Coronavirus – l’approche néo-zélandaise et ses implications géopolitiques

Jacinda Ardern, Première Ministre de Nouvelle-Zélande depuis 2017

Gregory Albisson, ILCEA4, Grenoble Alpes Université

Dans un communiqué daté du mois de juin, le Ministère des Affaires Etrangères compare la crise du Covid-19 aux traumatismes engendrés par la Grande Dépression, la Seconde Guerre Mondiale,  la chute de Singapour, l’entrée du Royaume-Uni dans l’Union Européenne – vécue comme une véritable trahison – et le choc pétrolier des années 1970.[1] Le Ministère est conscient du point de bascule géostratégique dans lequel il se trouve et est persuadé que le succès relatif de la Nouvelle-Zélande, alors affranchie du joug de la contagion communautaire, apportera une pierre de plus à l’édifice d’une réputation internationale bien établie.

Après 102 jours consécutifs sans nouvelle transmission communautaire, la Nouvelle-Zélande avait été saluée par l’Organisation Mondiale de la Santé pour sa réactivité et son efficacité dans la lutte contre le COVID 19, si bien que Winston Peters, Ministre des Affaires Etrangères, s’est même vu solliciter par 23 de ses homologues en quête de conseils.

A l’heure actuelle, l’ombre d’une deuxième vague se fait de plus en plus pesante et la Nouvelle-Zélande enregistre une reprise de l’activité épidémique. Isolé géographiquement et modeste sur le plan démographique, l’archipel néo-zélandais se tient en marge des épicentres pandémiques mais n’est évidemment pas pour autant épargné. Si la géographie demeure un paramètre clé, la stratégie des pouvoirs publics l’est tout autant, et la réponse face à l’apparition de nouveaux foyers de contagion sera cruciale sur le plan sanitaire bien entendu mais aussi pour la renommée de ce pays qui s’est positionné il y a plusieurs années comme un acteur régional clé.

Ce billet propose de revenir sur la gestion sanitaire réussie et la stratégie de relance économique du gouvernement travailliste de Jacinda Ardern, avant de s’interroger sur l’impact géopolitique de la crise et de sa gestion dans la région du Pacifique Sud.

Un modèle de gestion sanitaire ?

Le 28 février 2020, lorsque le premier cas de Covid est confirmé en Nouvelle-Zélande, Wellington a pour seul plan anti-pandémie un modèle calqué sur les épidémies de grippe. Les autorités observent alors l’évolution de la situation à l’étranger, adaptent leur réponse en suivant les recommandations de l’OMS et adoptent progressivement des mesures restrictives – telles que la suspension des entrées depuis la Chine, puis l’Iran, sauf pour les citoyens nationaux – et la suspension d’évènements publics. Même la cérémonie de commémoration pour les victimes des attentats de Christchurch est annulée, pour « des raisons pragmatiques ».[2] Vu le profond choc causé par la seule attaque terroriste jamais perpétrée sur le territoire national, la décision et les mots de la Première Ministre indiquent clairement aux Néo-Zélandais à quel point la situation est sérieuse. Le 19 mars, les conditions d’entrées en Nouvelle-Zélande sont restreintes et le pays passe d’une moyenne de 20 000 arrivées quotidiennes à seulement 400.[3]

Une échelle de niveau d’alerte est mise en place. Au niveau 1, il s’agit de se tenir prêt à faire face une offensive du virus. Au niveau 2, le risque de contagion communautaire est possible et à ce titre, les rassemblements doivent être limités. Au niveau 3, les foyers de transmissions se multiplient et seuls les déplacements nécessaires sont encouragés. Au niveau 4, l’endiguement du virus n’est pas possible et le confinement s’impose.[4]

Le 25 mars, la Nouvelle-Zélande passe au niveau 4 et Jacinda Ardern annonce après l’Italie, la France, la Belgique et le Royaume-Uni « un confinement sans précédent dans notre pays pour faire face à un virus sans précédent ». [5] Les entreprises non-essentielles doivent alors cesser leurs activités. Les bâtiments publics, à l’exception évidente des centres de soins, ferment et les Néo-Zélandais sont contraints de rester chez eux.

