« Il n’y a pas de pays dans cette région duquel le Royaume-Uni ne se sente naturellement plus proche » (déclaration de Theresa May le 30/11/17). Retour sur la relation anglo-jordanienne d’hier à aujourd’hui

 

 

Abdallah II et Boris Johnson https://twitter.com/10DowningStreet/status/1159142351043997697/photo/2

Myriam Yakoubi, université Toulouse Jean-Jaurès, membre du laboratoire CAS.

                                Le 25 mai dernier, la Jordanie célébrait le 76e anniversaire de son indépendance. En 1946, un traité anglo-transjordanien mettait en effet un terme au mandat que les Britanniques exerçaient en Transjordanie[i] au nom de la Société des Nations depuis 1921. Toutefois, cette indépendance était purement formelle car les Britanniques conservaient des leviers d’influence de nature politique, économique et militaire très importants au sein de ce territoire.

Comme une ironie de l’histoire (post)-coloniale, les célébrations donnèrent lieu à des rituels clairement hérités de la culture militaire britannique : salve de vingt-et-un coups de canon, concerts de l’armée jordanienne jouant de la cornemuse[ii] et autres démonstrations aériennes rappelèrent de façon manifeste le rôle historique des Britanniques en Jordanie et notamment dans la fondation de l’armée du pays. La famille royale jordanienne conserve d’ailleurs un lien très fort avec l’Académie royale militaire de Sandhurst, où le souverain actuel, Abdallah II, a été en partie formé, tout comme son père avant lui.

La même ambigüité est présente lors des célébrations de l’anniversaire de la Révolte arabe, le 10 juin de chaque année. En 1916, l’aïeul du roi actuel, le chérif Hussein, chef de la dynastie hachémite, s’était rebellé contre l’Empire ottoman en mobilisant les tribus nomades et semi-nomades du Hedjaz et de Transjordanie. Cet épisode marquait la convergence des intérêts de la famille d’Hussein, désireuse de se débarrasser de la tutelle ottomane pour des raisons politiques et de ceux des Britanniques, qui souhaitaient contrecarrer l’appel à la guerre sainte du Sultan-Calife ottoman contre les Britanniques et les Français en s’alliant à des acteurs politiques dotés d’une forte légitimité religieuse. Les Hachémites étaient en effet une famille chérifienne, c’est-à-dire descendant du prophète de l’islam. Pour le pouvoir jordanien, la célébration de l’anniversaire de la Révolte arabe a historiquement été un moyen de revendiquer le rôle de la dynastie hachémite dans l’essor du nationalisme arabe. Aujourd’hui, elle est également un argument touristique – le royaume fut le théâtre des aventures de Lawrence « d’Arabie ». Pourtant, la monarchie sut aussi se détacher de cet héritage dans l’historiographie officielle du royaume car cet évènement peut également être perçu comme une forme de compromission avec les puissances impériales de l’époque, au premier rang desquelles le Royaume-Uni.

Cette année, ces deux célébrations ont été quelque peu occultées par l’annonce, faite le 19 mai, de la prolongation de l’assignation à résidence du Prince Hamza, demi-frère du roi Abdallah II, accusé l’année dernière d’avoir participé à une tentative de déstabilisation du royaume. S’il semblait dans un premier temps s’être repenti, le Prince a récemment renouvelé ses critiques au sujet de la mauvaise gouvernance du royaume et de la corruption qui sévit dans le pays, le tout dans un contexte de scandale financier. Quelques mois auparavant, l’affaire « Crédit suisse » révélait en effet que le roi possédait une fortune personnelle colossale dont la provenance reste inconnue et qui a choqué les Jordaniens, confrontés ces dernières années à des difficultés économiques croissantes. Ce scandale vint s’ajouter à celui des Pandora Papers, qui révélaient à la fin de l’année dernière que le souverain possède plusieurs résidences de luxe au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Ayant annoncé en avril dernier qu’il renonçait à son titre de Prince, le demi-frère contestataire du roi pourrait avoir les coudées franches afin de jouer un rôle politique plus concret[iii]. Ainsi, le royaume semble désormais marqué par ce qu’Hana Jaber a appelé le « nouveau paradigme de l’instabilité »[iv]. Pourtant, c’est à l’inverse pour sa stabilité, « véritable singularité dans une région bouleversée »[v] que le royaume a été historiquement loué et soutenu par les puissances occidentales. En 1921, ce fut même la raison d’être de sa création par les Britanniques.  

