté, le FBI a régulièrement critiqué le manque de professionnalisme des officiers du NYPD déployés à l’étranger. Dans la deuxième moitié des années 2000, le FBI a soupçonné Dzilansky Mordecai, agent du NYPD stationné à Tel-Aviv, d’avoir été corrompu par le renseignement israélien. Mordecai avait des problèmes de jeu et d’alcool (Dzilanski & Slater, 227-231) ce qui en faisait une cible potentielle pour le Mossad qui avait déjà tenté de corrompre des agents de la CIA par le passé. Toujours selon le FBI, après les attentats de 2005 à Londres, le NYPD a obtenu des informations sur la composition des explosifs de type TATP qu’avaient utilisés les terroristes via son agent stationné à Scotland Yard. Ray Kelly s’est empressé d’en parler à la presse, rendant ces informations publiques, ce qui créa de lourdes tensions avec les agences de renseignement britanniques. Elles auraient alors menacé le NYPD, mais aussi le FBI, de ne plus partager leurs informations.

Pourtant, Alain Bauer, conseiller du NYPD qui a participé à la mise en place de ses stratégies antiterroristes après le 11 septembre 2001, livre une toute autre version des faits :

“Ils se détestent [NDR : le FBI et le NYPD]. (…) Le FBI considérait que le NYPD entrait sur ses plates-bandes. Et donc, il s’est refusé, depuis le début, à faire autre chose que le partenaire silencieux (…) et y a mis une franche mauvaise volonté. (…) Quand le NYPD a détaché ses officiers de liaison un peu partout dans le monde, il voulait en détacher un à Paris. (…) Les gars du FBI de l’époque ont dit ‘c’est pas possible, vous ne pouvez pas faire ça, ce serait une rupture, nous ne pourrions plus travailler ensemble’ enfin un sketch assez développé et très brutal. Juste après les attentats de Londres, de 2005, le dossier est arrivé sur le bureau du ministre de l’intérieur et (…) il y avait une note qui disait “par ailleurs, le FBI insiste sur le fait que le chef de la police de Londres veut renvoyer l’officier de liaison du NYPD qui ne serait pas étanche et aurait trop parlé”. [Par chance j’étais présent] et j’ai dit ‘bon bah on a qu’à l’appeler (NDR: le chef de la police de Londres)’, ce mec est totalement injoignable en permanence et ce jour-là il répond au téléphone. (…) On est sur haut-parleur dans le bureau du ministère de l’intérieur. Je lui dis ‘il paraît que tu veux renvoyer les mecs du NYPD qui sont chez toi parce qu’ils te créent des ennuis” il me répond ‘mais ça va pas ?! (…) j’en ai demandé un deuxième, ils me sont extrêmement utiles’. Donc, en flagrant délit de mensonge, le FBI a été renvoyé dans ses 42 mètres et un officier de liaison [du NYPD] a été installé à la préfecture de police de Paris” (entretien avec Alain Bauer, le 09/10/2017).

Si l’on s’en tient au récit de Bauer, le FBI a pu chercher à discréditer le NYPD auprès de partenaires internationaux dont il était jusqu’alors l’un des principaux interlocuteurs. La juridiction géographique du FBI s’étend sur l’ensemble du territoire étasunien, y compris sur ses ambassades situées à l’étranger. Cela permit à l’agence fédérale d’établir des relations privilégiées avec ses homologues étrangers. L’internationalisation du NYPD, dont la juridiction géographique se limite en théorie à la ville de New York, est venu questionner cet état de fait.

L’internationalisation du NYPD, censée contribuer à lutter contre le terrorisme, vise à récolter rapidement un certain nombre d’informations. Néanmoins, parce qu’elle a créé des rivalités de pouvoir entre deux acteurs majeurs de l’antiterrorisme étasunien, elle prend le risque de créer les mêmes problèmes de coopération qui ont mené à l’échec des agences de maintien de l’ordre et du renseignement américains le 11 septembre 2001. Car c’est bien le manque de coopération entre le FBI et la Central Intelligence Agency (CIA) qui a été pointé du doigt comme étant la cause principale de l’incapacité à prévenir les attentats par la commission d’enquête sur le 11 septembre.

  • Apuzzo, Matt et Adam GOLDMAN. Enemies Within: Inside the NYPD’s Secret Spying Unit and bin Laden’s Final Plot Against America, New York: Touchstone, 2013.
  • Dickey, Christopher. Securing the City: Inside America’s Best Counterterror Force–The NYPD. New York: Simon & Schuster, 2009.
  • Dzilansky, Mordecai et Robert Slater. Terrorist Cop: The NYPD Jewish Cop Who Traveled The World to Stop Terrorists. Fort Lee : Barricade Books, 2010.
  • Kelly, Raymond. “La vision internationale du département de police de la ville de New York”. Pouvoirs, Vol. 132, N°1, 2010.
  • Nussbaum, Brian. “Protecting Global Cities: New York, London and the Internationalization of Municipal Policing for Counter Terrorism”. Global Crime, Vol. 8, N°3, 2007.
  • Nussbaum, Brian. “From Brescia to Bin Laden: The NYPD, International Policing, and “National” Security”. Journal of Applied Security Research, Vol. 7, N°2, 2012.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search