Le Ministre de la Santé David Clark enfreindra les règles sanitaires en se rendant sur une plage à 20 km de son domicile et proposera sa démission. Malgré sa colère, la Première Ministre décide de maintenir Clark à son poste, en vertu de l’intérêt commun: « Là tout de suite, ma priorité, c’est notre combat collectif contre le Covid 19. On ne peut pas se permettre un remaniement du secteur de la santé ou de notre stratégie. Pour cette raison, et cette raison seulement, le Docteur Clark assurera encore ses fonctions ».[6]

Si cet épisode peut paraitre anecdotique, la notion d’unité n’en demeure pas moins le fer de lance du programme des pouvoirs publics. Ardern avait  besoin d’un gouvernement uni. Tel était son mot d’ordre. Unite against Covid est d’ailleurs le slogan adopté par Wellington. Une communication quotidienne entre élus et public est établie. Le site https://covid19.govt.nz/ informe et prodigue des conseils en anglais et en māori, bilinguisme oblige, mais aussi dans 26 autres langues, afin d’atteindre une audience plus large. Les langues de la région Asie-Pacifique sont représentées, tout comme les langues d’origine des populations réfugiées, telles que le somalien.

Le message et les consignes du gouvernement ne changent pas, sa stratégie non plus : informations, tests, suivi des personnes en contact avec le virus et isolations des porteurs. Des célébrités locales encouragent la population à ne pas quitter leur domicile. A la lumière de l’expérience des pays touchés avant elle, la Nouvelle-Zélande fait corps contre le coronavirus.

Au plus gros de la première vague, un pic de « seulement » 89 nouveaux cas est enregistré en une journée. Le 21 mai, aucun nouveau cas n’est détecté. Jacinda Ardern avoue avoir exécuté une « petite danse » pour fêter cette première étape tout en rappelant que le virus est loin d’être éradiqué.[7] Malgré l’impact psychologique du confinement et la frustration d’une frange de la population qui considère les mesures du gouvernement comme extrêmes, chaque semaine passée sans contagion communautaire nourrit un peu plus la Jacindamania, cette vague d’enthousiasme que la Première Ministre suscite dans l’archipel, comme en dehors.

Entre-temps, le Dr Ashley Bloomfield, à la tête du Ministère de la Santé (la Première Ministre acceptera la démission de David Clark au moins de juin) est devenu une figure incontournable de la gestion sanitaire du Covid. Bloomfield est convaincu que la clé de ce premier succès réside dans la cohérence et l’approche globale et détaillée du gouvernement.[8]

La discipline et le caractère responsable de la population méritent également d’être salués : près d’un million de Néo-Zélandais ont téléchargé NZ Covid Tracer.[9] Depuis l’annonce de nouveaux cas de Covid dans la région d’Auckland, l’application a recensé une hausse de 50% de téléchargements.[10]

Pour l’heure, même si tous les jours de nouveaux cas apparaissent, le reconfinement partiel de la plus grande ville du pays semble avoir rompu la chaîne de transmission dans les régions. Pour ce faire, la campagne électorale pour les législatives de septembre 2020 a également été suspendue. Cependant, depuis juin, la mise en place des tests réguliers pour les employés de l’aéroport d’Auckland – et plus particulièrement  les douaniers et les agents des centres de quarantaine – n’a pas été effectuée. D’après le site NewsHub, 63,5% du personnel n’aurait jamais été testé.[11] Pour la Première Ministre, ces chiffres seraient avant tout imputables à une reluctance personnelle, notamment  la crainte d’être stigmatisé ou de perdre son emploi en cas de résultat positif.[12] Pendant que le Ministre de la Santé balaye cette négligence du revers de la main en la qualifiant de simple « dissonance »,[13] l’opposition se saisit de cette opportunité pour critiquer vivement les choix des travaillistes. Néanmoins, l’ombre majeure au tableau du gouvernement sortant ne provient pas du territoire national[14] – elle s’est constituée en dehors des frontières du pays.

Friands de voyages et autres expériences à l’étranger, les Néo-Zélandais comptent un taux de possession de passeports de 70%, soit l’un des plus élevés au monde. De ce fait, de nombreux voyageurs se sont retrouvés bloqués à l’étranger lorsque le gouvernement a annoncé la fermeture des frontières. Malgré plusieurs appels à l’aide relayés par les médias nationaux et un certain nombre d’avions affrétés et d’accords passés (qui feront l’objet d’un développement ultérieur), une quantité de ressortissants a reçu pour toute assistance le conseil suivant : explorer les options commerciales ou stay safe where you are.[15] Autant dire que cette recommandation restait matériellement irréalisable dans les pays où les établissements hôteliers avaient été fermés. A première vue, ce point à déplorer pourrait s’apparenter à un manque de cohérence ou d’organisation. Cela dit, la question du rapatriement relève avant tout des priorités stratégiques du gouvernement.