À la fin de la Première Guerre mondiale, ce qui est aujourd’hui le royaume hachémite de Jordanie était considéré comme un espace certes singulier mais qui constituait essentiellement la frontière orientale de la Palestine, avant que les Britanniques ne décident d’en faire un émirat à part entière. La Transjordanie – le nom atteste de la conception de ce territoire comme frontière – devint alors une zone tampon entre deux régions qui n’étaient pas séparées que par le Jourdain. Pour les Britanniques, la Palestine, levantine, « civilisée » et offrant des débouchés en Méditerranée devait être protégée de la violence émanant des espaces désertiques et en particulier des incursions des Ikhwan, des guerriers au service d’Ibn Saoud, qui était en passe d’unifier la Péninsule arabique et dont il fit en 1932 un royaume qui porte encore son nom aujourd’hui.

En mars 1921, lors de la Conférence du Caire, les Britanniques décidèrent de placer à la tête de cet émirat l’un des fils du chérif Hussein qui s’était battu avec eux contre les Ottomans. Comme le reste de sa famille, l’émir Abdallah – le roi actuel porte le nom de son arrière-grand-père – connaissait les tribus de la région, dont certaines avaient participé au soulèvement contre les Ottomans. Entouré d’une poignée de conseillers britanniques, soutenu par quelques avions de la Royal Air Force et gratifié d’une maigre « subvention » annuelle versée par les Britanniques, il s’efforça de stabiliser le territoire. Pour ce faire, il coopta les tribus nomades et semi-nomades de la région en offrant à leurs chefs des fonctions dans les institutions politiques naissantes de l’émirat. De même, avec l’aide d’un militaire britannique, John Bagot Glubb, les fils des chefs de tribus proéminentes furent intégrés à ce qui allait devenir l’armée du pays. Les tribus, éléments perturbateurs qui rejetaient au départ les nouvelles normes étatiques imposées par les Britanniques, devinrent ainsi la colonne vertébrale du régime hachémite. En l’absence de ressources économiques et militaires autres que celles fournies par les Britanniques, Abdallah aligna ses intérêts sur ceux de la puissance impériale.

Quelques décennies plus tard, son petit-fils et successeur, le roi Hussein, couronné en 1953, comprit qu’il devait opérer un changement stratégique faute de quoi le régime serait renversé par les forces nationalistes arabes hostiles aux monarchies pro-britanniques. En 1956, il congédia le Général Glubb et mit un terme au traité anglo-jordanien qui liait son pays à l’ancienne puissance mandataire, sans pour autant rompre totalement les liens. Tout en donnant des gages de nationalisme arabe aux pays de la région, il se tourna vers les Etats-Unis pour un soutien politique et financier qui perdure encore aujourd’hui. Même le choix des épouses successives du roi Hussein semble symboliser ce réalignement politique, sa seconde épouse, Antoinette Gardiner, la mère du roi actuel, étant la fille d’un ingénieur de l’armée britannique tandis que le Prince Hamza est né du dernier mariage d’Hussein avec l’Américaine Lisa Halaby (la Reine Noor), dont le père était d’origine syrienne.

Indépendamment de ces ajustements en matière de politique étrangère, les tribus continuèrent d’incarner une identité présentée comme transjordanienne par opposition à la population palestinienne de Jordanie qui n’eut de cesse de croitre au fil des vagues de réfugiés créées par les conflits israélo-arabes de 1948 et 1967. Le soutien de l’armée et des tribus fut ainsi crucial en 1970, lorsque le pouvoir jordanien expulsa du pays l’Organisation de Libération de la Palestine qui menaçait le régime. Toutefois, ces tribus peuvent aussi bien être des alliés du pouvoir que des vecteurs de contestation en cas de crise politique, économique ou sociale, comme ce fut le cas dans les années 1990 et depuis le début des Printemps arabes.

