“America is back” : Quelle politique pour l’Amérique latine ?

Isabelle Vagnoux, Aix Marseille Université, LERMA, UR 853, Aix-en-Provence, France

“America is back, ready to lead the world, not retreat from it. Once again sit at the head of the table. Ready to confront our adversaries and not reject our allies. Ready to stand up for our values.”

Joe Biden, 24 novembre 2020

Pour la première fois depuis bien longtemps, le nouveau président des Etats-Unis est un fin connaisseur de l’Amérique latine et de la Caraïbe. Outre son soutien au Plan Colombie, à la fin des années 1990, Joe Biden s’est rendu à seize reprises dans la région pendant son mandat de vice-président de Barack Obama (2009-2017) et il a piloté le plan d’aide mis en place en 2015 pour l’Amérique centrale. En bref, c’est un « ami de l’Amérique latine » qui entre à la Maison-Blanche, selon la formule de Michael Camilleri (Inter-American Dialogue). Au-delà des incantations rhétoriques, la nouvelle équipe présidentielle entend bien rétablir l’esprit de multilatéralisme, d’échange et de partenariat avec les pays des Amériques qui avait prévalu pendant l’Administration Obama et sera en particulier réactivé pour aider à résoudre la tragédie vénézuélienne.

D’ordinaire, la région, pourtant fortement imbriquée dans le tissu démographique et politique états-unien, constitue rarement une priorité pour Washington, absorbé par l’Asie, le Moyen-Orient ou l’Europe. Cependant, les choses pourraient être différentes en 2021 pour quatre raisons : la crise migratoire, endiguée brutalement en 2020 par l’effet conjugué du choc de la pandémie et des mesures prises par  Donald Trump, mais qui reprend vigueur depuis octobre; les effets désastreux du COVID-19 en termes sanitaires et socio-économiques sur des sociétés déjà fragiles ; l’avancée de la Chine en Amérique latine ; le recul de la démocratie et la multiplication des manifestations contre les inégalités. En d’autres termes, la région apparaît comme un cocktail explosif, aux portes des Etats-Unis.

La question migratoire appelle une attention toute particulière et immédiate pour éviter « une crise potentiellement imminente à la frontière », selon Andrew Selee, président du Migration Policy Institute. Le nombre d’appréhensions à la frontière avec le Mexique, en octobre et novembre 2020 (plus de 70 000 chaque mois, d’après les statistiques de la U.S. Customs and Border Protection) est en nette augmentation par rapport aux autres mois de 2020 et par rapport à la même période les années précédentes, les entrées massives, pour des raisons météorologiques, tendant généralement à se concentrer sur la période printanière. Les raisons qui avaient amené des dizaines de milliers de Centraméricains du Triangle Nord (Honduras, Guatemala, Salvador) à prendre la route des Etats-Unis, en 2018 et 2019 (violence induite par les gangs et le trafic de drogue, pauvreté, absence d’Etat de droit et de perspectives d’amélioration des conditions de vie) subsistent, voire, pour certaines, ont été aggravées par la pandémie. S’y ajoutent les ouragans Eta et Iota, d’une force inégalée depuis l’ouragan Mitch en 1998, qui ont ravagé le Honduras, le Nicaragua et le Guatemala en novembre. Ce sont des centaines de milliers de personnes qui se retrouvent sans toit et/ou sans moyens de subsistance. Dans ces conditions, le seul espoir, en dépit des conditions drastiques imposées par l’Administration Trump à la frontière et des mesures prises par les autorités mexicaines, demeure le voyage vers le Nord. Les Centraméricains et Mexicains ne sont pas les seuls à chercher à gagner les Etats-Unis. Les Vénézuéliens fuient massivement le chaos de leur pays, plutôt en direction d’autres pays d’Amérique du Sud jusqu’ici, mais on ne peut exclure un changement de direction vers le Nord. Les accords, imposés par l’Administration Trump aux pays du Triangle Nord, exigeant que l’asile soit demandé dans le pays de transit et non à l’entrée du pays d’accueil souhaité, tiendront-ils bien longtemps ? Enfin, la simple élection du démocrate Joe Biden peut être, en soi, perçue comme une fenêtre d’ouverture et générer de nouveaux flux. Pour toutes ces raisons, les responsables américains s’attendent à un afflux massif d’immigrants.

Sur le court terme, il s’agira de concilier respect de la loi (rule of law) — car même une administration démocrate ne peut accepter l’immigration irrégulière (Barack Obama n’avait-il pas été surnommé « expulseur-en- chef » ?) — et politique migratoire plus humaine, en phase avec la tradition états-unienne d’accueil des réfugiés. Les programmes de suspension des expulsions pour les ressortissants de pays vulnérables (Temporary Protected Status, TPS) seront poursuivis. Joe Biden a également exprimé son intention prioritaire d’initier une réforme de la politique migratoire du pays, mais les intérêts partisans ont souvent empêché de parvenir au bout du processus législatif. George W. Bush comme Barack Obama y ont échoué. Avec sa fine connaissance du Sénat, Joe Biden parviendra-t-il à obtenir du Congrès une réforme globale et fonctionnelle, la première depuis 1965 ?

