Donald Trump et l’Amérique latine : une région malmenée ?

Retour sur la JE “America First” du 22 mars 2019, avec le soutien du LERMA, de l’UFR ALLSH, du German Marshall Fund et de l’Institut des Amériques

Isabelle Vagnoux, Aix Marseille Université, LERMA, Aix-en-Provence, France

Depuis le tout début de sa campagne présidentielle, les commentaires de Donald Trump sur l’Amérique latine ont été rares et marqués par une rhétorique agressive, notamment à l’encontre des immigrés mexicains et du Mexique, tranchant avec la relation constructive qui s’était tissée entre les deux pays depuis l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange avec le Mexique, en 1994. La conséquence immédiate en est un taux de confiance historiquement bas envers l’hôte de la Maison Blanche parmi les Latino-Américains,  oscillant entre 5% (au Mexique) et 20% au Venezuela selon un sondage publié par le Pew Research Center  en avril 2018, contrastant avec Obama qui, par exemple au Mexique, obtenait un taux de confiance de 55% à 60% suivant les années.

A n’en point douter, cette agressivité verbale est étroitement liée aux intérêts électoralistes du candidat puis du président, courtisant ainsi à un électorat hostile aux immigrés latino-américains. Le contraste est grand avec son prédécesseur qui avait, dès le printemps 2009, mis en avant une rhétorique de partenariat avec le Sud, reconnaissant les responsabilités des Etats-Unis, notamment dans l’échec de la lutte anti-drogue. Toutefois, si l’on met de côté les effets rhétoriques, la politique menée par l’administration Trump en Amérique latine diverge certes de celle d’Obama mais sans doute pas de façon fondamentale. Sous Trump comme sous Obama ou George W. Bush, la région ne constitue pas une priorité stratégique majeure.

Quatre questions, pour la plupart « intermestiques », selon l’expression du politiste Bayless Manning, intégrant une forte dimension de politique intérieure, ont tout particulièrement mobilisé le président Trump et son administration: l’immigration; l’accord de libre-échange nord-américain; la relation avec Cuba et la crise vénézuélienne.

Immigration irrégulière et sécurité

C’est là sans nul doute l’un des chevaux de bataille de l’administration Trump, avec la volonté quasi obsessionnelle d’ériger un mur tout le long de la frontière mexicaine (ou plutôt de le terminer et de le renforcer car cette fermeture partielle a commencé dans les années 1990); la volonté d’expulser les immigrants illégaux, notamment centraméricains, qui avaient jusqu’ici pu rester aux Etats-Unis tant que leur pays n’était pas en mesure de les accueillir (Temporary Protected Status); la décision de mettre fin aux mesures prises par Obama envers les illégaux arrivés mineurs aux Etats-Unis (ces deux dernières décisions  font actuellement l’objet d’un examen par les tribunaux) ; enfin, la décision de repousser les migrants centraméricains arrivant massivement à la frontière américaine et d’imposer au Mexique une politique de refoulement beaucoup plus dure.

La part des migrants mexicains entrant aux Etats-Unis ne cesse de diminuer depuis le début de la décennie. En revanche, celle des Centraméricains ne cesse d’augmenter depuis 2014 quand une première vague  de jeunes mineurs tentaient leur chance à la frontière. En 2014 comme en 2018, les raisons restent les mêmes : le désir de fuir une violence exacerbée (le Salvador et le Honduras figurent parmi les pays les plus dangereux en termes d’homicides, même si le taux d’homicides semble baisser régulièrement ces deux dernières années d’après InSight Crime), une très grande pauvreté, aggravée par des catastrophes naturelles à répétition, l’absence de perspectives d’avenir. S’y ajoutent de faibles structures étatiques, une vaste corruption gangrenant le triangle nord de la région, et l’utilisation de ce “corridor” par les narcotrafiquants d’Amérique du Sud pour faire transiter leur marchandise vers les Etats-Unis, engendrant elle aussi des phénomènes de violence. Par contraste, les Etats-Unis  apparaissent comme un havre de sécurité, offrant de belles perspectives économiques.

En réponse à l’afflux de 2014, l’Administration Obama avait établi une Stratégie pour l’engagement en Amérique centrale, censée financer des programmes de développement et de démocratie afin d’améliorer la sécurité et les conditions de vie dans les trois pays  marqués par l’exode : le Guatemala, le Salvador et le Honduras. Le Congrès avait voté une somme de quelque 753 millions de dollars pour ce programme d’aide en 2015-2016 dont une partie allait  à la Central American Regional Security Initiative; 700 millions en 2016-17; 625 millions en 2017-18. En dépit du souhait de l’administration Trump de réduire le financement à 435 millions d’euros en 2018-2019, le Congrès a rétabli une enveloppe comparable à celle des années précédentes au vu de la gravité de la crise sévissant en Amérique centrale. Car si Donald Trump brandit les migrants comme risque pour la sécurité des Etats-Unis, le véritable risque émane plutôt de la poudrière qu’est devenue la partie nord de l’Amérique centrale. Réduire les programmes d’assistance à la région, mettre un terme aux programmes autorisant les ressortissants en situation irrégulière à rester aux Etats-Unis contribue-t-il à réduire le risque en termes de sécurité ou à l’augmenter ? Certes, les programmes d’assistance n’impliquent pas systématiquement des améliorations significatives durables, comme on a pu le voir avec l’Alliance pour le Progrès dans les années 1960 et la Stratégie devra faire l’objet d’une évaluation minutieuse, mais alors que les programmes commencent tout juste à se mettre en place, les réduire aussi rapidement peut sembler prématuré.

