Le projet d’alliance des démocraties de Biden ou les usages du wilsonisme en 2021

Jean-Marie Ruiz, Université Savoie Mont Blanc.

   La récente tournée européenne de Joe Biden (9-16 juin 2021) fut l’occasion de mettre en scène une diplomatie en tout point opposée à celle de son prédécesseur, notamment parce que les valeurs et la promotion de la démocratie y occupent une place centrale. Elle fut ainsi précédée de la publication d’une tribune dans le Washington Post, signée du président lui-même, au titre explicite et significatif : « My trip in Europe is about America rallying the world’s democracies ». Ces propos s’inscrivent dans la ligne politique exposée par son Secrétaire d’Etat Anthony Blinken dès janvier 2019 (Voir l’article de Blinken et R. Kagan: « ‘America First’ is only making the world worse», The Washington Post, 01/01/2019), elle-même basée sur la notion d’« alliance des démocraties » déjà évoquée par Madeleine Albright dans les années 90, qui fut à l’origine du « sommet des démocraties » de juin 2000.

Ce faisant, les États-Unis renouent avec une rhétorique wilsonienne très caractéristique de la période post-guerre froide et qui, depuis George W. Bush et son agenda de la liberté, avait été mise en sourdine par les deux administrations suivantes. Ce que Pierre Hassner a appelé wilsonisme botté [1] – l’imposition de la démocratie et le changement de régime par la force en Irak – avait en effet durablement discrédité la promotion de la démocratie en l’associant à une politique néo-impérialiste totalement contraire au principe d’auto-détermination cher à Woodrow Wilson. Cela explique grandement que Barack Obama, ait, initialement du moins, tenu à se distancier ostensiblement de toute velléité d’intervention en faveur de la démocratie dans le monde, jusqu’à ce que les révolutions du Printemps arabe ne l’obligent à se prononcer sur la question et à placer les États-Unis « du bon côté de l’histoire ». Il va sans dire que, pour des raisons très différentes – pour Trump, la grandeur des États-Unis se réfère aux valeurs traditionnelles américaines, mais pas du tout à leur propagation – son successeur était encore moins enclin au prosélytisme démocratique.

Le retour d’un discours ostensiblement pro-démocratique et d’une conception des États-Unis comme garants et protecteurs de la démocratie libérale questionne d’autant plus que le monde et les États-Unis eux-mêmes ont bien changé depuis le début du vingt et unième siècle. L’ère de la démocratie conquérante ouverte par la fin de la guerre froide, qui avait suscité les velléités interventionnistes de Bill Clinton comme l’aventurisme guerrier de George W. Bush après les attentats de 2001, est bel et bien révolue. L’opinion publique américaine est en proie à la « fatigue » des guerres sans fin, le consensus bipartisan qui avait soutenu la seconde guerre d’Irak apparaît comme le vestige d’un autre âge dans un paysage politique plus que jamais polarisé, et le néo-conservatisme, jadis fer de lance intellectuel de l’interventionnisme pro-démocratique, est bien moins influent. Surtout, l’image des États-Unis en tant que modèle démocratique a été abîmée par le trumpisme d’une façon inédite et peut être indélébile. La démocratie américaine, associée dès le départ à l’esclavage et à la ségrégation, a toujours été entachée de graves atteintes à la dignité humaine et à l’éthique républicaine. Ce qui s’est passé sous la présidence Trump est cependant d’un autre ordre, et a instillé le doute non seulement sur l’authenticité mais sur la stabilité et la viabilité de la démocratie américaine. Le trumpisme a montré qu’elle était mortelle et peut, plus facilement que ses concepteurs le pensaient, succomber à ses propres démons. L’architecture institutionnelle conçue par les Pères fondateurs pour résister à toutes les pathologies démocratiques identifiables à l’époque semble aujourd’hui bien vulnérable face aux nouvelles formes de régression internes et aux défis extérieurs.

Dans un contexte aussi peu porteur et si radicalement nouveau, on peut s’interroger sur le bien-fondé des efforts de Joe Biden pour redonner une place centrale à la question démocratique : ne s’agit-il pas d’une posture d’un autre âge – celle d’un président ayant fait l’essentiel de sa carrière à une époque où l’hégémonie états-unienne et son modèle libéral allaient encore de soi – et qui serait totalement inadaptée au monde d’aujourd’hui ? La récente tournée européenne, réminiscente de la guerre froide, a pu conforter cette impression, en mettant en scène une rencontre au sommet avec Vladimir Poutine, précédée de réunions avec ses alliés européens et de l’OTAN, sur fond de discours manichéens opposant deux types de régimes.[2]

En réalité, si l’on se penche sur les motivations et les objectifs recherchés, nous voyons au contraire qu’ils sont bien différents de ceux des dernières décennies et qu’ils ont bien été conçus en tenant compte des nouvelles réalités internationales. En cela, sa politique étrangère présente davantage d’éléments de continuité avec des tendances récentes qu’avec celles du passé. Il ne s’agit nullement pour l’Administration Biden de ressusciter l’Occident pour l’opposer au reste du monde, et encore moins à la Russie héritière de l’Union soviétique. Comme pour ses deux prédécesseurs, l’Europe est désormais considérée comme un partenaire, voire une alliée parmi d’autres, tout comme celle-ci n’est pas désireuse de s’aligner sur les États-Unis dans une logique de blocs. De façon caractéristique « l’alliance des démocraties » prônée par Washington va bien au- delà du monde transatlantique et englobe des pays de la zone Indo-Pacifique tels que l’Inde, le Japon, l’Australie, la Corée du Sud ou Taïwan. Outre leur caractère démocratique, ces pays ont en commun d’être confrontés à l’expansionnisme de la Chine, qui est aujourd’hui le principal rival des États-Unis sur la scène internationale.