Sur le plus long terme, il s’agira de s’attaquer aux racines de l’émigration.  Joe Biden part avec une belle connaissance du terrain puisque, suite à l’arrivée massive de mineurs centraméricains en 2014, il avait soutenu l’Alliance pour la Prospérité, élaborée par les gouvernements du Triangle Nord, et piloté, depuis la vice-présidence, la Stratégie pour l’engagement en Amérique centrale, programme holistique pluriannuel destiné à financer la lutte contre une corruption endémique, à aider à la consolidation de l’Etat de droit et à établir des conditions socio-économiques permettant aux Centraméricains de vivre chez eux. Si le programme a connu quelques vicissitudes en 2019, avec la suspension temporaire des aides par l’Administration Trump, les événements récents rendent indispensable son renforcement ainsi qu’une assistance accrue au développement économique.  Lors de sa campagne électorale, Joe Biden a ainsi dévoilé un projet ambitieux de quelque quatre milliards de dollars sur quatre ans, piloté par Washington en partenariat avec les gouvernements concernés, le secteur privé et les organismes multilatéraux, qui viendrait poursuivre et compléter les efforts entrepris sous Obama (The Biden Plan to Build Security and Prosperity in Partnership with the People of Central America).

Au-delà de la poudrière centraméricaine et de ses enjeux pour la sécurité états-unienne, c’est l’ensemble de l’Amérique latine et de la Caraïbe qui se trouve au bord d’une situation socio-économique explosive. Avec quelque 473 000 décès dus au COVID en 2020 (sans doute sous-évalués) — certaines projections portent le chiffre à plus de 600 000 au printemps 2021 — la pandémie a gravement affecté la région, la plus touchée au monde. Les conséquences qui se profilent en 2021 risquent d’être catastrophiques pour les Etats vulnérables, au développement économique inégal : pauvreté accrue et risque de famine pour la première fois depuis un siècle (dans un rapport de juillet 2020, The Impact of COVID-19 on Latin America and the Caribbean, l’ONU prévoit pour la région 45 millions de personnes supplémentaires sombrant dans la pauvreté en 2020, soit un total de 230 millions de personnes et 37% de la population) ; instabilité sociale et politique (dont on a déjà vu les prémices en 2019) ; et, in fine, migration vers les Etats du Nord, plus riches. C’est donc bien toute l’Amérique latine qui devient prioritaire pour la nouvelle Administration états-unienne.

D’autant que la Chine (ou, à défaut, les banques et entreprises chinoises) n’a cessé d’étendre son implantation dans la région depuis une dizaine d’années, et ne demande qu’à renforcer son influence. Pendant la campagne électorale, Joe Biden avait clairement dénoncé la faillite de la politique latino-américaine de Donald Trump, qui aurait accentué, plutôt que diminué, la présence chinoise dans la sphère d’influence américaine. Bien que, selon le Global Development Policy Center, les prêts d’Etat à Etat entre la Chine et l’Amérique latine aient nettement diminué en 2019, les échanges commerciaux n’ont cessé d’augmenter. Il restera à déterminer l’impact à plus long terme de la « diplomatie du masque » et des aides que la Chine a pu apporter en matière sanitaire, mais Washington doit pouvoir regagner du terrain en matière commerciale et d’investissements, y compris dans les infrastructures, dans un partenariat gagnant-gagnant avec les Etats et les entreprises de la région.

Au-delà des programmes d’assistance, il est en effet crucial de faire fructifier les partenariats existants et d’en établir de nouveaux sur toutes les thématiques transnationales. La lutte contre le changement climatique en est une. Des accords bilatéraux et régionaux existent déjà et doivent être renforcés, tant la région paie un lourd tribut aux effets du réchauffement climatique. Relocaliser certains emplois dans les Amériques peut apparaître comme une double contribution au redressement économique post-COVID de la région et à la lutte pour le climat, en réduisant le coût énergétique du transport.

Enfin, une autre préoccupation majeure pour Washington est le recul des pratiques démocratiques dans la région alors que celles-ci prévalaient dans les années 1990, après de longues décennies de régimes autoritaires. Selon différents indices (voir le rapport du Congressional Research Service, Democracy in Latin America and the Caribbean, juin 2020), les pays pleinement démocratiques ne seraient plus qu’une poignée (Uruguay, Chili, Costa Rica, et plusieurs petits Etats de la Caraïbe), les autres obtenant de moins bons scores ou, suivant les indices, se répartissant entre les catégories « démocraties défectueuses », « autocraties modérées » ou « hybrides », ou bien encore « autocraties dures ».

Joe Biden s’est engagé à rassembler (et mener) une vaste alliance mondiale des démocraties pour faire pièce à l’autoritarisme grandissant au XXIe siècle. La force des populismes, de droite comme de gauche, est telle qu’il lui faudra trouver des incitations et des projets innovants pour que l’Amérique latine retrouve la voie démocratique, et pour éviter, aux portes des Etats-Unis, soulèvements et chaos politique, que les graves conséquences socio-économiques induites par la pandémie ne peuvent qu’accentuer. L’un des premiers problèmes qu’il risque de rencontrer sera d’ordre personnel : les leaders populistes des deux plus grands pays d’Amérique latine, le Brésilien Jaïr Bolsonaro (en fonction jusqu’en janvier 2023) et le Mexicain Andrés Manuel López Obrador (jusqu’en décembre 2024), dont il ne peut guère se passer pour toute politique d’envergure, se sont tous deux montrés très proches de Donald Trump. Tous deux (à l’instar de Putin) se sont abstenus de féliciter Joe Biden pour son élection avant le 14 décembre au soir, voire le 15, au terme du vote des grands électeurs. Bolsonaro s’est contenté d’un tweet, AMLO d’une courte lettre peu chaleureuse, contrastant avec l’emphase, voire le ton affectueux, de la lettre adressée à Donald Trump juste après sa propre élection en 2018. De quoi surprendre de la part d’un des deux partenaires de l’accord historique de libre-échange (ALENA et désormais USMCA). Joe Biden et son équipe se sont engagés à redonner à la diplomatie toutes ses lettres de noblesse et sa vigueur. Il leur faudra aussi exercer leurs talents dans les Amériques.

« America is back » …. S’agissant de l’Amérique latine et de la Caraïbe, le slogan signifie un long chapelet de défis à relever.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search