Même si le Mexique apparaît désormais comme un pays de transit, c’est sur lui que le président américain a exercé les plus fortes pressions, en tentant d’obtenir les moyens financiers de faire construire un mur sur l’ensemble de la frontière (en vain jusqu’ici), en brandissant toutes sortes de menaces, y compris de hausse des droits de douane, en dépit de l’opposition des milieux d’affaires et des collectivités locales dans la zone frontalière. Dès le mois de décembre 2018, le Mexique s’est pourtant engagé à retenir le flux des migrants vers les Etats-Unis, par des reconduites à la frontière sud, mais également par le développement économique du sud du Mexique — auquel les Etats-Unis se sont engagés à participer. La décision d’Andrés Manuel López Obrador, en juin 2019, de déployer la Garde nationalepour refouler les migrants s’inscrit dans le cadre des mesures prises fin 2018 et en réponse aux problèmes posés par l’afflux de migrants au sein même du Mexique.

Feu ALENA,  USMCA entre en scène

A l’évidence, la question migratoire éclipse la plupart des autres sujets concernant l’Amérique latine, y compris le nouvel accord économique entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique (USMCA), conclu à l’automne 2018 et en attente de validation par le pouvoir législatif de chaque pays en remplacement de l’historique ALENA. Très difficiles, ces négociations ont paru s’embourber plus d’une fois mais il existait un consensus dans les trois pays pour au moins réformer l’accord entré en vigueur en 1994. Obama n’avait-il pas annoncé son désir de renégocier l’ALENA lors de sa campagne de 2008 ? Le nouvel accord prévoit des modifications dans les règles d’origine et l’accès aux marchés des partenaires, notamment pour les automobiles et les produits agricoles, ainsi que de nouvelles mesures dans le secteur énergétique, mais tant que les trois parlements n’ont pas statué, nul ne connaîtla teneur finale de l’accord.Le ciment identitaire, ne serait-ce que symbolique, qui liait les trois pays dans une seule région (accord de libre-échange nord-américain), disparaît avec le nouvel acronyme qui se contente de juxtaposer les trois pays.

Cuba: une normalisation au point mort

La fin de la présidence Obama avait été marquée par une ouverture historique et la normalisation des relations avec l’île. Dès le printemps 2017, poussé par des conseillers fortement hostiles aux actions d’Obama (notamment le responsable de l’Amérique latine au Conseil de sécurité nationale, Mauricio Claver Carone et le sénateur Marco Rubio), Donald Trump opérait un retour en arrière partiel, imposant notamment des restrictions sur les transactions financières impliquant des entreprises contrôlées par les militaires cubains (et d’éventuelles sanctions) et sur les voyages individuels. Toutefois, l’essentiel de l’ouverture entamée par Obama demeure et si la relation patine, c’est également en raison des contraintes administratives cubaines et des  réticences de certains décideurs cubains. Les mystérieux malaises dont ont été victimes plusieurs membres de l’ambassade américaine à La Havane ont conduit à une réduction drastique du personnel diplomatique, ralentissant le processus de normalisation. La relation bilatérale n’a pas évolué depuis, et n’évoluera sans doute pas d’ici la fin du mandat présidentiel, sauf si une menace stratégique surgissait. Washington voit en effet d’un très mauvais œil le retour de la Russie et l’intérêt de la Chine pour Cuba, ainsi que l’influence de l’île sur le gouvernement vénézuélien.

Le chaos vénézuélien

Les sanctions contre les gouvernants vénézuéliens, le soutien marqué à Juan Guaidó, reconnu président par interim, les aspirations martiales des conseillers cubano-américains de Trump (il existe des liens très étroits entre la diaspora vénézuélienne et les Cubano-Américains) et du conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, n’ont toujours pas conduit les Etats-Unis à intervenir directement au Venezuela, ce qu’ils ne feront sans doute pas, tant est cuisant le souvenir des interventions passées, directes ou indirectes, en Amérique latine. Le contexte n’y est guère favorable : en dépit d’une gestion contestable de son pays, le président Maduro est toujours soutenu par une majorité de l’armée, mais aussi par la Chine, la Russie, Cuba, le Nicaragua. Le président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, a déclaré sa neutralité et a pris ses distances avec la position de Washington. En outre, l’opposition vénézuélienne apparaît désunie. Autant de facteurs favorisant plutôt une démarche politique et diplomatique, de longue haleine, portée par d’autres puissances ou organisations régionales.

En dépit d’une rhétorique agressive, il est difficile d’affirmer que le président Trump a mené une politique hostile envers l’Amérique latine. Celle-ci ne constitue pas pour lui un intérêt stratégique majeur et son hostilité s’est surtout manifestée à l’égard de ses voisins immédiats. Si les Latino-Américains n’expriment pas d’opinions très favorables à son égard, la présence au pouvoir d’une vague de dirigeants conservateurs en Amérique du Sud peut augurer de relations constructives avec Washington. Le président brésilien Bolsonaro, reçu à Washington peu de temps après sa prise de fonctions, en est un exemple. Plus généralement, le temps où les Etats-Unis apparaissaient comme très puissants dans toute l’Amérique latine est révolu.  Avec “l’indifférence bienveillante” de Washington durant la première décennie de ce siècle, les Latino-Américains ont renforcé leur autonomie et leur intérêt pour d’autres partenaires. La Chine ressort comme le grand bénéficiaire de cette relation relâchée entre Washington et le Sud, au plan commercial et financier essentiellement pour l’instant. Ce n’est qu’en cas de menace stratégique que Washington, quel que soit le président, s’impliquerait davantage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.