Australie : Vieilles solutions, nouvelle donne ?

Elizabeth Rechniewski, Université de Sydney

Les mesures de confinement mises en place par le gouvernement fédéral au niveau national sont parmi les plus strictes du monde. La population australienne tout entière endure depuis cinq mois un verrouillage compréhensif, interdite de voyager à l’étranger sauf dans des cas exceptionnels. Même rentrer en Australie est devenu difficile, le nombre d’arrivées étant limité et la quarantaine obligatoire dans des hôtels strictement surveillée. Les restrictions ne s’arrêtent pas là mais s’étendent à l’interdiction de traverser les frontières entre certains États : une des premières conséquences de la pandémie en Australie a été de révéler les fractures au sein du Commonwealth. Influencés par des considérations politiques autant que sanitaires, certains Premiers—notamment Annastacia Palaszczuk du Queensland qui fait face à une élection dans deux mois—ont exploité une sorte de nationalisme étatique larvé, fermant les frontières de leur État contre la « contamination » qui proviendrait de ceux plus touchés par le virus. Cette politique a entraîné des situations loufoques et parfois tragiques dans les villes qui chevauchent les frontières et ailleurs. D’âpres discussions ont lieu en ce moment sur l’éventuelle réouverture des frontières, essentielle, selon le Premier ministre Scott Morrison, pour la reprise économique.

Il y a huit mois, la cote de popularité de Scott Morrison était au plus bas depuis l’élection de 2019, après qu’une série d’incendies avait ravagé des centaines de milliers d’hectares en Nouvelle-Galles du Sud, Australie Occidentale et dans le Queensland. À la tête d’un gouvernement largement sous la coupe de climatosceptiques, Morrison n’avait pu trouver ni les mots, ni les gestes, ni les actions de soutien nécessaires pour faire face à la situation.  Huit mois plus tard, pourtant, la cote de confiance de Morrison est remontée : selon un tout récent sondage, la majorité des Australiens approuve sa gestion de la crise du Covid-19. Bien que les cas aient récemment massivement augmenté dans l’État de Victoria, le nombre de cas et de décès en Australie reste plutôt modéré : 26 000+ cas et 678 décès (4 septembre), dont la très grande majorité dans le Victoria. Le gouvernement de Morrison a bénéficié aussi, sans doute, de l’abandon, du moins provisoire, de ses politiques néo-libérales. Bien qu’obsédé avant la crise par le retour à un excédent budgétaire, il a déboursé AU$70 milliards afin de subventionner les salaires des entreprises en difficulté et garder via le programme Jobkeeper le contact entre employés et employeurs. Il a aussi considérablement augmenté les allocations aux bénéficiaires de l’aide sociale.

Malgré ces mesures, la pandémie a été révélatrice des problèmes profonds qui traversent la société australienne et a miné des secteurs clés de l’économie dont les principaux piliers sont l’exportation minière et l’importation de centaines de milliers d’étudiants étrangers. Le secteur tertiaire de l’éducation a été lourdement frappé par la chute des inscriptions d’étudiants internationaux (la plupart originaires de la Chine) dont les frais sont devenus essentiels à la viabilité du secteur. Ceux qui étaient déjà en Australie, dont la plupart ont perdu les petits boulots qui leur permettaient de boucler les fins de mois, se sont retrouvés sans aucune ressource, ayant été abandonnés par le gouvernement qui a suggéré qu’ils « n’avaient qu’à rentrer chez eux » (bien qu’il n’y ait pas de vols). La réputation de l’Australie en tant que pays accueillant va sans doute mettre longtemps à se rétablir.

L’impact de cette perte de revenu sur les finances des universités est des plus conséquents ; le gouvernement a refusé de leur venir en aide, les excluant de Jobkeeper sauf dans le cas des quatre institutions privées, une exception qui ne semble relever que du pur préjugé idéologique. Le gouvernement, d’ailleurs, sous prétexte que les humanités ne forment pas les étudiants pour l’emploi, propose d’augmenter les frais d’inscription dans ces disciplines et de les réduire dans d’autres, considérées (sans fondement) comme plus aptes à produire des diplômés qui sont job ready [prêts à travailler]. Il est difficile de prédire comment cette décision va affecter les choix des nouveaux étudiants, ajoutant à l’incertitude sur l’évolution des inscriptions en 2021. La conséquence de ces coups de massue à répétition : une douzaine d’universités ont déjà annoncé le licenciement de centaines de leur personnel, décision qui sera sans doute suivie par d’autres institutions dans les mois qui viennent.