Economie et choix géopolitiques

Au risque de rappeler une évidence, la gestion d’une pandémie ne se résume pas à des considérations purement sanitaires. La réponse à une telle crise dépend directement de décisions politiques qui engagent divers ministères. Elle repose aussi sur des choix en termes de coopération internationale.

D’un point de vue extérieur, le gouvernement a pu sembler se contenter d’exhorter ses ressortissants à la prudence mais en creusant la question, il s’avère que le Ministère des Affaires Etrangères avait déjà obtenu des accords de transit avec l’Australie, le Chili, le Canada, les Etats-Unis et Singapour. Afin d’éviter un afflux massif de citoyens potentiellement exposés au virus, un système de quota a été établi en fonction des capacités d’accueil des centres de quarantaines, en collaboration entre les compagnies aériennes et le Ministère du Transport.

Depuis l’irruption du Covid, le terme « robuste » revient très fréquemment lorsqu’il s’agit de définir la politique frontalière néo-zélandaise. Il s’agit du discours officiel du Ministère des Affaires Etrangères et du terme repris par les médias locaux. [16] Comme le rappelle l’OMS, la Nouvelle-Zélande est une porte d’entrée sur le Pacifique.[17]

Située en bas du triangle polynésien, sa position géographique, son histoire, ses échanges culturels, démographiques et économiques ainsi que la carte des itinéraires aériens font d’elle une porte d’entrée sur un  chapelet d’états insulaires.

Il convient de rappeler que Wellington ne peut se soustraire à ses obligations constitutionnelles vis-à-vis des Îles Cook, Niue et Tokelau. Les Îles Cook et Niue sont toujours en association libre avec la Nouvelle-Zélande. Cette dernière administre, en accord avec le gouvernement de Niue, sa politique étrangère et de défense. Tokelau fait en revanche partie intégrante du territoire néo-zélandais. La possibilité de s’autodéterminer avait été rejetée lors du référendum de 2006 et Tokelau sollicite donc depuis mars l’aide de Wellington pour faire face à la menace virale.

Les Iles Cook ont été déclarées « zone exemptée de Covid-19 » et entre la période de déconfinement et la détection de nouveaux cas à Auckland, la liaison aérienne entre les Iles Cook et la Nouvelle-Zélande était librement assurée. La circulation humaine est temporairement suspendue mais les attaches et les responsabilités régionales dans le Pacifique restent.

Ces dernières décennies, la Nouvelle-Zélande n’a cessé de se rapprocher de ses voisins océaniques. Fraichement élue, Jacinda Ardern déclarait déjà en 2017 :

Nous sommes ancrés dans le Pacifique. Nous sommes entourés d’un certain nombre de nations, dont nous ne sommes pas les moindres, qui subiront de plein fouet les effets du changement climatique. Je considère qu’il en est de notre responsabilité personnelle et nationale : nous avons un rôle à jouer.[18]

Cette notion de rôle à jouer est-elle transposable à la pandémie actuelle? Dans un monde pré-Covid, le Dr Anna Powles, spécialiste en relations internationales, écrivait :

[Le Pacifique] est la seule région où la Nouvelle-Zélande joue le rôle de leader. Ce rôle a été forgé par un sens des responsabilités, mais aussi par les attentes de la communauté internationale où la Nouvelle-Zélande est censée « gérer » son voisinage, notamment en termes de sécurité.[19]

En termes de sécurité, et – il serait tentant d’ajouter – sur le plan humanitaire. Depuis 2018, 60% des fonds d’aide au développement  de la Nouvelle-Zélande sont réservés au Pacifique Sud.[20] Ce programme fait partie de la stratégie géopolitique de Wellington, baptisée Pacific Reset, et détaillée dans un compte-rendu daté du 4 décembre 2018.  Le rapport fait état d’une prise de « position afin de mettre en place des solutions créatives aux défis rencontrés et de travailler en tant que partenaire dans la région et en dehors pour y parvenir ».[21] En tant que partenaire, la Nouvelle-Zélande collabore étroitement avec les gouvernements du Pacifique, surtout dans les domaines du renseignement et de l’échange d’informations. La fermeture des frontières est également considérée comme une politique collaborative entre les états du Pacifique pour se protéger mutuellement.

