Les Etats-Unis et le multilatéralisme: une grande bifurcation

Robert Boyer (Institut des Amériques)

Retour sur la JE “America First” du 22 mars 2019, avec le soutien du LERMA, de l’UFR ALLSH, du German Marshall Fund et de l’Institut des Amériques

Une polarisation sociale sans précédent aux Etats-Unis

Jusqu’aux années 1960, tant les analystes que les Américains eux-mêmes ont considéré que la répartition des fruits de la croissance avait donné naissance à l’idée que la prospérité des Etats-Unis reposait sur une classe moyenne de plus en plus importante. En un sens, cette configuration avait donné naissance au concept d’électeur médian dont les deux partis, respectivement Républicain et Démocrate, se disputaient les suffrages par le jeu de la finance publique et de la fiscalité. En cette fin de la décennie 2010, l’Amérique des années 60 est méconnaissable.

Fondamentalement, la faiblesse des gains de productivité implique un jeu à somme nulle. Si les salariés qui développent les compétences nécessaires à la compétitivité des entreprises obtiennent des augmentations de rémunération, la contrepartie en est une baisse pour les moins bien dotés des citoyens. Les sondages et les enquêtes sociologiques confirment non seulement la polarisation des revenus et des richesses, mais encore le conflit entre deux représentations de la société en complète opposition. L’explosion des inégalités est donc le phénomène qui explique cette polarisation. La capacité à maîtriser les nouvelles technologies et les destructions d’emplois qu’elles impliquent sont un premier facteur explicatif du fractionnement de la classe moyenne. L’opposition entre les détenteurs de capital et les individus qui vivent de leur travail est une seconde explication. Une troisième explication insiste sur le processus d’individualisation et de décentralisation des formations des revenus et le refus d’une couverture sociale à vocation universelle. De fait, ces trois facteurs sont à l’œuvre sans qu’un seul s’impose comme déterminant exclusif. C’est pourtant une quatrième interprétation qui va être retenue par le pouvoir politique.

L’ordre politique enregistre les conséquences de ce basculement

Dans la campagne pour l’élection présidentielle américaine, il est remarquable que, tant dans le camp républicain que démocrate, peu de candidats aient osé défendre les vertus des traités de libre-échange et celles du multilatéralisme. Cette remise en cause de la position américaine traditionnelle atteint son paroxysme avec Donald Trump. L’ampleur du déficit commercial des Etats-Unis n’est-il pas la preuve que l’Europe, et surtout la Chine, ont profité de l’ouverture des frontières pour exploiter à leur profit et abuser des facilités ainsi ouvertes par le libre-échange ? Les maux de ce pays ne trouvent donc pas leur origine en son sein mais ils sont l’expression de la concurrence déloyale exercée par les autres pays.

Ainsi, peut-on avancer l’hypothèse que la montée des tentations protectionnistes au nom de America first est une réponse aux enjeux politiques intérieurs : c’est une annonce en direction des groupes sociaux qui ont été les perdants du mouvement de déréglementation, d’ouverture internationale et de financiarisation de l’économie. Il en résulte le refus de valider le traité de partenariat trans-pacifique, qui avait pour but d’articuler l’économie américaine avec le nouveau moteur de la croissance mondiale, l’Asie, et de contrecarrer l’impact croissant de la Chine sur ses voisins. Le président est en position de force pour exiger une renégociation du traité de libre- échange avec le Mexique et le Canada.

 La dénonciation des traités commerciaux fait partie d’une remise en cause du multilatéralisme : l’accord de Paris sur le climat n’est pas honoré, le traité sur l’Iran est dénoncé unilatéralement et ce retrait pèse lourdement sur les entreprises européennes grâce aux lois d’extra-territorialité nord-américaines. La menace de droits de douane sur l’acier s’appuie sur l’argument de défense de la sécurité nationale, de sorte que visées géopolitiques et économiques entrent en synergie et marquent la fin d’une époque : ce qui est bon pour les Etats-Unis s’impose et qu’importe la rupture des relations de confiance avec les alliés et les pertes imposées à leurs économies.

Les acteurs de la politique étrangère américaine : une grande incertitude

De longue date, l’Administration américaine s’est donné les moyens de lutte contre une concurrence économique déloyale de la part de partenaires trop agressifs. Son arsenal s’est notablement étendu avec l’adoption d’une loi anti-corruption en matière de commerce international, puis de dispositifs visant à contrôler les circuits financiers associés au terrorisme international. Ces lois donnent aux Etats-Unis un pouvoir d’extra-territorialité qui peut être mobilisé pour défendre la position concurrentielle des firmes américaines. Récemment, de grandes firmes européennes ont ainsi dû payer des amendes considérables.