La crise du coronavirus a entraîné en outre de fortes tensions avec la Chine. Quand l’Australie a proposé une enquête indépendante sur les origines de la pandémie, la Chine—accusant l’Australie de n’être que le laquais des États-Unis—a puni cette audace en imposant un tarif exorbitant à nos exportations d’orge et en interdisant certaines livraisons de bœuf. Dernière rebuffade en date, la décision que vient d’annoncer la Chine d’examiner si le vin australien bénéficie de subventions qui permettraient aux exportateurs de vendre moins cher sur le marché chinois. Or, la Chine est de loin le principal partenaire économique de l’Australie : elle accueille environ 30% de nos exportations et est responsable de près de 20% de nos importations. Il s’agit du marché qui est de très loin le plus important pour la viticulture australienne. L’extrême dépendance de l’Australie à l’égard de ce géant économique dans les secteurs du charbon et d’autres minéraux, de l’éducation tertiaire et de l’agriculture est soudain devenue de la première importance.

Bien avant la crise sanitaire, d’ailleurs, l’étendue de l’influence de la Chine sur la vie politique et économique de l’Australie faisait régulièrement l’objet de vifs débats : on accusait la Chine d’espionnage industriel et commercial ; d’une stricte surveillance de ses ressortissants, surtout sur les campus universitaires ; de la néfaste présence des Confucius Institutes au sein des universités ; et même d’une tentative (échouée ?) de faire élire un député au parlement. A cela s’ajoute une nouvelle méfiance à l’égard des contrats de recherche signés entre universitaires ou entre institutions australiennes et étrangères que le gouvernement soupçonne (sans nommer ce pays explicitement) de faciliter le vol de propriété intellectuelle par la Chine. Un véritable tsunami de problèmes géopolitiques (Hong-Kong, Taiwan, le contrôle de la mer de Chine méridionale, les interventions économiques et politiques de la Chine dans les vulnérables îles du Pacifique) s’ajoute à ceux liés à la difficile sortie de crise pour un pays dont l’économie est tellement dépendante de la bonne volonté de ce voisin imprévisible. Les futurs rapports entre les deux pays posent un véritable « casse-tête chinois » pour le gouvernement de Morrison.

Comme dans d’autres pays, le coronavirus a été le révélateur et l’accélérateur d’inégalités sociales et surtout, dans le cas de l’Australie, générationnelles. Depuis une vingtaine d’années l’écart entre la jeune génération et leurs aînés ne cesse de s’accentuer (https://grattan.edu.au/report/generation-gap/) : la richesse, la propriété s’accumulent entre les mains des plus de cinquante-cinq ans, tandis que la plupart des jeunes ne peuvent pas envisager d’acheter leur propre maison, longtemps le rêve et l’ambition des Australiens même de revenu modeste. La crise a frappé fort tous ceux dont l’emploi est précaire, ce qui veut dire bon nombre de jeunes entrant sur le marché du travail. Ce qui plus est, le gouvernement a permis aux gens dans le besoin, dont beaucoup de jeunes, de retirer jusqu’à AU$20,000 de leurs fonds de retraite ; on sait que les intérêts composés auraient multiplié par deux ou trois la valeur de ces sommes au moment de la retraite. Les économistes estiment qu’il faudra des années pour que les jeunes rattrapent les pertes qu’ils subissent en ce moment, si jamais cela s’avère possible. Les femmes aussi ont été touchées de façon disproportionnée par la crise. Que ce soit la répartition inégalitaire des tâches domestiques, le risque de violence entre les mains de leur partenaire, ou la responsabilité accrue de surveiller l’éducation des enfants confinés à la maison, la crise a empiré la situation des femmes. Les pertes d’emplois dans le Victoria ont été près de cinq fois plus importantes chez les femmes que chez les hommes (ABS 16 août).

