Tous les articles par OREMA

Les Etats-Unis et les Amériques

L’Amérique latine a déjà un modèle pour résoudre la crise vénézuélienne. La doctrine de Larreta – et non le Traité de Rio – devrait servir de cadre à l’action collective de la région.

Max Paul Friedman et Tom Long

Face à une crainte de guerre à la frontière colombienne, avec deux présidents en duel à Caracas et aux propos visant à sauver une économie en ruine avec de la crypto-monnaie, la crise vénézuélienne se poursuit alors même que la communauté internationale fait son possible pour changer les faits sur le terrain. Lors de la dernière escalade de pression régionale, seize États de l’hémisphère occidental ont voté en septembre en faveur de l’application de sanctions coordonnées aux termes du Traité de Rio contre le président en exercice Nicolás Maduro. Le pacte, invoqué 72 ans après sa signature, donnera-t-il à ces États le moyen de repousser Maduro du pouvoir ?
En réalité, le Traité de Rio est un instrument maladroit pour promouvoir la démocratie. Pour comprendre pourquoi, il est utile de voir le Traité de Rio, officiellement le Traité interaméricain d’assistance réciproque, dans son contexte historique. Signé en septembre 1947 et en vigueur depuis 1948, les fondations du traité ont été construites pendant la Seconde Guerre mondiale et au lendemain de celle-ci. Considéré depuis longtemps comme une imposition états-unienne et un instrument de la guerre froide, le traité est né de la victoire diplomatique de l’Amérique latine dans le but de créer un espace pour les organisations régionales lors de la conférence des Nations Unies à San Francisco en 1945.
Bien que les mêmes années d’après-guerre aient connu un épanouissement relatif de la démocratie en Amérique latine, le Traité de Rio n’a pas été envisagé comme un instrument permettant de faire progresser la démocratie. Le Traité a consacré la démocratie à un préambule non contraignant. Toutefois, les premières discussions sur l’ordre du jour de la conférence sur la sécurité ont porté de manière beaucoup plus explicite sur la protection et la promotion de la démocratie.

Continuer la lecture de Les Etats-Unis et les Amériques

Convergences de la relation « spéciale » à l’heure du Brexit

Valérie André, Aix Marseille Université, LERMA, OREMA, Aix-en-Provence, France 

En perte de vitesse depuis les guerres d’Irak et d’Afghanistan, reléguée au second rang par une administration Obama qui fait le choix du Pacifique, la relation spéciale retrouve des couleurs dans les discours de campagne de Donald Trump. L’ironie veut que ce candidat qui se présente volontiers comme un outsider proclame son attachement à la relation spéciale. La thèse selon laquelle le référendum du 23 juin 2016 aurait vu déferler une vague de mécontentement populaire fonctionne comme une sorte de prophétie auto-réalisatrice dans le cadre de la campagne présidentielle américaine. Le Brexit est « a beautiful thing », et Trump d’évoquer la possibilité de relancer la relation bilatérale par le biais d’accords commerciaux que le Royaume-Uni et les Etats-Unis pourraient conclure une fois la Grande-Bretagne libérée de la tutelle de l’Union européenne. 

En conformité avec les codes de la relation spéciale, Theresa May fut bien le premier chef de gouvernement étranger invité à Washington au lendemain de l’intronisation de Donald Trump en janvier 2017. Le Président nouvellement élu avait toutefois choisi d’accorder la primeur d’une entrevue à Nigel Farage, leader du UKIP et récent adversaire de la Première ministre dans le cadre de la campagne pour le référendum ; la conférence de presse qui suivit son entretien avec Theresa May fut également l’occasion pour Donald Trump de commenter longuement l’actualité des relations russo-américaines. Autant de camouflets rapportés par la presse britannique qui témoignaient de l’intérêt tout relatif porté à la relation bilatérale avec le Royaume-Uni. L’embellie supposée des relations entre Londres et Washington menaçait d’être éphémère tant le décalage était grand entre les deux protagonistes. Là où Theresa May était venue chercher à Washington la confirmation d’un soutien américain garant de l’exceptionnalisme britannique, le Président américain insistait sur la dimension asymétrique de la relation, tout en ne laissant aucun doute quant à son caractère conditionnel. La relation spéciale ne trouverait grâce à ses yeux que si elle rencontrait les priorités d’une politique étrangère américaine dominée par l’objectif de renouer avec la grandeur perdue (« Make America Great Again »). A l’issue de cette première rencontre si Theresa May n’avait donc reçu qu’un soutien modéré de la part de Donald Trump, elle avait surtout pu prendre conscience des grandes lignes de la feuille de route qui était la sienne dans le cadre des négociations avec l’Union européenne, le nouveau Président ayant clairement affiché sa préférence pour la position défendue par les artisans d’un Brexit « dur ».