En plus des fonds d’aide alloués, un premier package de soutien de 50 millions de dollars néo-zélandais a été attribué aux pays du Pacifique pour les assister dans la préparation de leurs systèmes de santé et aux effets politiques et socio-économique de la crise.[22] Loin d’interrompre, le Pacific reset, le Covid le consolide. Il ne s’agit pas là d’une analyse personnelle mais de la rhétorique même du Ministère des Affaires Etrangères. Il est question de le « renforcer ».[23]

Les flux d’aide financière et humanitaire et de soutien matériel sont accrus mais qu’en est-il des échanges économiques ? La Nouvelle-Zélande exporte généralement nettement plus vers le Pacifique que ce qu’elle n’importe. Avec une population insulaire d’environ 10 millions d’habitants, le marché océanique est donc restreint. La superficie de ses territoires, progressivement rognée par la montée des eaux, ne permettra pas une hausse conséquente de la population susceptible de générer un marché bien plus important. Le PIB des nations insulaires est également peu élevé. En 2018, il était estimé à 10,381 milliards de dollars américains,[24] contre 205,9 milliards de dollars pour la Nouvelle-Zélande.

Cette dernière vend toujours ses exports phares, tels que la viande et les produits laitiers, mais les populations insulaires restent néanmoins les plus pénalisées. Depuis 2007, le Recognised Seasonal Employer Scheme permettait aux travailleurs du Pacifique (plus particulièrement des Fiji, Samoa, Tonga, Vanuatu, Kiribati, Tuvalu, Papouasie-Nouvelle-Guinée et Iles Salomon) d’effectuer une saison en Nouvelle-Zélande. La littérature à ce sujet dénonce souvent la précarité des contrats mais reconnaît les bienfaits qu’un salaire néo-zélandais apporte aux familles et aux villages du Pacifique, ce qui explique pourquoi 60% de la main d’œuvre temporaire provient de pays insulaires. Plus de 70 000 ouvriers avaient déjà bénéficié de ce type de visa[25] et le Ministère du Travail, des Affaires et de l’Emploi avait enregistré une hausse de 20% des demandes pour ces types de permis saisonniers sur ces cinq dernières années.[26]

Le manque à gagner pour les communautés pacifique est conséquent. L’appui de Wellington pourra partiellement en amortir les effets négatifs. La Nouvelle-Zélande est à ce jour le deuxième donateur dans le Pacifique, après l’Australie, et devant la Chine, malgré la puissance économique et logistique de Pékin.

D’après l’Institut Lowy, il s’agirait plus pour la Chine, déjà très active dans l’axe Indopacifique, d’investir dans un jeu géostratégique en espérant en retour matérialiser son influence grandissante dans la région en construisant des bases militaires, ce qui inquièterait les Etats-Unis et l’Australie.[27] Il n’est pas ici question de spéculer sur l’éventuelle politique expansive chinoise. De telles craintes ne semblent pas avoir été formulées par la Nouvelle-Zélande. Quoi qu’il en soit, tout heurt diplomatique avec la Chine, son premier partenaire économique, est à proscrire. De plus, Wellington croit fermement à la coopération internationale, au multilatéralisme et au libéralisme économique. Son petit marché domestique et son modèle économique, axé sur la production pour l’export, ne lui laissent pas le choix.

La Nouvelle-Zélande s’est donc engagée auprès de l’Australie, de Brunei, du Canada, du Chili, de la Chine, du Laos, de Myanmar, de Nauru, de Singapour, des Emirats Arabes Unis et de l’Uruguay à maintenir les chaînes d’approvisionnement et à lever toute mesure restrictive portant sur la circulation de biens dits essentiels.[28] Depuis le 29 Mai, un plan d’action signé par les ministres de l’économie australien, canadien, néo-zélandais, sud-coréen, singapourien et chilien rapproche encore plus ces états qui se disent prêt à faciliter la circulation humaine afin de minimiser l’impact de la crise.[29] Jusqu’à ce que le Covid regagne en vigueur à Melbourne, les autorités australiennes et néo-zélandaises œuvraient à la mise en place d’une « bulle de voyage ». Pour des raisons sanitaires, les vols trans-Tasman ne peuvent être assurés à l’heure actuelle mais la volonté d’ouverture est bien réelle et elle est un témoin supplémentaire de la relation privilégiée que cultivent les deux « nations sœurs ».[30]

Conclusion

Pour résumer, la réponse néo-zélandaise combine pragmatisme, réactivité, foi en l’OMS, contrôle rigoureux des frontières aux notions de multilatéralisme économique, responsabilité régionale et de coopération internationale, notamment auprès de ses partenaires traditionnels.