Ce dernier point est crucial pour comprendre les raisons qui motivent la rhétorique néo-wilsonienne de Biden. Comme la presse l’a relevé, la Chine était « l’éléphant » ou encore le « vase chinois » dans la pièce des pourparlers de Bruxelles et de Genève[3], et c’est elle que l’OTAN a officiellement désigné comme un « défi systémique ». Si l’on peut parler de nouvelle guerre froide, elle oppose donc les États-Unis à la Chine plutôt qu’à la Russie. Bien que le pouvoir de nuisance de cette dernière demeure, elle n’apparaît plus comme une puissance globale capable de défier militairement ou économiquement les États-Unis. La montée en puissance de la Chine depuis l’arrivée au pouvoir de Xi-Jinping en 2013 est par contre indéniable, et elle s’est considérablement accélérée durant le mandat de Trump, à la faveur du repli nationaliste et du désengagement des États-Unis des instances multilatérales. Le trumpisme semble avoir été interprété comme la preuve d’un déclin occidental pressenti et annoncé par Pékin depuis la crise de 2008, et comme un contexte particulièrement favorable à l’affirmation décomplexée et tous azimuts de la puissance chinoise sur la scène internationale, en particulier dans ce qu’elle revendique désormais comme sa sphère d’influence régionale, à savoir la mer de Chine. Cette volonté d’affirmation de puissance s’est également traduite par une reprise en main aussi soudaine que brutale de Hong Kong, et une politique d’intimidation des pays voisins, notamment Taïwan mais aussi les Philippines, le Japon et le Vietnam, voire les pays de la zone Indo-Pacifique, dans le but d’y réduire l’influence états-unienne.

Au-delà de ce qui est souvent considéré comme un tournant hyper-nationaliste et qui peut être assimilé à la défense des intérêts de la Chine en tant que grande puissance, c’est la détermination de Xi-Jinping à promouvoir un modèle chinois alternatif au modèle américain qui inquiète plus encore les États-Unis. Le choix des mots est à cet égard significatif : Pékin parle désormais du « rêve chinois » pour désigner l’alternative au « rêve américain », et s’efforce d’accréditer l’idée que le 21e sera un « siècle chinois ». La Chine a certes un problème de soft power, son image s’est beaucoup dégradée au cours des deux dernières années, et elle est loin de faire rêver les foules. Elle a cependant des atouts qui font réfléchir ses détracteurs à deux fois avant de s’opposer à elle : l’attractivité de son marché, sa capacité d’investissement et, pour les pays dénués d’État de droit et peu respectueux des droits de l’homme, le respect de la souveraineté et le refus de toute ingérence dans les affaires intérieures. Dans un contexte international de régression démocratique et de propagation des régimes autoritaires, il s’agit là d’un avantage d’autant moins négligeable que la Chine, le plus souvent en tandem avec la Russie, se pose en défenseur de ces derniers sur l’échiquier international. Plus généralement, l’essor de la Chine est accueilli positivement par tous ceux qui refusent le maintien d’un ordre international libéral fondé sur les libertés individuelles, les droits des minorités, le pluralisme politique et l’économie de marché, c’est-à-dire ceux que Biden appelle à juste titre les autocrates.

C’est dans ce contexte que le projet d’alliance des démocraties et la rhétorique wilsonienne déployée par la nouvelle administration américaine prennent tout leur sens. Pris en étau entre une puissance montante hostile, déterminée à redéfinir un ordre international conforme à ses valeurs, et une régression démocratique à laquelle ils n’ont pas échappé, les États-Unis de Biden s’efforcent de revitaliser la démocratie américaine et de rassembler leurs alliés pour se mettre en ordre de bataille. Le défi est réel, la démocratie libérale est bien menacée par un double péril à la fois intérieur et extérieur. Ce n’est pas de promotion de la démocratie qu’il est désormais question, mais de sa survie. Le temps où Francis Fukuyama voyait la démocratie libérale comme l’horizon indépassable de l’humanité paraît bien loin. L’« alliance » que Biden et ses conseillers appellent de leurs vœux est donc avant tout défensive et, en cela, évoque plutôt la période de guerre froide, durant laquelle le wilsonisme fut mis au service des intérêts et de la sécurité des États-Unis. Ainsi expurgée des tentations néo-impérialistes que l’environnement très spécifique de l’après guerre froide rendait possible, et de nouveau confrontée à l’adversité, la tradition wilsonienne renoue avec une orientation plus classique et sans doute plus acceptable pour tous ceux qui se reconnaissent dans le modèle américain plutôt que chinois.

[1] Pierre Hassner, « L’empire de la force ou la force de l’empire ? », Cahiers de Chaillot, n°54, 2002.

[2] Voir par exemple la première conférence de presse de Joe Biden, le 24 mars dernier, dans laquelle il déclara: «  I predict to you, your children or grandchildren are going to be doing their doctoral thesis on the issue of who succeeded : autocracy or democracy ? Because that is what is at stake ».

[3] Alain Salles, « Poutine, Biden et le vase chinois », Le Monde, 18 juin 2021, p. 28.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search