En essayant de sortir de la crise les défis, autant politiques qu’économiques, que le gouvernement va devoir relever, vont se multiplier. Début septembre l’Australie est entrée en récession pour la première fois depuis 1991, ayant vu son PIB reculer de 7% au deuxième trimestre. Le taux de chômage est de 7,5% (juillet 2020), bien que le vrai chiffre, si on ajoute ceux qui reçoivent Jobkeeper mais ne travaillent pas, soit beaucoup plus élevé. Comme dans bien d’autres pays, le gouvernement cherche les moyens de reconstruire une économie à bout de forces. Mais on commence à soupçonner qu’il pense utiliser la crise afin de poursuivre un programme politique qui prédate celle-ci, en prévoyant des « réformes industrielles » pour rendre la main d’œuvre plus « flexible » et la réduction de ce qu’il appelle « green and red tape », c’est-à-dire les régulations de protection de l’environnement et les « entraves » au développement (dans le secteur de la construction par exemple). On a déjà commenté les décisions préjudiciables minant le secteur universitaire ; les arts aussi, et surtout les petites compagnies indépendantes, dont beaucoup ne survivront pas à la crise, ont été laissés pour compte.

Les incendies du début de l’année ont menacé la survie dans de nombreuses régions de la faune et la flore indigènes, déjà fragilisées par le développement outre mesure des agricultures intensives et par des politiques de l’eau qui, encore une fois, sont victimes de disputes entre les États. Le gouvernement risque de mobiliser de grands pans de la société contre des mesures qui font fi des souhaits d’une population devenue plus sensible aux problèmes environnementaux et aux dangers posés par le réchauffement climatique. Car, encore sous l’influence des secteurs minier et énergétique, le gouvernement mise sur le gaz en tant que « carburant de transition » vers un avenir plus propre, bien que certains experts préviennent que ce choix ralentira précisément la réalisation de cet avenir et que la population, elle, adopte avec enthousiasme les énergies renouvelables, telles les panneaux solaires.

En temps normal l’attention du public et des médias aurait été portée sur les scandales à répétition qui ont marqué ce gouvernement : accusations de trafic d’influence ; contrats alloués au secteur privé, voire aux amis, sans examen rigoureux. D’ailleurs c’est le gouvernement fédéral qui est responsable de la règlementation des maisons de retraite : des conditions écœurantes, surtout dans certains établissements privés, ont été révélées par le virus, qui y a semé la mort – les deux tiers des décès dus au Covid-19 en Australie ont eu lieu dans les Ehpad. La régulation de ce secteur sous les gouvernements libéraux successifs a été des plus légères, n’imposant pas un minimum de personnel par exemple, ni de personnel qualifié, tels que les infirmiers. Cette série de scandales risque de hanter le gouvernement au moment du « retour à la normale ».

Selon les derniers sondages Morrison reste loin devant le leader de l’opposition Anthony Albanese (à peine présent dans les médias ces derniers mois) en tant que Premier ministre préféré (Newspoll 30 août : 58% contre 29%). Mais les deux principaux partis politiques, la Coalition de Morrison et le Parti travailliste d’Albanese, sont à égalité, ce dernier ayant rattrapé l’écart de trois points qui les séparait il y a quelques mois. Reste à voir si c’est le programme néo-libéral impénitent de la Coalition qui a inversé la tendance et si celle-ci va continuer. Dès la fin septembre, les allocations supplémentaires attribuées aux bénéficiaires de l’aide sociale pendant la crise vont baisser, pour disparaître début janvier 2021. Jobkeeper suivra une évolution parallèle. En revanche, le gouvernement insiste sur le fait que pour faire redémarrer l’économie il faut procéder aux réductions d’impôt—controversées—sur lesquelles il avait prévu de légiférer avant la crise et qui vont surtout profiter aux plus aisés. Fort d’une majorité de seulement deux sièges, le gouvernement navigue un chemin périlleux ; les vieilles solutions feront-elles l’affaire ou les attentes des électeurs, comme cela a été le cas après d’autres crises sociales, auront-elles changé et, avec elles, la donne politique ?

Sydney, 9 septembre 2020

 


1 réflexion sur « Australie : Vieilles solutions, nouvelle donne ? »

  1. Article très intéressant. Il est difficile d’imaginer qu’un pays ayant souffert d’incendies aussi ravageurs aie à sa tête un climatosceptique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.