Loin de recalibrer les orientations économiques et géopolitiques de Wellington, la crise du Covid confirme sa posture. Sur le plan statistique, cette stratégie semble payer. La Trésorerie nationale notait une hausse de l’activité de 2% en Juin 2020 comparé à la même période l’année précédente [31] Dans les faits, la Nouvelle-Zélande, liée pieds et poings au commerce et aux échanges internationaux, y compris le tourisme, ne pourra pas échapper à la récession. Un tiers des emplois au sein de la compagnie Air New Zealand est menacé et d’après le quotidien The Spinoff, 11 000 Kiwis ont déjà perdu leur emploi, et 10 000 de ces nouveaux demandeurs d’emploi sont des femmes.[32]  Le gouvernement Ardern devra proposer un plan. Dans un pays où la suractivité agricole pollue sols et cours d’eau et contribue à l’émission de gaz à effet de serre, la Première Ministre a déjà annoncé miser sur la transition écologique pour créer des emplois. Ce projet n’est pas nouveau mais les lobbys agricoles le freinaient. La Nouvelle-Zélande d’Ardern pourrait donc transformer la crise du Covid, qui était a priori une entrave à ses ambitions en accélérateur de projets tout en relançant – et rééquilibrant –  le marché de l’emploi. Si la transition écologique est réussie, la Nouvelle-Zélande consolidera son rôle d’acteur majeur dans le domaine de la « diplomatie environnementale » et de surcroît son assise dans le Pacifique Sud, où les populations directement menacées par les conséquences du changement climatique appellent les nations occidentales à se tourner vers des modèles de productions plus écoresponsables.


[1]  « Foreign policy re-engagement strategy – Cabinet paper summary for proactive release », Juin 2020, < https://covid19.govt.nz/assets/resources/proactive-release-2020-june/Foreign-Policy-Re-Engagement-Strategy.pdf>

[2] « Christchurch Mosque Attacks Cancelled », NewsHub, 14 Mars 2020, <https://www.newshub.co.nz/home/new-zealand/2020/03/christchurch-mosque-attack-memorial-cancelled.html>

[3] Plank, Mark; James, Alex; Lustig, Audrey; Stein, Nicholas; Binny, Rachelle & Hendy, Shaun, « How New Zealand could keep eliminating coronavirus at its border for months to come, even as the global pandemic worsens »,  The Conversation, 16 juillet 2020.

[4] New Zealand Government, « Alert System Overview »,  <https://covid19.govt.nz/covid-19/alert-system/alert-system-overview/#covid-19-alert-system>

[5] « New Zealand takes early and hard actions to tackle Covid », Organisation Mondiale de la Santé, 15 juillet 2020, <https://www.who.int/westernpacific/news/feature-stories/detail/new-zealand-takes-early-and-hard-action-to-tackle-covid-19>

[7] « Si le travail n’est pas encore terminé, on ne pas nier qu’il s’agit d’une étape importante », Organisation Mondiale de la Santé, op.cit., 15 juillet 2020.

[8] Ibid.

[9] « What next for New Zealand? Six visions for a post-Covid country », 10 Juin 2020, The Spinoff, <https://thespinoff.co.nz/business/10-06-2020/what-next-for-new-zealand-six-visions-for-a-post-covid-country/>

[10] Ministry of Health New Zealand, « COVID-19 (novel coronavirus) update – 17 August 2020 1pm », <https://www.youtube.com/watch?v=syEr-VYevHA>

[11] Michael Morrah, « Coronavirus: Nearly two-thirds of Auckland’s COVID-19 border, isolation staff had never been tested a week ago », 14 août 2020, <https://www.newshub.co.nz/home/new-zealand/2020/08/nearly-two-thirds-of-nz-s-covid-19-border-isolation-staff-had-never-been-tested-a-week-ago.html>

[12] « Jacinda Ardern says despite new Covid-19 outbreak in New Zealand, ‘we went longer than many’», 17 août 2020, <https://www.youtube.com/watch?v=Lz5vFtL98wY>

[13] Ibid.

[14] Il est également trop tôt pour évaluer l’impact de cette négligence.

[15] Piper, Denise, « ‘We need help’: Kiwis trapped abroad by coronavirus border closures fear for safety », 31 mars 2020, <https://www.stuff.co.nz/travel/travel-troubles/120658372/we-need-help-kiwis-trapped-abroad-by-coronavirus-border-closures-fear-for-safety>

[16] New Zealand Foreign Affairs and Trade / Manatū Aorere, « COVID-19: New Zealanders in the UK – Frequently Asked Questions », <https://www.mfat.govt.nz/en/countries-and-regions/europe/united-kingdom/new-zealand-high-commission/living-in-the-uk/covid-19-coronavirus/>

[17] Organisation Mondiale de la Santé, op.cit., 15 juillet 2020.

