Après le Sommet des Amériques….

Isabelle Vagnoux Aix-Marseille Université, LERMA, Aix-en-Provence, France.

Le symbole était fort. Pour la neuvième édition du Sommet des Amériques, reportée d’une année pour cause de pandémie, les Etats-Unis devaient accueillir les chefs d’Etat du continent et des Caraïbes, pour la première fois depuis la création de ces rencontres, en 1994. Los Angeles, ville latino par excellence (près de 50% de sa population sont d’origine latino-américaine), avait été choisie comme haut lieu des interactions entre le Nord et le Sud. Même s’il a fallu attendre mi-janvier 2022 pour connaître le lieu et la date, laissant peu de temps pour l’organisation, les attentes étaient fortes. En 1994, à Miami, Bill Clinton, chantre du libre-échange et de la mondialisation heureuse, avait lancé le projet continental (avorté) d’Accord de libre-échange des Amériques, du Yukon à Ushuaia. Un autre président démocrate, Barack Obama, avait marqué le sommet de 2009 avec un retentissant « There is no senior partner nor junior partner among countries in the Western Hemisphere », premier pas vers une réconciliation avec l’Amérique latine après l’ère George W. Bush. Mieux, lors de l’édition 2015 à Panama, en tendant la main à Raul Castro, et en actant la normalisation des relations avec Cuba, Obama a (brièvement) tourné une page historique de l’histoire des Amériques. En 2022, les Latino-Américains attendaient beaucoup de Joe Biden, fin connaisseur de la région, après les vexations et la brutalité de Donald Trump et une pandémie qui a laissé nombre de pays de la région exsangues. Un Plan Marshall, une nouvelle Alliance pour le Progrès… en bref un grand programme pour sortir l’Amérique latine de ses difficultés actuelles, tel était l’espoir d’un Sud qui, depuis plus d’une décennie, regarde de plus en plus vers Pékin. C’est par des actions fortes et concrètes que Washington pourra enrayer la distance qui s’installe entre le Nord e le Sud, en ces temps de forte percée chinoise dans la région et de renouveau de la compétition entre grandes puissances.

Las ! Si le Sommet avait pour but de « construire un avenir durable, résilient et équitable », la démocratie, en recul dans la région, a été érigée en condition sine qua non pour être accueilli à Los Angeles, excluant donc toute représentation de la Bolivie, de Cuba, du Nicaragua et du Venezuela. Jamais un sommet n’aura suscité autant de désaccords, de critiques, et de désistements, nombre de présidents — dont celui du Mexique, du Guatemala, du Honduras, du Salvador — choisissant de le boycotter et d’envoyer à leur place des ministres de haut rang. La grande réunion de la « famille » des Amériques n’a pas été l’occasion de vibrantes retrouvailles. L’Administration Biden a tenu bon. Après le Sommet pour la démocratie, tenu en ligne en décembre 2021, la Maison Blanche n’a eu de cesse de maintenir la démocratie comme cap prioritaire, pour donner un avertissement aux régimes, de plus en plus nombreux, glissant vers un autoritarisme jugé dangereux et, dans un cadre plus global, pour présenter un front aussi solide que possible face à la Russie et à la Chine. Ne nous y trompons pas, si le Sommet des Amériques permet de braquer les projecteurs sur la région et aux chefs d’Etat d’échanger tous ensemble officiellement et en coulisses, cette réunion « familiale » s’inscrit pleinement dans une stratégie géopolitique globale et répond à des préoccupations plus larges.

En dépit des déceptions, le Sommet a tout de même permis de lancer une multitude d’initiatives et surtout de souligner l’importance des partenariats régionaux. Après les dissensions sur la question de qui devait être invité ou banni, le leadership états-unien ne pouvait s’exprimer sur un mode uniquement bilatéral. Place donc aux partenariats et au travailler ensemble.