Continuer la lecture de Convergences de la relation « spéciale » à l’heure du Brexit

Les Etats-Unis et le multilatéralisme: une grande bifurcation

Robert Boyer (Institut des Amériques)

Retour sur la JE “America First” du 22 mars 2019, avec le soutien du LERMA, de l’UFR ALLSH, du German Marshall Fund et de l’Institut des Amériques

Une polarisation sociale sans précédent aux Etats-Unis

Jusqu’aux années 1960, tant les analystes que les Américains eux-mêmes ont considéré que la répartition des fruits de la croissance avait donné naissance à l’idée que la prospérité des Etats-Unis reposait sur une classe moyenne de plus en plus importante. En un sens, cette configuration avait donné naissance au concept d’électeur médian dont les deux partis, respectivement Républicain et Démocrate, se disputaient les suffrages par le jeu de la finance publique et de la fiscalité. En cette fin de la décennie 2010, l’Amérique des années 60 est méconnaissable.

Fondamentalement, la faiblesse des gains de productivité implique un jeu à somme nulle. Si les salariés qui développent les compétences nécessaires à la compétitivité des entreprises obtiennent des augmentations de rémunération, la contrepartie en est une baisse pour les moins bien dotés des citoyens. Les sondages et les enquêtes sociologiques confirment non seulement la polarisation des revenus et des richesses, mais encore le conflit entre deux représentations de la société en complète opposition. L’explosion des inégalités est donc le phénomène qui explique cette polarisation. La capacité à maîtriser les nouvelles technologies et les destructions d’emplois qu’elles impliquent sont un premier facteur explicatif du fractionnement de la classe moyenne. L’opposition entre les détenteurs de capital et les individus qui vivent de leur travail est une seconde explication. Une troisième explication insiste sur le processus d’individualisation et de décentralisation des formations des revenus et le refus d’une couverture sociale à vocation universelle. De fait, ces trois facteurs sont à l’œuvre sans qu’un seul s’impose comme déterminant exclusif. C’est pourtant une quatrième interprétation qui va être retenue par le pouvoir politique.

Continuer la lecture de Les Etats-Unis et le multilatéralisme: une grande bifurcation

Le Congrès au lendemain des élections de mi-mandat : Quel impact sur les options de politique étrangère de l’Administration Trump ?

Maya Kandel, chercheur associé à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris III

Retour sur la JE « America First » du 22 mars 2019, avec le soutien du LERMA, de l’UFR ALLSH, du German Marshall Fund et de l’Institut des Amériques

La Constitution américaine organise un régime politique de séparation et équilibre des pouvoirs y compris en politique étrangère, et l’on a pu dire que la Constitution était « une invitation à la lutte pour le privilège de conduire la politique étrangère du pays ». Mais la pratique contemporaine a conduit à un effacement progressif du Congrès au profit d’une présidence toujours plus impériale, a fortiori dans le cas d’un Congrès et d’un président du même bord politique, et encore plus a fortiori quand ce président est Donald Trump.

Et en effet, le Congrès républicain des deux premières années de l’administration Trump a fait preuve de résistance et d’initiative face à certaines caractéristiques essentielles de la doctrine America First. Le chercheur américain, spécialiste du rôle du Congrès en politique étrangère, Jordan Tama, a même pointé le développement remarquable sous Trump d’un « bipartisme anti-présidentiel » du Congrès, qui s’est manifesté, le plus souvent, pour défendre une conception internationaliste de la politique étrangère américaine remise en cause par Trump. Et un récent rapport du CSIS[ dresse le portrait d’un internationalisme bien vivant au Congrès, y compris du côté d’une nouvelle génération d’élus impliqués dans des dossiers de politique étrangère.

Continuer la lecture de Le Congrès au lendemain des élections de mi-mandat : Quel impact sur les options de politique étrangère de l’Administration Trump ?