C’est dire combien la période mandataire façonna les fondements du contrat politique et social jordanien, qui perdure encore aujourd’hui. Toutefois, dans le contexte d’instabilité actuelle, quelle est la valeur de la Jordanie pour le Royaume-Uni ? Et inversement, pour les Jordaniens, que représente le lien historique avec les Britanniques alors que non seulement leur pays n’est plus, depuis longtemps, une puissance de premier rang, mais semble en plus s’être davantage isolé avec le Brexit ?   

Le 30 novembre 2017, la Première ministre Theresa May se rendait en Jordanie et soulignait dans un discours « l’amitié spéciale » entre le Royaume-Uni et la Jordanie[vi]. En outre, elle décrivait la Jordanie comme le pays du Moyen-Orient duquel les Britanniques se sentent naturellement les plus proches. Elle reprenait ainsi à son compte un discours hérité de l’époque mandataire et qui reposait sur l’idée d’un partenariat anglo-transjordanien idéal, basé sur de fortes relations interpersonnelles entre les souverains hachémites et les représentants britanniques sur place, tels Alec Kirkbride, qui fut Résident puis ambassadeur britannique pendant de longues années et qui était très proche du roi Abdallah. Dans l’entre-deux-guerres, Kirkbride et Glubb louaient ainsi sa loyauté – mais l’émir n’avait guère d’autre choix étant donné qu’il n’y avait pas d’acteurs politiques et sociaux suffisamment organisés pour pouvoir être mobilisés efficacement contre les Britanniques. Occultant cette réalité, les deux men on the spot décrivaient la Transjordanie comme le seul véritable succès politique des Britanniques dans la région, à un moment où leur influence au Moyen-Orient était de plus en plus décriée par les forces nationalistes arabes.

L’année où Theresa May se rendait en Jordanie était également marquée par le centenaire de la Déclaration Balfour, par laquelle le gouvernement britannique annonçait en 1917 son soutien à la création en Palestine d’un foyer national juif. Cent ans après, l’absence d’Etat palestinien rappelait que l’autre engagement de la Déclaration Balfour, la protection des droits civiques des habitants non juifs de Palestine, n’avait pas été honoré par les Britanniques. En Irak également, le mandat britannique (1921-1932) semble avoir eu un lourd héritage, puisqu’il peut dans une certaine mesure être vu comme étant à l’origine du piège confessionnel dans lequel le pays semble encore être empêtré[vii]. Dans ce contexte, il n’est guère étonnant que la Jordanie ait une place singulière au Moyen-Orient pour les Britanniques : non seulement l’entité politique qu’ils créèrent à l’est du Jourdain en 1921 perdure mais ils peuvent y projeter l’image positive d’une présence supposément bénigne et qui donna naissance à un mythe anglo-bédouin hérité de la Révolte arabe. Par ailleurs, l’effacement progressif de l’influence britannique en Jordanie au profit de celle des Américains constitua un retrait autrement plus élégant que d’autres épisodes de la décolonisation britannique au Moyen-Orient, tels le fiasco de Suez en 1956 ou le renversement dans le sang de la monarchie hachémite en Irak deux ans plus tard.

De façon plus pragmatique, Theresa May abordait également dans son discours la question du Brexit et souhaitait rassurer ses interlocuteurs jordaniens : en quittant l’Union Européenne, les Britanniques ne se repliaient pas sur eux-mêmes et ne renonçaient en rien à leurs ambitions, notamment en matière de sécurité et en particulier au Moyen-Orient. La Jordanie était alors un acteur clef de la lutte contre Daesh et le nord du royaume constituait une base arrière pour les opérations militaires menées par les pays occidentaux. La Jordanie demeure un interlocuteur privilégié de l’alliance « Five Eyes », qui repose sur le partage d’informations par les services de renseignement des Etats-Unis, du Royaume-Uni, du Canada, de l’Australie et de la Nouvelle Zélande.

