Retour sur la Journée d’Etude du 22 mars 2019 «America First ? L’Administration Trump et le monde »

Un « Moyen-Orient post-américain  » ?

Pierre Melandri, Sciences Po Paris

« M. Trump, a dit un collaborateur du président, a trois objectifs au Moyen-Orient : détruire l’Etat islamique, refouler l’Iran et conclure un accord israélo-palestinien ». Tandis que la destruction de l’Etat islamique doit permettre à l’Amérique de se désengager de pays comme la Syrie pour se consacrer à la compétition entre grandes puissances dont la guerre contre le terrorisme les a longtemps détournés, la conclusion d’un accord au Proche-Orient doit lever l’ultime obstacle à l’émergence d’une alliance stratégique entre Israël et Etats sunnites. Celle-ci aura pour principal objectif de faire pièce aux ambitions iraniennes et d’assurer un ordre régional conforme aux vues américaines.

Dans un premier temps, jusqu’en gros à la fin de l’année 2017, Trump s’est avant tout attaché à éliminer la menace représentée par l’Etat islamique. En dépit des critiques virulentes dont, durant la campagne, il l’avait accablée, sa politique a largement embrassé celle qu’Obama avait imaginée, se contentant de la durcir en multipliant les frappes aériennes et en accordant davantage de liberté aux officiers en charge des opérations américaines. Non sans succès puisque, dès juillet 2017 Mossoul est tombée, suivi par Raqqa trois mois après. A cette date, le président a également jeté les jalons de sa vision stratégique pour la région. Dès mai 2017, sa visite en Arabie saoudite reflète l’étroitesse des liens noués, à partir de mars 2017, entre son gendre, Jared Kushner, auquel le dossier moyen-oriental a été confié et le prince Mohammed Ben Salman (MBS). A Riad, Trump a ainsi conclu un pacte antiterroriste à travers l’inauguration de deux centres de lutte contre l’extrémisme et promu une coalition d’Etats sunnites (une « OTAN arabe ») dirigée contre l’Iran et ses protégés. Il s’est rendu dans la foulée à Jérusalem pour y proclamer sa volonté de promouvoir un règlement de paix. Pourtant, il va bientôt mettre lui-même ce dernier en danger.

Autour de la fin 2017, en effet, une inflexion commence à se dessiner qu’au printemps 2018  le remplacement, de collaborateurs les plus modérés du président par des idéologues radicaux, John Bolton et Mike Pompeo, va évidemment encore renforcer: enhardi par ses premiers succès, Trump met en œuvre deux promesses de campagne dont les premiers avaient jusqu’ici réussi à le détourner.

Le 6 décembre, il reconnaît Jérusalem comme la capitale d’Israël et y ordonne le transfert de l’ambassade américaine. Il prend, ce faisant, le risque de provoquer le rejet de toute médiation américaine par un Mahmoud Abbas ulcéré et de jeter ses alliés dans l’embarras sunnite. Déterminée à imposer sa volonté, l’Administration multiplie désormais les pressions et punitions visant à persuader les Palestiniens qu’ils sont trop faibles pour résister et les contraindre à se résigner au plan de paix que les trois négociateurs américains, tous connus pour leurs liens avec le Premier ministre israélien, auront élaboré.

Quelques mois après, le 8 mai 2018, au risque d’irriter ses alliés européens qui ont tout fait pour l’en dissuader, il annonce son retrait de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien et soumet bientôt Téhéran, via la restauration de sévères sanctions notamment, à une stratégie de « pression maximale » visant à y exacerber les tensions économiques et sociales.

Mais toute cette stratégie paraît subitement en danger quand, en octobre 2018, l’éclatement de l’affaire Khashoggi met en lumière ses limites. Celles-ci résultent de trois risques que, d’emblée, l’approche de l’Administration a embrassés.

Tout d’abord, l’alignement des Etats-Unis sur les pétromonarchies sunnites présente deux dangers. Il menace de les enhardir et, dès lors, de nourrir l’instabilité. Il fait aussi l’impasse sur la fracture que les printemps arabes ont provoquée au sein du « bloc sunnite ». La nouvelle querelle qui, peu après la visite de Trump à Riad, oppose l’Arabie saoudite, les EAU, le Bahreïn et l’Egypte au Qatar divise le Conseil de Coopération du Golfe, assombrit la perspective d’une « Otan arabe » et entraîne un rapprochement de Doha avec la Turquie et l’Iran. De même, la Turquie est toujours plus encline à se rapprocher de l’Iran et la Russie.

Le second risque procède de la décision de s’en remettre, aveuglément ou presque, à un homme, MBS dont, dès 2015, la campagne au Yémen avait pourtant illustré l’impulsivité et la brutalité, deux traits que son comportement ultérieur (comme le kidnapping du Premier ministre libanais) ne fait que confirmer. Du coup, quand en octobre 2018 son image est irrémédiablement ternie par son implication dans l’assassinat du journaliste dissident saoudien Jamal Khashoggi, la Maison-Blanche apparaît prisonnière du choix qu’elle a fait. En dépit de la volonté clairement exprimée du Congrès qui exige de voir l’aide américaine à la guerre que le prince conduit au Yémen arrêtée, elle continue à soutenir un homme dont la coopération lui paraît plus indispensable que jamais pour empêcher les sanctions contre l’Iran de provoquer un envol des prix pétroliers et mettre la croissance aux Etats-Unis en danger

Le troisième risque procède enfin de la décision de fonder toute la politique américaine dans la région sur une alliance israélo-sunnite dont le préalable, la solution de la question palestinienne, a toujours été comme la quadrature du cercle pour la diplomatie américaine. S’il reste évidemment hasardeux de se prononcer péremptoirement sur « l’accord du siècle » que l’Administration dit préparer dans la mesure où il demeure toujours secret, après la reconnaissance américaine de l’annexion des hauteurs du Golan par Israël, la plupart des observateurs jugent ses chances de succès plus limitées que jamais.

Dans un tel contexte, l’annonce par Trump le 19 décembre 2018 de sa volonté de retirer prochainement les troupes américaines de Syrie dramatise les périls inhérents à sa stratégie. Si elle n’a fait que confirmer une ligne que, dès la fin mars 2018, le président avait définie et si sa mise en œuvre va être aménagée, cette décision ne peut qu’entretenir l’image d’une Amérique inconstante à laquelle les alliés hésitent toujours plus à faire confiance. Elle a braqué surtout les projecteurs sur le vide que le départ des Etats-Unis laisserait, un vide qu’en l’état actuel des choses, la Russie, l’Iran, Damas ou la Russie – et non « l’OTAN arabe »– seraient en mesure de combler. Elle révèle ce faisant l’incompatibilité entre le désir de Trump de se désengager et sa volonté de faire du refoulement de l’Iran une priorité.

Sous cet aspect, la rupture que Trump a voulu incarner ne semble pas lui avoir permis d’échapper à une large continuité. Quand, fin 2018, le président du Council on Foreign Relations, Richard Haass, twitte « Bienvenue au Moyen-Orient post-américain », il reprend en réalité le titre d’un numéro que la revue Foreign Affairs avait déjà consacré à la région… trois ans plus tôt.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.