Les grandes entreprises américaines se sont largement autonomisées par rapport au territoire national : elles ont organisé des chaînes de valeur globales qui reposent sur la confiance en la permanence d’une ouverture du commerce international sur une base multilatérale. C’est par exemple le cas pour les entreprises de la nouvelle économie, les GAFAM, qui seraient les premières victimes d’un brutal retour au protectionnisme. Mais c’est, à un moindre degré, le cas pour les industries plus traditionnelles, telle l’automobile. L’idéal des firmes multinationales serait donc l’élaboration puis la mise en œuvre d’une Lex Mercatoria régissant l’investissement international et les droits de propriété intellectuelle qui s’imposeraient aux Etats-Nations.

Le président Donald Trump imprime une forte composante personnelle au processus de redéfinition des relations internationales. Fier de ses succès dans l’immobilier, il entend appliquer les mêmes méthodes à la conduite de la politique américaine : bousculer l’ordre établi, brandir des menaces, privilégier la négociation bilatérale pour mieux faire jouer le rapport de force favorable aux Etats-Unis et ne pas hésiter à faire volteface pour arracher de nouvelles concessions. Le doute sur les bienfaits du libre-échange est certes présent dans l’élite politique et la nécessité d’une autre politique à l’égard de la Chine fait consensus, mais la politique à mener ne fait pas l’unanimité.

C’est l’une des possibles explications de la difficulté de lecture de la politique étrangère américaine car trois stratégies s’affrontent et livrent un processus quelque peu chaotique. L’administration joue aux échecs et tente de freiner la montée des concurrents des Etats-Unis. Les multinationales souhaiteraient construire un ordre international privé dans l’équivalent du jeu de simulation Empire appliqué aux relations marchandes. Pour sa part le Président multiplie les parties de poker considérant que la stratégie n’est que la succession d’une série de victoires tactiques. Nul ne sait quel sera finalement le résultat de ces interactions quant au nouveau système international. D’autant plus que le futur dépend d’un quatrième acteur.

Pendant ce temps, la Chine organise une recomposition de l’espace mondial

En effet le gouvernement chinois pratique le jeu de go car il pose un à un les jalons qui sont nécessaires pour son développement à long terme. Depuis 2015, le plan est de transiter vers un autre mode de développement qui répondrait aux besoins intérieurs mais, malgré le ralentissement de la croissance et la tertiarisation, les surcapacités industrielles sont endémiques et le pays doit massivement importer les ressources naturelles nécessaires. Le projet de la Route de la Soie vise précisément à créer les infrastructures correspondantes et à étendre l’espace des transactions libellées en monnaie chinoise grâce à de généreux crédits parfois difficiles à rembourser. Ce mouvement prolonge la stratégie déjà éprouvée en Amérique latine et en Afrique.

Le gouvernement chinois est l’un des rares à méticuleusement planifier les étapes de son développement et ajuster en conséquence son articulation à l’économie mondiale. Quel contraste avec la stratégie américaine, plus défensive et réactive qu’anticipatrice, au demeurant tiraillée entre les objectifs différents, si ce n’est antagoniques, des trois acteurs qui concourent à la diplomatie économique.

Un redécoupage du monde en deux zones, respectivement enrôlées par les Etats-Unis et la Chine, est en cours. Quel sera le vainqueur ? Il se peut que le jeu de go soit meilleur conseiller que le poker. Ce scenario est d’autant plus probable que l’espoir qu’avaient les experts occidentaux – à savoir une banalisation du régime chinois condamné à converger vers une démocratie du fait de son adoption des mécanismes de marché – a été cruellement démenti.

Quid du rôle de l’Europe ?

L’Europe, porteuse de la négociation plus que de la guerre, du multilatéralisme et d’un système mondial ouvert plus que d’un repli protectionnisme, toute entière occupée à préserver sa problématique unité, regarde passer, impuissante, le grand vent de l’histoire. Se réveillera-t-elle et pourra-t-elle contribuer à la construction du prochain système international ?

Quelques lectures :

Boyer Robert (2015), Economie politique des capitalismes, La Découverte, Paris.

Boyer Robert, Uemura Hiroyasu, Yamada Toshio & Lei Song (2018), Evolving Diversity and Interdependence of Capitalisms, Springer, Tokyo.

Revue de la Régulation : https://journals.openedition.org/regulation/

Consulter le site de l’auteur : http://robertboyer.org �$�dSI


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.