La relation anglo-jordanienne s’inscrit donc dans un réseau plus large de relations régionales et internationales. Depuis la fin de l’hégémonie britannique au Moyen-Orient à partir de la fin des années 1950, les Etats-Unis fournissent le plus gros de l’aide financière occidentale à la Jordanie – plus d’un milliard et demi de dollars en 2021. Le conflit israélo-palestinien a également rapproché les deux nations, la Jordanie étant un des deux pays avec l’Egypte à avoir signé un accord de paix avec l’Etat hébreu, en 1994. Cependant, la présidence de Donald Trump a bouleversé l’équilibre régional. En encourageant un rapprochement entre Israël d’une part et l’Arabie saoudite et les monarchies du Golfe d’autre part sur fond d’hostilité partagée envers l’Iran, l’ancien Président américain a considérablement affaibli le rôle historique de médiateur ou d’Etat tampon de la Jordanie, ce qui constituait une véritable « rente géopolitique »[viii]. L’annonce en décembre 2017 de la reconnaissance, de la part des Etats-Unis, de Jérusalem comme capitale d’Israël, a achevé de refroidir la relation entre les deux pays. Le roi Abdallah s’est en effet montré très critique de cette décision, qui a provoqué des manifestations en Jordanie, où la majorité de la population est d’origine palestinienne. Le souverain jordanien craint également l’ambition de l’Arabie saoudite de contrôler les lieux saints musulmans de Jérusalem (le dôme du Rocher et la Mosquée al-Aqsa), mettant ainsi fin au rôle historique de la monarchie hachémite, traditionnellement gardienne de ces lieux saints à Jérusalem. Le rapprochement entre les Etats-Unis et le royaume saoudien pourrait faciliter ce transfert d’autorité. Or, pour la dynastie hachémite, ce serait là une cruelle répétition de l’histoire puisque le Chérif Hussein était le protecteur des lieux saints de La Mecque et Médine jusqu’en 1925, lorsqu’Ibn Saoud conquit le Hedjaz pour l’intégrer à son propre royaume. La perte de son autorité religieuse et morale sur les lieux saints de Jérusalem porterait un coup sévère à la monarchie jordanienne, qui tire en grande partie son prestige et sa légitimité de ce rôle. Malgré l’élection de Joe Biden, il n’est pas sûr qu’un retour au statu quo s’opère de sitôt. Même s’ils ont rétabli une ligne de communication directe avec l’Autorité palestinienne, les Etats-Unis n’ont pas encore rouvert leur consulat à Jérusalem, qui jouait le rôle d’ambassade auprès des Palestiniens. Nul doute que ce sujet sera abordé lors de la visite en juillet prochain du Président américain en Israël, Cisjordanie et en Arabie saoudite. Toutefois, la crise énergétique sur fond de guerre en Ukraine oblige Joe Biden à une certaine prudence vis-à-vis du royaume saoudien, qui ignore pour l’instant les appels à augmenter sa production de pétrole afin de juguler la hausse des prix.

Dans ce contexte, le Royaume-Uni fait sans doute figure d’allié plus fiable – quoi que moins puissant – pour la Jordanie. Quel que soit le gouvernement en place, les Britanniques ont jusqu’à présent toujours soutenu une solution à deux Etats et le maintien du statu quo à Jérusalem. Par ailleurs, pour la Jordanie, l’aide financière britannique n’est pas négligeable dans un contexte d’austérité imposé par le FMI. C’était là le sens de la visite du souverain jordanien à Londres en juillet 2019, peu après la nomination de Boris Johnson comme Premier ministre. Du côté britannique, la recherche de partenaires commerciaux est devenue une priorité à la suite de l’entrée en vigueur de l’accord de retrait de l’Union européenne. En 2021 – l’année du centenaire de la fondation de l’émirat – les deux pays concluaient justement un accord commercial suite à la visite en Jordanie de James Cleverley, qui était alors en charge du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord au sein du Foreign Office britannique. La même année, le souverain jordanien retournait à Londres et s’entretenait à nouveau avec Boris Johnson au sujet des intérêts communs aux deux nations : la stabilité de la Jordanie et le sort des Syriens ayant trouvé refuge dans ce pays, qui font l’objet d’une aide financière de la part des Britanniques. En amont de la COP 26 qui s’est déroulé à Glasgow, les Britanniques encouragèrent également la Jordanie à réduire ses émissions de gaz à effet de serre et à produire davantage d’énergie verte[ix].