Au plan économique, clé de voûte de toute société, les institutions régionales telles que la Banque interaméricaine de développement et les appels au secteur privé seront placés au cœur des nouveaux dispositifs du Partenariat des Amériques pour la prospérité économique. Quelques jours après le Sommet, Brian A. Nichols, chargé des Amériques au département d’Etat, indiquait que l’Administration Biden avait, depuis 2021, recueilli quelque 3, 2 milliards de dollars de promesses d’investissements privés pour la seule Amérique centrale[i]. Sans jamais que la Chine soit évoquée, l’accent est mis sur des chaînes d’approvisionnement qui doivent devenir « résilientes », « durables », donc plus proches des marchés.  C’est donc une véritable incitation à relocaliser les industries de l’Asie vers les Amériques, avec une politique stricte en matière d’emploi et d’environnement, ce qui constitue, à terme, un atout au plan économique et social, engendrant des emplois pouvant contribuer à réduire les flux migratoires.

La sécurité sanitaire constitue l’autre axe de travail du Sommet, grâce au Plan d’action sur la santé et la résilience dans les Amériques, dont l’application complète est prévue pour 2030. Le Corps sanitaire des Amériques (Americas Health Corps), qui rappelle le Peace Corps lancé par Kennedy, a vocation à former quelque 500 000 professionnels de santé d’ici à 2027, dans la poursuite des programmes déjà existants.  Le gouvernement américain s’engage à poursuivre sa politique d’aide à la vaccination (65 millions de doses déjà fournies gratuitement et quelque 94 millions de dollars d’aide complémentaire) et à renforcer les coopérations scientifiques et les programmes d’aide existants.

En termes de lutte contre le changement climatique, l’accent est mis sur le développement des énergies renouvelables et surtout sur la Caraïbe, particulièrement affectée par les catastrophes naturelles, avec des conséquences socio-économiques sur le long terme. Le U.S.-Caribbean Partnership to Address the Climate Crisis se donne jusqu’à 2030 pour obtenir des améliorations substantielles. L’engagement états-unien envers spécifiquement la région caraïbe s’explique par la proximité géographique, les flux migratoires qui suivent chaque catastrophe naturelle, mais aussi, en termes géostratégiques, par le désir de contrer de manière préventive toute expansion de la Chine et de la Russie dans cette région stratégique pour Washington. Autre région fortement touchée par les catastrophes naturelles, l’Amérique centrale est couverte par un autre programme spécifique lancé en 2021 par Joe Biden et Kamala Harris.

Enfin, le Sommet s’est conclu sur une Déclaration sur la Migration et la Protection, véritable feuille de route pour tenter d’améliorer le défi migratoire qui affecte aujourd’hui l’ensemble des Amériques. La Déclaration commune met l’accent sur la nécessité de s’attaquer aux raisons des flux migratoires et de stabiliser les sociétés d’origine, de protéger les migrants, de mettre en place une gestion humaine de la migration, de mettre en place des dispositifs régionaux coordonnés, et enfin de réduire la migration illégale, en d’autres termes « hémisphériser » ce que les pays ont souvent déjà mis en place individuellement et partiellement. Pour ce faire, les institutions financières régionales et multilatérales, les donateurs privés seront mis à contribution. Les mécanismes de contrôles aux frontières et de régularisation seront améliorés, la migration contractuelle sera renforcée ainsi que le regroupement familial, l’accès aux services publics et privés sera facilité pour tous les migrants afin de favoriser leur inclusion dans les pays d’accueil.

Le Sommet a également annoncé la création d’une nouvelle rencontre hémisphérique, le Sommet des Villes des Amériques, qui se réunira aux Etats-Unis pour sa séance inaugurale, en 2023, soutenu par un programme (Cities Forward Initiative) du gouvernement américain. En termes d’accueil des migrants, d’emploi, de santé et de réponse aux défis climatiques, les villes se trouvent en effet de plus en plus au centre des grandes questions actuelles et les maires deviennent des diplomates à part entière.

Le Sommet a mis en place un cadre large et général et a lancé des projets ambitieux. Les discussions et les consultations sur la mise en œuvre commencent maintenant et se poursuivront pendant des mois, voire des années, et la plupart des mesures — notamment celles impliquant les financements devant recevoir l’aval du Congrès américain ­— entrent dans un long processus avant de pouvoir être appliquées. Mettre en place des politiques coordonnées au niveau régional constitue un véritable défi. Le succès — ou l’échec — du sommet de 2022 ne pourra être réellement évalué qu’à la fin de la décennie.


[i] https://www.thedialogue.org/events/online-event-the-road-ahead-next-steps-after-the-ninth-summit-of-the-americas/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search