Archives mensuelles : septembre 2019

Convergences de la relation « spéciale » à l’heure du Brexit

Valérie André, Aix-Marseille Université, LERMA

En perte de vitesse depuis les guerres d’Irak et d’Afghanistan, reléguée au second rang par une administration Obama qui fait le choix du Pacifique, la relation spéciale retrouve des couleurs dans les discours de campagne de Donald Trump. L’ironie veut que ce candidat qui se présente volontiers comme un outsider proclame son attachement à la relation spéciale. La thèse selon laquelle le référendum du 23 juin 2016 aurait vu déferler une vague de mécontentement populaire fonctionne comme une sorte de prophétie auto-réalisatrice dans le cadre de la campagne présidentielle américaine. Le Brexit est « a beautiful thing », et Trump d’évoquer la possibilité de relancer la relation bilatérale par le biais d’accords commerciaux que le Royaume-Uni et les Etats-Unis pourraient conclure une fois la Grande-Bretagne libérée de la tutelle de l’Union européenne. 

En conformité avec les codes de la relation spéciale, Theresa May fut bien le premier chef de gouvernement étranger invité à Washington au lendemain de l’intronisation de Donald Trump en janvier 2017. Le Président nouvellement élu avait toutefois choisi d’accorder la primeur d’une entrevue à Nigel Farage, leader du UKIP et récent adversaire de la Première ministre dans le cadre de la campagne pour le référendum ; la conférence de presse qui suivit son entretien avec Theresa May fut également l’occasion pour Donald Trump de commenter longuement l’actualité des relations russo-américaines. Autant de camouflets rapportés par la presse britannique qui témoignaient de l’intérêt tout relatif porté à la relation bilatérale avec le Royaume-Uni. L’embellie supposée des relations entre Londres et Washington menaçait d’être éphémère tant le décalage était grand entre les deux protagonistes. Là où Theresa May était venue chercher à Washington la confirmation d’un soutien américain garant de l’exceptionnalisme britannique, le Président américain insistait sur la dimension asymétrique de la relation, tout en ne laissant aucun doute quant à son caractère conditionnel. La relation spéciale ne trouverait grâce à ses yeux que si elle rencontrait les priorités d’une politique étrangère américaine dominée par l’objectif de renouer avec la grandeur perdue (« Make America Great Again »). A l’issue de cette première rencontre si Theresa May n’avait donc reçu qu’un soutien modéré de la part de Donald Trump, elle avait surtout pu prendre conscience des grandes lignes de la feuille de route qui était la sienne dans le cadre des négociations avec l’Union européenne, le nouveau Président ayant clairement affiché sa préférence pour la position défendue par les artisans d’un Brexit « dur ».

Continuer la lecture de Convergences de la relation « spéciale » à l’heure du Brexit