[18] « New Zealand creates special refugee visa for Pacific islanders affected by climate change », 9 décembre 2017, <https://www.straitstimes.com/asia/australianz/new-zealand-creates-special-refugee-visa-for-pacific-islanders-affected-by-climate>

[19] Patman R., Iati I. et Kiglics B.(eds.), New Zealand and the World, Past, Present and Future, University of Otago,2017, p.170

[20] New Zealand Foreign Affairs and Trade / Manatū Aorere, « Official Development Assistance (ODA), Our aid partnerships in the Pacific », <https://www.mfat.govt.nz/en/aid-and-development/our-work-in-the-pacific/>

[21] Cabinet External Relations and Security Committee, Minute of Decision, 4 décembre 2018.

[22] New Zealand Foreign Affairs and Trade / Manatū Aorere, « Supporting the Pacific COVID-19 response », <https://www.mfat.govt.nz/en/peace-rights-and-security/covid-19-response-and-recovery/#health>. Un package de 17 millions de dollars néo-zélandais pour soutenir les communautés du Pacifique vivant en Nouvelle-Zélande et particulièrement vulnérables (car souvent victimes de logements encombrés, obésité et autres maladies respiratoires) a été attribué. Voir Jenny Salesa, « Government helps Pacific communities fight COVID », 7 avril 2020,

<https://www.beehive.govt.nz/release/government-helps-pacific-communities-fight-covid>

[23] « NZ report urges more support for Pacific Covid-19 recovery », Radio New Zealand, 26 juin 2020, <https://www.rnz.co.nz/international/pacific-news/419935/nz-report-urges-more-support-for-pacific-covid-19-recovery>

[24] « GDP (current US$) – Pacific island small states », World Bank national accounts data, and OECD »,   National Accounts data files,

<https://data.worldbank.org/indicator/NY.GDP.MKTP.CD?locations=S2>

[25] Ward, Friesen, New Zealand Population Review, 44, 111–129, « Population Association of New Zealand, 2018 Beyond the RSE: Systems of Pacific Labour Migration to New Zealand », 2018, p/111.

[26] Ministry of Business, Innovation & Employment / Hīkina Whakatutuki, « Pacific Migrants Trends and Settlement Outcomes report »,

<https://www.mbie.govt.nz/immigration-and-tourism/immigration/migration-research-and-evaluation/pacific-migrants-trends-report/>

[27] Jonathan Pryke, Richard McGregor, « China’s coronavirus aid to Pacific islands is part of geopolitical game », 23 April 2020, <https://www.lowyinstitute.org/publications/china-coronavirus-aid-pacific-islands-part-geopolitical-game>

[28] New Zealand Foreign Affairs and Trade / Manatū Aorere, « Covid-19 and Trade», <https://www.mfat.govt.nz/en/trade/covid-19-and-trade/> et <https://www.beehive.govt.nz/release/canada-australia-chile-brunei-and-myanmar-join-nz-and-singapore-committing-keeping-supply>

[29] New Zealand Foreign Affairs and Trade / Manatū Aorere, « Joint Ministerial Statement on action plans to facilitate the flow of goods and services as well as the essential movement of people »,

<https://www.mfat.govt.nz/en/trade/covid-19-and-trade/joint-ministerial-statement-on-actions-plans-to-facilitate-the-flow-of-goods-and-services-as-well-as-the-essential-movement-of-people/>

[30] « Prime Minister of Australia, Joint statement – Prime Ministers Jacinda Ardern and Scott Morrison announce plans for trans-Tasman COVID-safe Travel Zone », 5 mai 2020, <https://www.pm.gov.au/media/joint-statement-prime-ministers-jacinda-ardern-and-scott-morrison-announce-plans-trans-tasman>

[31]  New Zealand Treasury / Te Tai Ōhanga, « Weekly Economic Update – 14 August 2020 »,

<https://treasury.govt.nz/publications/weu/weekly-economic-update-14-august-2020-html>

[32] Mary Jo Vergara, « 11,000 New Zealanders have lost their jobs – and 10,000 of them were women », 5 août 2020, <https://thespinoff.co.nz/business/05-08-2020/11000-new-zealanders-have-lost-their-jobs-and-10000-of-them-were-women/>


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.