Ainsi, si la relation anglo-jordanienne est bien « spéciale » pour des raisons historiques, elle semble aujourd’hui surtout marquée par un certain pragmatisme lié à des enjeux sécuritaires et commerciaux. Sur le plan politique, les Britanniques ne commentent guère les réformes constitutionnelles entamées depuis le début de l’année en Jordanie et qui renforcent les pouvoirs du roi, au grand dam de l’opposition, qui réclame – c’est là une autre ironie de l’histoire – une véritable monarchie parlementaire sur le modèle britannique dans laquelle le souverain règnerait mais ne gouvernerait pas[x].

NB: La citation dans le titre de cet article est extraite d’un discours de Theresa May en Jordanie, le 30 novembre 2017 (« …there is no country in this region with which the UK feels instinctively closer »). La transcription du discours est consultable ici : https://www.gov.uk/government/speeches/britain-will-be-a-partner-you-can-depend-on-pm-in-jordan


[i] La Transjordanie devint deux ans plus tard le royaume hachémite de Jordanie, après l’annexion de la Cisjordanie par l’armée transjordanienne au cours de la première guerre israélo-arabe.

[ii] La cornemuse est un bel exemple de la culture matérielle propre à l’Empire britannique et de la manière dont les objets circulaient de la métropole aux territoires dominés mais aussi d’une colonie à l’autre. Au sujet de l’utilisation de la cornemuse dans les armées de certains pays du Moyen-Orient de nos jours, voir l’article de Coline Houssais, « L’épopée militaire de la cornemuse », Le Monde diplomatique, novembre 2021, page 10 : https://www.monde-diplomatique.fr/2021/11/HOUSSAIS/63994

[iii] Mohammed Ersan «Jordan: Prince Hamzah’s decision to renounce title leaves public confused», 5 avril 2022, Middle East Eye : https://www.middleeasteye.net/news/jordan-prince-hamzah-decision-title-public-confused

[iv] « Jordanie : le nouveau paradigme de l’instabilité », entretien avec Hana Jaber, conduit par Pierre Blanc, L’Harmattan, Confluences Méditerranée, 2019/3, (N° 110), pages 11 à 21 : https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2019-3-page-11.htm

[v] Pierre Blanc, introduction au numéro « La Jordanie, une stabilité de façade », Confluences Méditerranée, 2019/3 (N° 110), page 9 : https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2019-3-page-9.htm

[vi] https://www.gov.uk/government/speeches/britain-will-be-a-partner-you-can-depend-on-pm-in-jordan

[vii] Myriam Yakoubi, « Le mandat britannique en Irak (1920- 1932), péché originel de la division ? », dans Confluences Méditerranée 2021/1 (N° 116), pages 13 à 24 : https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2021-1-page-13.htm

[viii] Pierre Blanc, introduction au numéro « La Jordanie, une stabilité de façade », Confluences Méditerranée, 2019/3 (N° 110), page 9 : https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2019-3-page-9.htm

[ix] https://www.gov.uk/government/news/uk-minister-for-the-middle-east-marks-jordan-centenary-in-amman

[x] Jamal al Shalabi, « Domestic and Regional Contexts of the Royal Jordanian Discussion Papers: what does the Monarch Want? », L’Harmattan, Confluences Méditerranée, 2019/3, N° 110, pages 23 à 41 : https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2019-3-page-23.htm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search